Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Aile du Centenaire du Grand Séminaire
©Ville de Montréal, 2002
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Aile du Centenaire du Grand Séminaire

Adresse civique :
  • 2065, rue Sherbrooke Ouest
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Ensemble du Grand Séminaire de Montréal
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Fort de la Montagne

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1940

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Paul-Marie Lemieux
    (architecte)
    Fils de l’architecte Ludger Lemieux, Paul-Marie Lemieux (1902-1969) a d’abord fréquenté l’École polytechnique et l’École des beaux-arts de Montréal avant d’aller étudier l’architecture à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, de laquelle il est diplômé en 1930. À son retour à Montréal, il s’associe avec son père pour former l’agence d’architectes Ludger et Paul-M. Lemieux et conçoivent notamment le marché Atwater, 110-154 Atwater (1932). À la suite du décès de Ludger Lemieux en 1953, Paul-Marie poursuit sa carrière sous son propre nom.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice
    (propriétaire de 1676 à aujourd'hui)
    La Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice est créée en France en 1641. À l’origine, la vocation des sulpiciens est principalement orientée vers la formation des prêtres par la mise sur pied de séminaires. Le sulpicien Jean-Jacques Olier, étroitement lié à l’histoire de Montréal malgré qu’il n’ait jamais foulé le sol de la Nouvelle-France, est l’un des fondateurs de la Société de Notre-Dame de Montréal. Celle-ci est à l’origine de la fondation de Ville-Marie en 1642. La paroisse de Notre-Dame est desservie par les sulpiciens à partir de 1657, qui deviennent ensuite propriétaires de la seigneurie de l’île de Montréal en 1663. Leur statut de seigneurs permet aux sulpiciens d’être actifs dans le développement de l’île de Montréal en construisant notamment des moulins. C’est à la demande de monseigneur Ignace Bourget, en 1840, que les sulpiciens renouent avec leur vocation d’origine en acceptant la responsabilité de la formation des futurs prêtres du diocèse de Montréal.
Typologie d'origine :
  • École
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

Grâce à l’entente conclue en 1840 entre l’évêque du diocèse de Montréal, monseigneur Ignace Bourget, et les sulpiciens, ces derniers obtiennent la responsabilité de la formation des futurs prêtres du diocèse. Les séminaristes sont accueillis dans un nouvel édifice érigé en 1854 d’après les plans de John Ostell, dans l’enceinte démantelée de l’ancien fort des sulpiciens, dont seulement deux tours subsistent encore aujourd'hui.

Entre 1868 et 1900, le Grand Séminaire est agrandi à diverses reprises. Une nouvelle aile, nommée l’aile du Centenaire, est construite à l’arrière du complexe en 1940 selon les plans de l’architecte Paul-Marie Lemieux. L’aile du Centenaire compte à l’origine une salle de récréation au rez-de-chaussée et une salle d’exercice à l’étage, utilisées par les séminaristes.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Corporation du Collège de Montréal
    (propriétaire de 1994 à aujourd'hui)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 23 novembre 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1881
    Fin des travaux : 1883
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Construction de la chapelle du collège située dans une aile arrière

    Concepteur de la transformation :
    Victor Bourgeau et Alcibiade Leprohon (architectes)
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1959
    Fin des travaux : 1960
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Construction du pavillon des Anciens

    Concepteur de la transformation :
    Duplessis, Labelle et Derome (architectes)
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 1994
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Construction du centre sportif

    Concepteur de la transformation :
    Jodoin, Lamarre, Pratte et associés (architectes)
     
haut de page
Lecture architecturale  
L’aile du Centenaire est un bel exemple de synthèse entre la tradition et la modernité en architecture. En effet, ce type de construction, dont on peut dire qu’il relève du classicisme moderne, allie un système constructif en béton armé tout à fait moderne et une enveloppe extérieure classique qui emploie un langage architectural et des matériaux traditionnels.

L’aile rectangulaire érigée en 1940 est coiffée d’une coque voûtée en béton armé soutenue par des fermes arquées. L’architecte Paul-Marie Lemieux avait expérimenté l’utilisation de ce type de charpente quelques années plus tôt, en 1932, lors de la construction du marché Atwater, qu’il avait conçu avec son père et associé, Ludger Lemieux. Afin qu’il puisse s’harmoniser avec les autres ailes du Grand Séminaire, le bâtiment est revêtu de pierre de taille, et un bandeau de pierre sépare les deux étages. La symétrie de la composition, clairement exprimée, détermine la disposition et le rythme des ouvertures rectangulaires ou à arc surbaissé. À l’intérieur, on perçoit avec plus de force l’empreinte rationaliste de la construction grâce, notamment, à sa structure apparente en béton qui définit clairement les travées de l’espace interne.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Situé dans le site patrimonial du Domaine des Messieurs de Saint-Sulpice (classé) (2012-10-19).
    Anciennement un site historique classé (1982-05-26) (juridiction provinciale)
  • Situé dans l'aire de protection des Tours du Fort-des-Messieurs de Saint-Sulpice depuis le 1975-05-12 (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9839-12-6740-10

Propriété :

9839-12-6740

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 septembre 2012