Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Monastère du Bon-Pasteur (ensemble)
©Ville de Montréal, 2002
 
Monastère du Bon-Pasteur (chapelle)
©Ville de Montréal, 2002
 
Monastère du Bon-Pasteur (ensemble)
©Ville de Montréal, 2002
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Monastère du Bon-Pasteur

Autre appellation :
  • Maison du Bon-Pasteur
Adresse civique :
  • 56-104, rue Sherbrooke Est
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Rue Sherbrooke Est (entre Saint-Dominique et Saint-Denis)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1846-1903

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • John Ostell
    (architecte et arpenteur)
    Né à Londres, John Ostell (1813-1892) reçoit une formation d'architecte et d'arpenteur en Angleterre. A son arrivée à Montréal vers 1834, il pratique simultanément les deux professions. Architecte chevronné, il signe la conception d'importants édifices à Montréal tels que : l'ancien Palais de justice de Montréal (1850-1856), l'église Notre-Dame-de-Toutes-Grâces (1851), l'église Sainte-Anne de Griffintown (1852), une nouvelle aile pour la prison des Patriotes, au Pied-du-Courant (1852-1854), le Grand Séminaire, rue Sherbrooke (1854-1857) et l'église Saint-Jacques, rue Saint-Denis (1859), en plus d’être le concepteur de la raffinerie de sucre de John Redpath sur les berges du canal de Lachine.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur d'Anger
    (propriétaire de 1846 à 1979)
    Fondée en 1829 par Rose Virginie Pelletier, la Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur d'Angers est une ramification des sœurs de Notre-Dame de Charité, une communauté fondée en France en 1641 mais presque disparue suite à la Révolution française. En 1841, Mgr Ignace Bourget invite les religieuses à venir à Montréal afin d’étendre leur apostolat et de s’occuper des jeunes filles délinquantes.
Typologie d'origine :
  • Édifice religieux

Commentaire sur la construction

L’architecte du bâtiment d’origine datant de 1846 n’est pas connu, mais il pourrait s’agir de John Ostell puisqu’il a écrit le procès-verbal de l’arpentage.

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

La maison provinciale de la Congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon-Pasteur d'Angers (les sœurs du Bon-Pasteur) est construite à partir de 1847 sur un terrain donné par madame Foretier-Viger. Cette première construction correspond au corps central prolongé vers l’arrière par une aile qui abrite la chapelle des religieuses. En 1861, on construit l’aile est grâce à un don de monsieur Olivier Berthelet. En 1878, une chapelle publique conçue par Victor Bourgeau et une aile au sud-ouest s’ajoutent à l’ensemble. En 1884, le prolongement du corps principal à l’ouest est construit, puis une autre aile entre 1892 et 1893.

Des constructions annexes (buanderie en 1888 et atelier en 1889, presbytère en 1896, dépendances comprenant une imprimerie en 1903) complètent progressivement l’ensemble. Ces annexes ferment le lotissement sur trois côtés, fournissant à l’ensemble une cour intérieure.

En 1979, les religieuses vendent leur propriété qui est classée à titre de monument historique la même année. En 1983, la Société immobilière du patrimoine architectural de Montréal (SIMPA) en fait l’acquisition et entreprend sa reconversion en espaces de bureaux, d’habitations et en un centre de diffusion culturelle.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Société immobilière du patrimoine architectural de Montréal
    (propriétaire de 1983 à 1990)
    Fondée en 1981 suite à une entente entre le ministère des Affaires culturelles du Québec et la Ville de Montréal, la SIMPA a comme mandat de promouvoir les avantages économiques et socio-culturels résultant de la réhabilitation de bâtiments d’intérêt architectural, sur le territoire de la ville de Montréal. En 1990, la société cède l’ensemble immobilier par bail emphytéotique à la coopérative Sourire à la vie.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 23 mars 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1940
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Exhaussement du toit de l’aile de la chapelle.
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1954
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Ajout d'une lucarne continue sur la partie avant du corps principal afin d’augmenter l’espace sous les combles.
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 1984
    Fin des travaux : 1987
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Démolition totale ou partielle du bâtiment.

    Recyclage de l’ensemble entre 1984 et 1987, pour abriter des bureaux, des habitations et un centre de diffusion culturelle.

    Concepteur de la transformation :
    Vianney Bélanger (architecte)
     
haut de page
Lecture architecturale  
Le langage architectural de la maison du Bon-Pasteur suit la tradition de l’architecture conventuelle du Régime français, dont les principales caractéristiques sont les toits à pignon percés de lucarnes, les fenêtres simples et disposées de manière régulière, l’utilisation de la pierre et la présence d’un clocheton. Ce type d’architecture se reconnaît également par l’utilisation d’un plan qui s’articule par des ailes, une chapelle dans l’axe de l’aile centrale et par une cour intérieure formée des bâtiments de dépendances qui ceinturent le lot. Au niveau de la rue Sherbrooke, le caractère homogène des façades donne un aspect de symétrie à la composition même s’il n’en est rien en réalité.

La Maison du Bon-Pasteur est le fruit d'une longue évolution architecturale. L'ensemble est harmonieux et cohérent, dans la tradition de ceux de l'Hôtel-Dieu. C’est de plus un élément incontournable du patrimoine montréalais.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Situé dans l'aire de protection du Monastère du Bon-Pasteur depuis le 1981-01-27 (juridiction provinciale)
  • Situé dans l'aire de protection de la Maison William-Notman depuis le 1979-12-08 (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9941-32-9445-01

Propriété :

9941-32-9445

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 janvier 2013