Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Le pavillon du Lac-aux-Castors
©C. Boucher, 2006
 
Façade est du pavillon du Lac-aux-Castors
©C. Boucher, 2006
 
L’intérieur du pavillon du Lac-aux-Castors
©C. Boucher, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Numéro d'ouvrage :

217

Nom du bâtiment :

Pavillon du Lac-aux-Castors, parc du Mont-Royal

Adresse civique :
  • 2000, chemin Remembrance
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Parc du Mont-Royal

Localisation :
haut de page
Propriété municipale d'intérêt patrimonial  
Catégorie : Bâtiments
Statut de propriété : Propriétaire
Profil : Loisir communautaire
Usage principal actuel : Chalet
Intérêt patrimonial : Bâtiment municipal d'intérêt patrimonial
Type de bâtiment : Restaurant
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1958

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Hazen Edward Sise
    (architecte -- concepteur)
    Hazen Edward Sise (Montréal 1906 – Montréal 1974) étudie l’architecture à l’Université McGill de1925-1927 puis à l’École d’architecture du Massachusetts Institute of Technology (MIT), d’où il obtient son baccalauréat en architecture en 1929. Il travaille au sein de firmes d’architecture à Paris en 1931, puis à Londres de 1933 à 1936. En 1949, il se joint à la firme McDougall, Smith and Fleming, puis il devient professeur d’architecture à l’Université McGill à partir des années 1950. En collaboration avec cinq autres architectes, il participe à la fondation de Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold, Michaud et Sise à Montréal en 1955. Également connue sous le nom d’ARCOP, la firme montréalaise d’architecture est impliquée dans de nombreux projets d’envergure à travers le Canada, tel le Centre des Pères de la Confédération à Charlottetown (1964), Place Bonaventure à Montréal (1967) et le Centre national des Arts à Ottawa (1969). Après s’être retiré de la firme ARCOP en 1968, Sise devient consultant en patrimoine architectural pour la Commission de la capitale nationale.
  • Guy Desbarats
    (architecte -- concepteur)
    Guy Desbarats (Montréal 1925 – Sherbrooke 2003) obtient un baccalauréat en architecture de l’Université McGill en 1948. Il travaille par la suite chez Abra, Balharrie and Shore Architects à Ottawa (1948-1952), puis retourne à l’Université McGill en 1952 en tant que chercheur-boursier de la Société canadienne d’hypothèques et de logement. L’année suivante, il devient chargé de cours à l’Université McGill. En collaboration avec cinq autres architectes, il participe à la fondation de la firme Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold, Michaud et Sise à Montréal en 1955, également connue sous le nom d’ARCOP. En 1964, il devient directeur de la nouvelle École d’architecture de l’Université de Montréal. Il joue également un rôle actif au sein de la fonction publique à titre de sous-ministre adjoint au design (1975) et de sous-ministre adjoint au design et à la construction (1976-1985) au ministère des Travaux publics.

    Tout au long de sa carrière, Guy Desbarats explore plusieurs types et styles de construction. Il obtient la médaille Massey en architecture pour la conception de l’église et du presbytère Saint-Gérard Majella à Saint-Jean (1963). Au sein du cabinet Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold, Michaud et Sise, il contribue à plusieurs projets dont ceux de la Grande Salle de la Place des Arts à Montréal (1959-1963), du Centre des Pères de la Confédération à Charlottetown (1964), des pavillons thématiques « L’Homme à l’œuvre » et « L’Homme interroge l’univers » de l’Expo 67 de Montréal (1967) et du Centre national des Arts à Ottawa (1969).

    * Le Pavillon du Lac-aux-Castors aurait été dessiné avant la formation officielle du groupe ARCOP.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Ville de Montréal
    (propriétaire de 1958 à aujourd'hui)
    En avril 1955, dans le cadre du réaménagement du mont Royal, le Comité exécutif de la ville de Montréal décide de remplacer le kiosque-restaurant en bois situé en bordure du lac aux castors qui est devenu désuet par une construction offrant des services permanents aux promeneurs et patineurs. Hazen Edward Sise et Guy Desbarats agissent respectivement en tant qu’architecte et architecte associé au projet. Les travaux débutent le 11 février 1957 pour se terminer le 7 février 1958.
haut de page
Évolution du bâtiment  

Histoire de la thématique du groupe ciblé

Le mont Royal est intimement lié à l’image de Montréal et représente un élément identitaire majeur pour la population de la grande région de Montréal. Il constitue une composante urbaine dont la silhouette dessine le paysage dans le quotidien des Montréalais.

