Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Incinérateur de la cour Dickson, façade nord
©Ville de Montréal, 2006
 
Incinérateur de la cour Dickson, façade ouest
©Ville de Montréal, 2006
 
Incinérateur de la cour Dickson, façade est
©Ville de Montréal, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Numéro d'ouvrage :

438

Nom du bâtiment :

Incinérateur de la cour Dickson

Autre appellation :
  • Ancien incinérateur du centre de services municipaux Dickson
Adresse civique :
  • 2200, rue Dickson
Arrondissement ou ville :

Mercier—Hochelaga-Maisonneuve (Montréal)

Localisation :
haut de page
Propriété municipale d'intérêt patrimonial  
Catégorie : Bâtiments
Statut de propriété : Propriétaire
Profil : Industriel
Usage principal actuel : Garage remisage
Intérêt patrimonial : Bâtiment municipal d'intérêt patrimonial
Type de bâtiment : Atelier / entrepôt / usine / garage
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1954-1955

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Donat Beaupré
    (architecte)
    Nous n’avons que peu de renseignements sur l’origine et la formation de cet architecte. Donat Beaupré devient membre de l’Association des architectes de la Province de Québec en 1914. À l’emploi de la Ville de Montréal à partir de 1923, il devient l’architecte en chef de la Cité en 1931, poste qu’il occupe jusqu’à la fin des années 1950. Il prend sa retraite du monde municipal en 1961. Durant son mandat, Beaupré est à la tête d’une équipe formée d’une dizaine d’architectes et d’une vingtaine de dessinateurs. Parmi les tâches qui lui incombent, l’architecte en chef de la Cité voit à la préparation des plans et des cahiers de charges, il agit à titre d’architecte consultant auprès des firmes privées employées par la Ville et il surveille la construction des édifices municipaux. Donc, durant plus de 25 ans, tous les plans d’architecture des immeubles municipaux sont signés par Donat Beaupré, qui reçoit ainsi le mérite de la réalisation des constructions, même si les plans ont été préparés par d’autres architectes de son équipe ou par des architectes en pratique privée. Parmi les édifices industriels qui lui sont attribués, notons l’incinérateur et l’écurie de la cour des Carrières, 1500 des Carrières (1929), l’écurie de la cour Madison, 2160 Madison (1931) et le garage de la cour Honoré-Beaugrand, 7944 Hochelaga (1932).
Nom du propriétaire constructeur :
  • Ville de Montréal
    (propriétaire de 1954 à aujourd'hui)
    Le Service de l’incinération du Département des Travaux publics de la Ville de Montréal fait construire deux premiers incinérateurs à partir de 1929. En 1954-1955, la Ville entame la construction de deux nouveaux incinérateurs, sur la rue Dickson et sur l’avenue Royal Mount, décrits comme étant « des plus modernes ». L’incinérateur Dickson est en fonction de 1955 jusqu’à sa fermeture, en 1978. Aujourd’hui, la Ville de Montréal utilise l’immeuble comme entrepôt, atelier et garage.
haut de page
 
 
Incinérateur de la cour Dickson, façade sud
©Ville de Montréal, 2006
 
 
Évolution du bâtiment  

Histoire de la thématique du groupe ciblé

Au début du XXe siècle, l’un des objectifs des autorités municipales est d’assurer des conditions d’hygiène satisfaisantes sur son territoire afin d’offrir une meilleure qualité de vie aux citoyens de ses différents quartiers. La construction de bains publics, de vespasiennes dans les parcs et de cliniques municipales pour lutter contre les maladies infectieuses fait l’objet de divers programmes de santé publique. La gestion des ordures fait également partie de cette préoccupation hygiéniste. À la fin des années 1920, les autorités municipales sont aux prises avec des dépotoirs qui ont fort mauvaise réputation. Les émanations qui s’en dégagent sont, selon les hygiénistes, sources de maladies de toutes sortes. L’élimination des ordures par incinération devient rapidement l’alternative aux dépotoirs municipaux, dont la durée de vie est limitée à court et moyen terme.

En 1929, les autorités municipales annoncent la construction d’un premier incinérateur à l’angle des rues des Carrières et Papineau, sur les terrains d’une ancienne carrière, et un second incinérateur est également construit sur l’avenue Atwater. Des écuries sont annexées aux incinérateurs pour loger les chevaux et les voitures qui, avant l’avènement des véhicules motorisés, sont utilisés pour la collecte des ordures dans les rues de Montréal. Ce n’est qu’à l’aube de la Seconde Guerre mondiale que les camions font leur apparition au sein du Service de l’incinération.

Lors de la seconde vague de construction d’incinérateurs à Montréal dans les années 1950, on construit des équipements modernes de plus grande capacité à la cour Dickson et sur l’avenue Royal Mount. Les plateformes de déchargement sont situées au-dessus du niveau de la rue afin de faciliter le déchargement des camions et de permettre le déversement des déchets directement dans de grandes fosses. Les voies extérieures pour accéder à ces plateformes sont chauffées afin d’éviter la formation de glace en hiver. Toutes les opérations sont mécanisées et les déchets sont asséchés afin de brûler sans requérir de carburant. La chaleur ainsi émise par la combustion est récupérée et utilisée pour chauffer les édifices municipaux situés à proximité.

Pour des raisons de pollution atmosphérique, les incinérateurs de la Ville cessent leurs activités au cours des années 1970.

Points d'intérêt

Construit en 1954-1955 selon les plans de l’architecte en chef de la Ville, Donat Beaupré, cet édifice fait partie, avec l’incinérateur de l’avenue Royal Mount, aujourd’hui démoli, de la deuxième vague de construction d’incinérateurs par la Ville de Montréal. Il témoigne de l’évolution des techniques de gestion des ordures à Montréal. Cet incinérateur est associé à la croissance rapide de la ville et à une meilleure stratégie de collecte basée sur la mise en services de camions qui remplacent les voitures à cheval. Pour accéder à la fosse de l’incinérateur, les camions empruntent de grandes rampes en béton. Cette grosse « machine » fonctionnelle cesse ses activités en 1978 en raison de la pollution atmosphérique qu’elle engendre.

Servant aujourd’hui d’entrepôt, d’atelier et de garage pour la Ville, cet édifice est représentatif de sa période de construction en raison de son architecture fonctionnaliste issue du mouvement moderne. Sa forme est générée par les fonctions qu’elle renferme et se dissocie de l’architecture classique régie par la symétrie. L’ancien incinérateur, revêtu de brique, est composé de volumes purs, de surfaces lisses ainsi que de toits plats et exploite au maximum les caractéristiques du béton pour sa structure et celle de ses rampes d’accès. Là où les fonctions le commandent, on retrouve de grandes fenêtres, alors que les fourneaux possèdent des façades presque aveugles. Deux hautes cheminées en brique, contribuant à l’esthétique industrielle du bâtiment, sont devenues un point de repère dans le paysage urbain de l’est de la ville.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 31 mars 2007 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1982
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Aménagement de l’atelier de peinture.
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 2004
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Réfection de la toiture, correction mur de maçonnerie, reconstruction de la marquise.
     
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2005-2018
Données mises à jour le 28 avril 2008