Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Maison John Gordon-Mackenzie
©Ville de Montréal, 2002
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison John Gordon-Mackenzie

Autres appellations :
  • Maison Mackenzie-Brydges
  • Maisons Cytrinbaum
Adresse civique :
  • 75, rue Sherbrooke Ouest
Arrondissement ou ville :

Le Plateau-Mont-Royal (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Ensemble Cytrinbaum
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Rue Sherbrooke (entre Aylmer et Amherst)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

vers 1840

Nom du propriétaire constructeur :
  • John Gordon MacKenzie
    (propriétaire de 1835 à 1865)
    En 1829, John Gordon MacKenzie ouvre à Montréal un magasin de marchandises sèches spécialisé dans la vente en gros. Par ailleurs, il est président du Conseil des commissaires du port de Montréal et échevin de 1840 à 1842.
Typologie d'origine :
  • Maison contiguë

Commentaire sur la construction

La date de construction initiale est établie au plus tôt en 1835 et au plus tard en 1846. John Gordon MacKenzie fait l’acquisition du terrain sur lequel se trouve actuellement la partie est de la maison en 1835. La carte de James Cane de 1846 montre que la résidence est érigée à cette date. La date inscrite, vers 1840, est une date médiane approximative. Les sources secondaires ne nous indiquent pas qui est le concepteur de cette maison.

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

La maison John Gordon-Mackenzie est construite sur la prestigieuse rue Sherbrooke où s’élèvent déjà vers le milieu du XIXe siècle plusieurs résidences de la bourgeoisie montréalaise. John Gordon Mackenzie fait construire cette résidence sur un terrain acquis en 1835. Charles John Brydges acquiert cette propriété en 1865, et en 1867, il fait ériger une nouvelle demeure à l’ouest du bâtiment existant, au 81 rue Sherbrooke Ouest. La maison John Gordon-Mackenzie subit par la suite plusieurs modifications entre 1880 et 1912, y compris l’ajout d’un étage et divers agrandissements à l’arrière. En 1958, un avant-corps central est ajouté à la façade principale. Les ouvertures de cette saillie ont été modifiées au courant des années 1990.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Charles John Brydges
    (propriétaire de 1865 à 1883)
    Charles John Brydges (1827-1889) est né à Londres et s’établit au Canada en 1852 pour occuper le poste d’administrateur de la Great Western Rail Road Company of Canada. Il contribue au développement des chemins de fer en tant que directeur général de la compagnie du Grand Tronc et surintendant général des chemins de fer du gouvernement fédéral. Charles John Brydges loue la maison John Gordon-Mackenzie au début des années 1860 avant d’en faire l’acquisition en 1865. Il est muté à Winnipeg en 1879.
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Claude Gauvreau

    L’appartement du poète Claude Gauvreau et de sa famille est un lieu de rencontre des membres du mouvement automatiste dans les années 1940. C’est à cet endroit que le manifeste du Refus global est préparé et imprimé en 1947.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 18 novembre 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : vers 1883
    Ajout d'un ou de plusieurs étages au bâtiment.

    Construction d’un nouvel étage
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : vers 1910
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Agrandissement de l’arrière du bâtiment
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 1958
    Transformation majeure de la façade.

    Ajout d’un avant-corps à la façade du bâtiment
     
haut de page
Lecture architecturale  
La maison John Gordon-Mackenzie a été transformée au cours des années et témoigne des différentes vogues stylistiques qui se succèdent au XIXe siècle. Ainsi, la résidence présente une façade symétrique en pierres de taille lisses, ornée de bandeaux qui délimitent ses étages et encadrée par deux pilastres monumentaux. Par ces éléments, elle se rattache visiblement au courant néoclassique d’influence britannique qui domine l’architecture montréalaise des années 1820 à 1850. La fausse mansarde revêtue d’ardoise appartient à une époque plus tardive. Elle est d’inspiration Second Empire, un style populaire au Québec durant la dernière moitié du XIXe siècle. À ces éléments issus de deux courants architecturaux a été ajouté un avant-corps au centre de la façade qui s’intègre à l’ensemble grâce à l’emploi de la même pierre de taille et à sa composition symétrique.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Maison Mackenzie-Brydges
    Anciennement un monument historique classé (1980-07-14) (juridiction provinciale)
  • Situé dans l'aire de protection de la Maison William-Notman depuis le 1979-12-08 (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9941-20-7381-01

Propriété :

9941-20-7381

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 1 février 2013