Le mont Royal est fréquenté par les Amérindiens bien avant l’arrivée des colons français. On suppose que le village d’Hochelaga se trouvait au pied du versant sud de la montagne. En 1535, Jacques Cartier gravit la montagne et la nomme mont Royal. En 1642, Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, érige une croix sur le mont pour remercier le Seigneur d’avoir épargné la colonie d’une inondation.

En 1780, près d’un siècle et demi après la fondation de Ville-Marie, les interventions humaines transforment profondément le mont Royal. Ses trois collines sont entièrement encerclées par les exploitations agricoles. Après 1800, l'importance de la montagne devient largement reconnue. De plus en plus de constructions s’approchent des espaces sommitaux avec l’établissement des communautés religieuses, des institutions publiques et des demeures bourgeoises.

Vers la fin des années 1860, une partie des pentes boisées du versant sud du mont Royal est coupée à blanc par l’un de ses propriétaires, un dénommé Lamothe. Cet événement cristallise les positions en faveur de la création d’un parc sur le mont Royal. De ce fait, la Cité de Montréal intervient en 1872 en achetant de onze propriétaires les terrains situés sur la montagne, pour la somme d’un million de dollars (une somme colossale à l’époque), afin de créer le parc du Mont-Royal.

La ville fait alors appel aux services de l’architecte paysagiste Frederick Law Olmsted pour la conception du projet. Ce dernier constitue déjà une référence en matière de conception de parcs urbains en Amérique du Nord, ayant planifié notamment le Central Park à New York. Les travaux d’aménagement du parc du Mont-Royal s’étendent de 1874 à 1877, même s’il est inauguré le 24 mai 1876. Olmsted prévoit un parc public voué à la découverte de la nature et à l’observation de la ville depuis des sentiers en serpentin aménagés jusqu’au sommet de la colline et cherche à dépayser le visiteur en s’éloignant de la forme urbaine. Le concept original d’Olmsted vise la conservation et la valorisation des caractéristiques naturelles du parc du Mont-Royal. Afin d’accentuer les traits de la topographie de la montagne, Olmsted divise le parc en huit zones écologiques. L’aménagement actuel du parc traduit encore en partie le concept d’origine, et ce, malgré son évolution dans le temps.

L’aménagement de ce grand parc urbain constitue une manière d’assainir la ville industrielle. Ce grand espace vert représente, pour les Montréalais confrontés aux problèmes de pollution, d’hygiène et de salubrité associés à l’essor de l’industrialisation, un antidote à ces maux.

La maison Hosea Bonen Smith (1858) constitue le seul témoin bâti érigé avant la transformation de la montagne en parc. Les autres bâtiments du parc témoignent de différentes époques. Certains travaux sont réalisés dans le contexte des années de dépression économique (1929 à 1939) : le chalet de la montagne (1931-1932), l’aménagement du lac aux castors (1937-1938) et le Central d’alarme du Service des incendies (1930-1933). Enfin, le pavillon du Lac-aux-Castors, construit en 1958, s’inscrit dans le contexte de modernisation du parc initié par le plan d’aménagement de 1954 proposé par la firme américaine Gilmore Clarke et Michael Rapuano. Cet important projet de modernisation a comme objectif de rendre le parc accessible à l’automobile. De tous les projets proposés, seules la voie Camilien-Houde, les aires de stationnement qui la complètent et les échangeurs Parc/des Pins et Côte-des-Neiges/Remembrance sont réalisés.

Dans les années 1980 s’amorce un mouvement de revalorisation de la montagne avec la création du Centre de la montagne et les Amis de la montagne. En 2005, l’arrondissement historique et naturel du Mont-Royal est décrété par le gouvernement du Québec.

