Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Résidence des soeurs de la Sainte-Famille
©Ville de Montréal, 2002
 
Résidence des soeurs de la Sainte-Famille (trottoir couvert)
©Ville de Montréal, 2002
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Résidence des soeurs de la Sainte-Famille

Autre appellation :
  • Maison des Petites Filles de Saint-Joseph
Adresse civique :
  • 1931, rue Sherbrooke Ouest
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Ensemble du Grand Séminaire de Montréal
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Fort de la Montagne

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1909

Nom du propriétaire constructeur :
  • Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice
    (propriétaire de 1909 à 1994)
    La Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice est créée en France en 1641. À l’origine, en France, la vocation des sulpiciens est principalement orientée vers la formation des prêtres par la mise sur pied de séminaires. Le sulpicien Jean-Jacques Olier, étroitement lié à l’histoire de Montréal malgré qu’il n’ait jamais foulé le sol de la Nouvelle-France, est l’un des fondateurs de la Société de Notre-Dame de Montréal. Celle-ci est à l’origine de la fondation de Ville-Marie en 1642. La paroisse de Notre-Dame est desservie par les sulpiciens à partir de 1657, qui deviennent ensuite propriétaires de la seigneurie de l’île de Montréal en 1663. Leur statut de seigneurs permet aux sulpiciens d’être actifs dans le développement de l’île de Montréal en construisant notamment des moulins. C’est à la demande de monseigneur Ignace Bourget, en 1840, que les sulpiciens renouent avec leur vocation d’origine en acceptant la responsabilité de la formation des futurs prêtres du diocèse de Montréal.
Typologie d'origine :
  • Édifice religieux
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

L’édifice du Grand Séminaire (1854) ainsi que celui du Collège de Montréal (1868-1871), auxquels plusieurs ailes se sont greffées au fil du temps, constituent le principal ensemble architectural du site. Cependant, une série de bâtiments secondaires viennent compléter le complexe initial du Grand Séminaire et du Collège de Montréal, notamment la résidence des Sœurs de la Sainte-Famille.
Le bâtiment a connu peu de modifications depuis sa construction. À l’origine, le bâtiment séparait le jardin potager et la cour de récréation des étudiants. À partir de 1914, le trottoir couvert qui relie l’édifice du Collège et l’Ermitage longe la résidence des religieuses.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Corporation du Collège de Montréal
    (propriétaire de 1994 à aujourd'hui)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Sœurs de la Sainte-Famille
    (locataire de 1909 à 1970)
    Responsables de la cuisine et de la lingerie.

  • Congrégation des Petites Filles de Saint-Joseph
    (locataire à 1970 à aujourd'hui)
    La congrégation des Petites Filles de Saint-Joseph est fondée le 26 avril 1857 par Rose-de-Lima Dauth avec l’aide des sulpiciens Antoine Mercier et Damien Tambareau. Sa principale vocation est de venir en aide aux membres du clergé en assurant certains services d’utilité matérielle comme la confection d’habits ecclésiastiques ou la réalisation de divers travaux ménagers. Elles viennent principalement en aide aux sulpiciens du Grand Séminaire et construisent leur maison-mère (en 1910) sur un terrain situé à l’extrémité ouest du domaine Saint-Sulpice, 2333 Sherbrooke Ouest, à l’angle de la rue Atwater.
haut de page
Lecture architecturale  
La résidence des Sœurs de la Sainte-Famille, érigée derrière l’édifice du Collège de Montréal, est l’un des seuls édifices du site, avec l’Ermitage, à être revêtu de brique. Le bâtiment érigé sur une importante dénivellation comporte un soubassement en pierres et trois étages coiffés d’un toit plat. La composition générale des façades et l’absence d’ornementation dénote un certain rationalisme dans la composition formelle. Les ouvertures légèrement arquées sont disposées selon un rythme régulier sur chaque façade et une corniche formée de briques en saillie vient couronner le bâtiment.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Situé dans le site patrimonial du Domaine des Messieurs de Saint-Sulpice (classé) (2012-10-19).
    Anciennement un site historique classé (1982-05-26) (juridiction provinciale)
  • Situé dans l'aire de protection des Tours du Fort-des-Messieurs de Saint-Sulpice depuis le 1975-05-12 (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9839-12-6740-05

Propriété :

9839-12-6740

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 septembre 2012