Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Salle à manger principale
©Ministère de la Culture et des Communications, 1999
 
Murale à une des extrémités de la salle à manger
©Ministère de la Culture et des Communications, 1999
 
Vase en albâtre sur socle
©Ministère de la Culture et des Communications, 1999
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Restaurant L'Île-de-France

Autres appellations :
  • Magasin Eaton (salle à manger)
  • Restaurant du neuvième
  • Restaurant Eaton
Adresse civique :
  • 677, rue Sainte-Catherine Ouest
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Square Phillips et rue Sainte-Catherine Ouest

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1930-1931

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Jacques Carlu
    (architecte)
    Formé à l’École des Beaux-Arts de Paris, l’architecte français Jacques Carlu (1890-1976) devient un maître de l’architecture Art Déco. En 1929, à la veille de son embauche pour la conception du restaurant Eaton de Montréal, il est principalement connu pour ses aménagements intérieurs dont celui du grand magasin Chez Stewart à New York (1929). Il partage également son temps entre son poste de professeur au Massachusetts Institute of Technology de Boston et celui de directeur de l’École américaine des Beaux-Arts de Fontainebleau. Au moment où éclate la Seconde Guerre mondiale, il est inspecteur général des bâtiments civils et palais nationaux ainsi que l’architecte en chef des Lycées et Collèges de France. Dans les années 1950, il participe entre autres à l’aménagement intérieur du siège des Nations Unies (1950-1954) et à la construction du Palais de l’O.T.A.N. (1957), actuellement l’Université Paris-Dauphine. Sa réalisation la plus connue demeure toutefois sa participation à la conception du Palais de Chaillot, construit sur la base du Trocadéro, dans le cadre de l’Exposition universelle de 1937.
Nom du propriétaire constructeur :
  • T. Eaton Company Limited
    (propriétaire du 1925-03-20 à 1999)
    L’Irlandais Timothy Eaton (1834- 1907) arrive au Canada en 1854 avec ses deux frères aînés. Il travaille d’abord au commerce de son frère James. Le 9 décembre 1869, il ouvre son premier magasin général à Toronto. Son entreprise, qui prendra officiellement le nom de T. Eaton Company Limited en 1891, connaît un rapide succès grâce à ses innovations dans le domaine de la vente au détail. Chez Eaton, on achète comptant (le crédit ne sera permis qu’en 1926) et à prix fixe. Eaton met l’accent sur le service à la clientèle avec son slogan « satisfaction garantie ou argent remis » devenu depuis la norme dans le domaine. Il offre également son premier catalogue pour ventes postales en 1884. Lorsque la compagnie s’établit à Montréal en 1925, Robert Young Eaton, le neveu du fondateur, en est le président. À cette époque, Eaton est le leader des magasins à rayons au Canada. Après la Seconde Guerre mondiale, le développement des banlieues et des boutiques spécialisées de tout genre diminue toutefois progressivement l’achalandage des magasins à rayon du centre-ville et force des réorganisations de l’entreprise en 1965, 1976 et 1982. La compagnie est achetée en 1999 par Sears Canada.
Typologie d'origine :
  • Restaurant
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

En 1925, T. Eaton Company Limited ouvre son premier magasin à Montréal dans l’ancien magasin Goodwin, rue Sainte-Catherine. Au cours de ses deux premières années d’occupation, l’entreprise reconstruit l'immeuble, section par section, le dotant de nouvelles façades et de trois étages supplémentaires. Les architectes Ross & Macdonald supervisent les travaux. En 1930-1931, Eaton hausse encore son magasin de trois étages sous la supervision des mêmes architectes. C’est au cours de cette deuxième campagne de construction qu’un restaurant est aménagé au neuvième étage.

Le restaurant du neuvième, inauguré le 26 janvier 1931, est l’œuvre de l’architecte français Jacques Carlu, maître de l’Art Déco. Il peut accueillir plus de 500 convives dans sa salle à manger. Après la Seconde Guerre mondiale, le foyer menant au restaurant est également l’hôte de défilés de mode annuels très courus.

Le restaurant est rénové en 1981. Les travaux touchent principalement le hall des ascenseurs, le salon d’accueil et les salles de bain. Un buffet est ajouté dans la salle à manger. Les difficultés financières de Eaton et la vente du magasin dans les années 1990 menacent la survie du restaurant. Celui-ci est classé monument historique par le gouvernement du Québec en 2000, notamment en raison de son intérêt architectural, de son état de conservation remarquable et de son intérêt historique comme représentant de la culture des grands magasins. Le mobilier du restaurant fait aussi l’objet d’un classement.

haut de page
Lecture architecturale  
Le restaurant L’Île-de-France s’inscrit dans le style Art Déco particulièrement en vogue en Amérique du Nord dans les années 1920 et 1930. Ce style influence l’architecture, mais également la décoration intérieure et la conception de meubles. Les artistes et architectes de l’Art Déco cherchent à créer des environnements où règnent simplicité, modernisme et confort. Ce style se caractérise par l’emploi de formes épurées, souvent géométriques, et de reliefs.

Le restaurant L’Île-de-France se trouve au neuvième étage de l’actuel Complexe les Ailes. Le décor du restaurant ressemble en certains points à celui de la salle à manger d’un navire transatlantique inauguré en 1927, L’Île-de-France, duquel il tire son nom actuel. À l’origine, il était accessible par des ascenseurs situés de chaque côté de l’immeuble. Du hall des ascenseurs, un salon d’accueil conduit à la salle à manger principale. Le restaurant compte également deux salles à manger plus intimes pour les groupes. La hauteur et la longueur de la salle à manger, ses bas-côtés, ses deux murales intitulées Les plaisirs de la chasse et Les plaisirs de la paix placées à ses deux extrémités, les vases en albâtre sur socle servant à l’éclairage et le mobilier d’époque sont remarquables.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Restaurant de L'Île-de-France
    Anciennement un monument historique classé (2000-08-24) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9940-21-2055-01

Propriété :

9940-21-2055

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 janvier 2013