Commandé à l’architecte Hazen Edward Sise et dessiné en collaboration avec son jeune confrère Guy Desbarats, le pavillon du Lac-aux-Castors est construit en bordure du lac du même nom. Ce lac artificiel est creusé en 1938 près du sommet de la montagne, dans le cadre des travaux d’aide au chômage mis sur pied par les gouvernements provinciaux et fédéraux. On raconte que son nom provient du fait que les ouvriers y trouvèrent, lors de l’excavation, des vestiges de huttes de castor vieilles d’au moins trois cents ans.

Depuis son inauguration en 1958, la Ville de Montréal est l’unique occupant des lieux. Le pavillon est conçu dès l’origine comme restaurant et aire de repos. À l’heure actuelle, aucun service de restauration n’y est offert, mais les gens peuvent y manger leur casse-croûte sur place. On y retrouve également un comptoir de location d’équipement sportif (patins, raquettes et skis de fond) et des salles de bain.

Points d'intérêt

Inauguré en 1958, le pavillon du Lac-aux-Castors est construit dans le cadre du plan de réaménagement du mont Royal mis sur pied dans les années 1950. Le Comité exécutif de la Ville de Montréal décide, en avril 1955, de remplacer le kiosque-restaurant en bois situé en bordure du lac aux castors et devenu désuet par une construction offrant des services aux promeneurs et patineurs. L’édifice témoigne de la diversité et de la richesse du patrimoine bâti de ce grand parc urbain, et plus particulièrement de son patrimoine moderne.

L’édifice est conçu par les architectes montréalais Hazen Edward Sise et Guy Desbarats, deux concepteurs majeurs qui participent à la création, en 1955, de la firme ARCOP, une firme montréalaise d’architecture impliquée dans de nombreux projets d’envergure à travers le Canada. Dessiné avant la fondation officielle d’ARCOP, le pavillon du Lac-aux-Castors préfigure la production ultérieure de ce bureau qui a eu un grand impact dans l’affirmation de la modernité architecturale au Canada.

Le pavillon du Lac-aux-Castors a conservé sa fonction d’origine depuis son inauguration en 1958, bien qu’à l’heure actuelle aucun service de restauration n’y soit offert. La majorité des caractéristiques architecturales extérieures du bâtiment ont été conservées dans leur intégralité. Un projet de restauration effectué en 2004-2006 a été confié aux architectes Réal Paul et Pierina Saia. Ces travaux, qui visaient à restaurer et à mettre en valeur les caractéristiques d’origine du bâtiment, ont remporté le prix Orange décerné par l’organisme Sauvons Montréal en 2006 de même que le prix d’excellence en architecture (catégorie projets de conservation et de restauration patrimoniales) décerné par l’Ordre des architectes du Québec en 2007.

Au moment de sa construction, ce pavillon était l’un des plus novateurs au Québec, tant pour son programme d’usage que pour son architecture. On le considère comme l’une des premières manifestations de la modernité architecturale d’après-guerre au Québec. D’un point de vue fonctionnel, l’édifice est doté lors de sa construction d’un vestiaire pour patineurs, d’un foyer, d’un restaurant et d’une terrasse panoramique. L’architecture novatrice du bâtiment est de qualité et démontre un grand souci de confort des citoyens. D’un point de vue constructif, l’édifice est novateur par les caractéristiques de son ossature et de sa toiture en voile de béton prismatique.

L’ensemble formé par le lac et son pavillon est d’une grande valeur historique, architecturale et paysagère. Le cadre environnant naturel du parc du Mont-Royal met avantageusement en valeur l’édifice et sa proximité avec le lac lui confère une valeur importante en tant que bâtiment point de repère au sein du paysage de ce vaste parc urbain. Très populaire auprès des visiteurs, et ce, tout au long de l’année, le pavillon constitue un véritable symbole au sein du parc du Mont-Royal et un véritable symbole de l’architecture moderne à Montréal.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 13 février 2008 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 2004
    Fin des travaux : 2006
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration majeure (restauration intérieure du foyer, des salles de toilettes, remplacement des revêtements, remplacement de la fenestration, réaménagement des espaces publics aux deux niveaux, réintégration des murales extérieures)

    Concepteurs de la transformation :
    Réal Paul (architecte)
    Pierina Saia (architecte)
     
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Situé dans le site patrimonial du Mont-Royal (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique et naturel (2005-03-09) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2005-2022
Données mises à jour le 12 janvier 2011