Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Maison Charles G.-Greenshields
©Ville de Montréal, 2004
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Charles G.-Greenshields

Autres appellations :
  • Maison Greenshields
  • Maison Pachiny
  • Embassy Apartments
  • Condominium Le Penfield
  • Maison Pachany
Adresse civique :
  • 1513, avenue du Docteur-Penfield
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Mille carré doré

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1910-1911

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Morley W. Hogle
    (architecte)
  • Huntly Ward Davis
    (architecte)
    Morley W. Hogle et Huntly Ward Davis construisent d’autres résidences bourgeoises à Montréal, comme la maison Albert Edd-Holt, 1266 avenue des Pins Ouest (1911-1912) et la maison Peter Charles-Ogilvies, 311 avenue Kensington (1914).
Nom du propriétaire constructeur :
  • Charles G. Greenshields (avocat)
    (propriétaire de 1910 à 1911)
    L’avocat Charles G. Grennshields vient d’une famille de juristes d’origine écossaise de la région des Cantons de l’Est. Propriétaire au moment de la construction de la résidence, il cède la propriété à sa mère Elizabeth Mary Glass dès 1911.
Typologie d'origine :
  • Maison semi-détachée
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

La maison Greenshields se trouve dans l’ancien territoire du Mille carré doré, lieu de résidence privilégié de la bourgeoisie montréalaise du XIXe siècle. En août 1909, l’avocat montréalais Charles G. Greenshields acquiert le terrain du marchand James Sutherland et retient les services des architectes Morley W. Hogle et Huntly Ward Davis l’année suivante pour la conception des plans de la résidence. La maison fait l’objet d’un agrandissement à l’arrière en 1915 de sorte qu’elle occupe la majeure partie de la surface du terrain et porte la profondeur à 97 pieds (30 mètres).

Tout au long de son histoire, cette maison connaît trois types de vocation résidentielle. Après avoir changé de mains à plusieurs reprises, la résidence unifamiliale est subdivisée en 26 unités de logement en 1951. Cette modification se situe au niveau de son intérieur seulement sans en altérer l’extérieur.

La maison est classée à titre de monument historique en 1974 par le gouvernement du Québec sous le vocable de maison Greenshields (Pachiny). En 1982, abandonnée depuis une dizaine d’années, la maison est intégrée au projet d’appartements en propriété divise érigé à l’ouest et derrière elle.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Elizabeth Gottfried et H. B. Pachany

    La maison Greenshields est aussi connue sous le nom de Pachiny. Il s’agirait, selon l’auteur Guy Pinard, d’une erreur toponymique puisque les différents actes de vente se rapportent à un dénommé Pachany.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 23 mars 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1915
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Agrandissement à l’arrière
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1982
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Intégration de la maison Greenshields à l'immeuble Le Penfield (60 logements intégrés à l’ouest de la maison).

    Concepteur de la transformation :
    Lemay et Associés (architectes)
     
haut de page
Lecture architecturale  
Le statut social des premiers occupants de la maison est reflété par les éléments d’architecture qui s’inspirent de l’enseignement des Beaux-Arts, style habituellement réservé aux édifices publics prestigieux. Les détails réalisés dans cet esprit, tels que le parapet qui couronne le bâtiment et le balcon à balustrade au-dessus de la porte, créent un effet de relief et confèrent à l’ensemble une expression à la fois simple et élégante.

Le soubassement très élevé, qui accueille un imposant escalier, ainsi que les fenêtres du rez-de-chaussée, aussi hautes que la porte d’entrée, donnent un aspect de richesse à cette résidence et font ressortir son caractère raffiné.

Le classement de la maison Greenshields assure la conservation d’une typologie résidentielle de bâtiments, dans cette portion du Mille carré doré qui accueille de plus en plus de places d’affaires et de tours d’habitation.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Maison Charles-G.-Greenshields
    Anciennement un monument historique classé (1974-09-30) (juridiction provinciale)
  • Situé dans le site patrimonial du Mont-Royal (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique et naturel (2005-03-09) (juridiction provinciale)
  • Situé dans l'aire de protection de la Maison Charles-G.-Greenshields depuis le 1975-07-07 (juridiction provinciale)
  • Situé dans le site patrimonial du Mont-Royal (cité) (2012-10-19).
    Anciennement un site du patrimoine (1987-12-18) (juridiction municipale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9839-18-2224-01

Propriété :

9839-18-2224

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 janvier 2013