Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Bassin du Grand Séminaire
©Ville de Montréal, 2002
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Bassin du Grand Séminaire de Montréal

Adresse civique :
  • 2065, rue Sherbrooke Ouest
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Ensemble du Grand Séminaire de Montréal
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Fort de la Montagne

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1801

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Antoine-Alexis Molin
    (prêtre de Saint-Sulpice)
    Antoine-Alexis Molin naît à Lyon en 1757 et arrive au Canada vers 1794, avec d’autres sulpiciens, ayant été chassé de la France après la Révolution française. Il réalise, à titre d’économe de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice de Montréal, les plans du Collège de Montréal (1806) de la rue du Collège (maintenant rue Saint-Paul) et supervise divers travaux pour les sulpiciens dont la réfection du fort des messieurs à partir de 1796.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice
    (propriétaire de 1801 à aujourd'hui)
    La Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice est créée en France en 1641. À l’origine, la vocation des sulpiciens est principalement orientée vers la formation des prêtres par la mise sur pied de séminaires. Le sulpicien Jean-Jacques Olier, étroitement lié à l’histoire de Montréal malgré qu’il n’ait jamais foulé le sol de la Nouvelle-France, est l’un des fondateurs de la Société de Notre-Dame de Montréal. Celle-ci est à l’origine de la fondation de Ville-Marie en 1642. La paroisse de Notre-Dame est desservie par les sulpiciens à partir de 1657, qui deviennent ensuite propriétaires de la seigneurie de l’île de Montréal en 1663. Leur statut de seigneurs permet aux sulpiciens d’être actifs dans le développement de l’île de Montréal en construisant notamment des moulins. C’est à la demande de monseigneur Ignace Bourget, en 1840, que les sulpiciens renouent avec leur vocation d’origine en acceptant la responsabilité de la formation des futurs prêtres du diocèse de Montréal.
Typologie d'origine :
  • Élément d'aménagement paysager

Commentaire sur la construction

La date de construction exacte du bassin actuel n’est pas clairement établie. Un premier bassin aménagé vers 1675 se trouvait à l’intérieur du fort alors qu’un deuxième, construit vers 1685, était situé à l’extérieur. Deux bassins sont représentés sur un plan datant de 1694 et dessiné par François Vachon de Belmont. Un troisième bassin aurait été aménagé entre 1731 et 1747. En 1801, Antoine-Alexis Molin note dans le Cahier des dépenses extraordinaires qu’un bassin existait déjà et qu’il ferait des travaux de nettoyage avant de le modifier. Chose certaine, c’est Antoine-Alexis Molin qui a donné au bassin son aspect actuel.

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

Les sulpiciens occupent ce site dès 1676 où ils établissent une mission vouée à l’évangélisation des Amérindiens. À quelques installations sommaires s’ajoutent graduellement un ouvrage défensif avec courtines et tours ainsi que des habitations, une chapelle et des bâtiments agricoles. La mission amérindienne quitte le site en 1692 pour s’établir au Sault-au-Récollet. Dès lors, le fort des messieurs de Saint-Sulpice devient un lieu de repos pour les sulpiciens.

En 1801, Antoine-Alexis Molin donne au bassin sa configuration actuelle. À cette époque, le bassin longe un verger, et un kiosque dédié à la Vierge le borne à son extrémité ouest. La construction du Grand Séminaire en 1854 n’affecte pas la configuration du bassin. Le bassin a subi plusieurs campagnes de restauration, dont la dernière, vers 2000, a permis de le remettre en état après des années d’abandon.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 18 novembre 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1980
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Réfection du bassin en béton
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 2000
    Fin des travaux : 2004
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Remise en état du bassin

    Concepteur de la transformation :
    Beaupré et Michaud et Maurice Lamoureux (architectes)
     
haut de page
Lecture architecturale  
Le bassin du Grand Séminaire est un plan d’eau mesurant 158,5 mètres de long par 7,6 mètres de large situé dans la partie nord-ouest du Grand Séminaire et bordé d’arbres centenaires. Il présente une configuration allongée et se termine à chaque extrémité par un hémicycle. Le caractère formel et la géométrie rigoureuse du bassin sont issus de la tradition des grands jardins classiques français avant l’engouement pour les aménagements plus pittoresques influencés par le courant romantique.

Le bassin est alimenté par des sources d’eau provenant de la montagne qui se drainent ensuite vers le réseau d’égout municipal. Il s’agit d’un élément d’aménagement paysager exceptionnel en raison de son ancienneté mais aussi de son caractère unique au centre de l’un des plus vieux jardins conventuels de Montréal.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Situé dans le site patrimonial du Domaine des Messieurs de Saint-Sulpice (classé) (2012-10-19).
    Anciennement un site historique classé (1982-05-26) (juridiction provinciale)
  • Situé dans l'aire de protection des Tours du Fort-des-Messieurs de Saint-Sulpice depuis le 1975-05-12 (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9839-12-6740-08

Propriété :

9839-12-6740

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 septembre 2012