Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Bâtiment secondaire du Grand Séminaire
©Ville de Montréal, 2002
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Bâtiment secondaire du Grand Séminaire

Autres appellations :
  • Étable du Grand Séminaire
  • Garage du Grand Séminaire
  • Hangar du Grand Séminaire
Adresse civique :
  • 2121, rue Sherbrooke Ouest
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Ensemble du Grand Séminaire de Montréal
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Fort de la Montagne

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1880

Nom du propriétaire constructeur :
  • Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice
    (propriétaire de 1676 à aujourd'hui)
    La Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice est créée en France en 1641. À l’origine, la vocation des sulpiciens est principalement orientée vers la formation des prêtres par la mise sur pied de séminaires. Le sulpicien Jean-Jacques Olier, étroitement lié à l’histoire de Montréal malgré qu’il n’ait jamais foulé le sol de la Nouvelle-France, est l’un des fondateurs de la Société de Notre-Dame de Montréal. Celle-ci est à l’origine de la fondation de Ville-Marie en 1642. La paroisse de Notre-Dame est desservie par les sulpiciens à partir de 1657, qui deviennent ensuite propriétaires de la seigneurie de l’île de Montréal en 1663. Leur statut de seigneurs permet aux sulpiciens d’être actifs dans le développement de l’île de Montréal en construisant notamment des moulins. C’est à la demande de monseigneur Ignace Bourget, en 1840, que les sulpiciens renouent avec leur vocation d’origine en acceptant la responsabilité de la formation des futurs prêtres du diocèse de Montréal.
Typologie d'origine :
  • Bâtiment agricole

Commentaire sur la construction

Il est difficile d’identifier avec précision l’usage d’origine de ce bâtiment utilitaire pour lequel il existe bien peu de sources écrites. Dans certaines sources, on fait mention du mot étable, ce qui suggère l’existence d’un cheptel de bovins, chose assez peu probable à la fin du XIXe siècle, alors que les animaux domestiques étaient plutôt gardés à la ferme sous les noyers, située tout près. On sait, par ailleurs, que le bâtiment a servi de hangar, de garage et peut-être d’écurie.

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

L’édifice du Grand Séminaire (1854) ainsi que celui du Collège de Montréal (1868-1871), auxquels plusieurs ailes se sont greffées au fil du temps, constituent le principal ensemble architectural du site. Cependant, une série de bâtiments secondaires viennent compléter le complexe initial du Grand Séminaire et du Collège de Montréal. On retrouve la chaufferie et la résidence des employés (1870), le hangar (1880), la résidence des sœurs (1909) et l’Ermitage (1911-1913), tous érigés à l’intérieur de l’enceinte des prêtres de Saint-Sulpice.

Le mur d’enceinte en moellons qui ceinture toute la propriété est érigé en 1870. Le hangar, construit en 1880, est érigé contre ce mur d’enceinte et fait corps avec lui. Le bâtiment utilitaire sert à différents usages, dont celui de garage. Durant les années 1970 et 1980, il est de nouveau transformé dans le but d’être converti en résidence, puis en espaces de bureaux.

haut de page
Lecture architecturale  
Faisant corps avec le mur d’enceinte du Grand Séminaire bordant la rue Sherbrooke, ce bâtiment secondaire est caractéristique des structures utilitaires que l’on rencontrait au XIXe siècle sur les grandes propriétés religieuses de Montréal. Construit en pierres à moellons, le bâtiment de plan rectangulaire d’un seul étage est coiffé d’une mansarde percée de lucarnes. La façade symétrique comporte des fenêtres encadrées par des chambranles en pierres de taille, et des chaînages d’angle marquent les arêtes du bâtiment. Cette architecture n’est pas sans rappeler l’aile ouest du Grand Séminaire, érigée trois ans plus tôt d’après les plans de l’architecte Henri-Maurice Perrault, et témoigne d’un souci d’harmonisation de l’ensemble des constructions. Les travaux de restauration réalisés dans les années 1980 ont permis d’uniformiser la façade de ce bâtiment secondaire avec celle du mur d’enceinte en utilisant une pierre à bossages identique et un appareillage semblable.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial du Domaine des Messieurs de Saint-Sulpice (classé) (2012-10-19).
    Anciennement un site historique classé (1982-05-26) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9839-12-6740-11

Propriété :

9839-12-6740

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 septembre 2012