Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Ateliers municipaux, façade sud
©Ville de Montréal, 2006
 
Ateliers municipaux, façade est
©Ville de Montréal, 2002
 
Ateliers municipaux, façade nord
©Ville de Montréal, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Écurie de la cour des Carrières

Autres appellations :
  • Ateliers municipaux de la rue des Carrières
  • Édifice du 1500 des Carrières
Adresses civiques :
  • 1500, rue des Carrières
  • 1430-1610, rue des Carrières
    (façade secondaire)
Arrondissement ou ville :

Rosemont—La Petite-Patrie (Montréal)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1928-1929

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • J.-L.-D. Lafrenière
    (architecte)
    Nous savons peu de choses sur l’origine et la formation de cet architecte. Durant les années 1920, jusqu’en 1931, J.-L.-D. Lafrenière est à la tête du Bureau de l’architecte de la Cité, où il dirige notamment les architectes Donat Beaupré, J.-E. Blanchard, Émile Daoust et Lucien Kérouac. Il prend notamment la relève de Louis Parant à la supervision des travaux de reconstruction de l’hôtel de ville de Montréal, 275 Notre-Dame Est (1922-1926), sous la responsabilité d’une commission consultative d’architectes en pratique privée : Jean-Omer Marchand, Joseph-Dalbé Viau, Louis-Alphonse Venne, Ernest Cormier, Louis-Auguste Amos et David Jerome Spence. Il signe également les plans du poste d’incendie no 35, 10827 Lajeunesse (1929), en collaboration avec l’architecte-conseil Jean-Omer Marchand.
  • Donat Beaupré
    (architecte)
    Nous n’avons que peu de renseignements sur l’origine et la formation de cet architecte. Donat Beaupré devient membre de l’Association des architectes de la Province de Québec en 1914. À l’emploi de la Ville de Montréal à partir de 1923 dans l’équipe de J.-L.-D. Lafrenière, il devient à son tour l’architecte en chef de la Cité en 1931, poste qu’il occupe jusqu’à la fin des années 1950. Il prend sa retraite du monde municipal en 1961. Durant son mandat, Beaupré est à la tête d’une équipe formée d’une dizaine d’architectes et d’une vingtaine de dessinateurs. Parmi les tâches qui lui incombent, l’architecte en chef de la Cité voit à la préparation des plans et des cahiers de charges, il agit à titre d’architecte consultant auprès des firmes privées employées par la Ville et il surveille la construction des édifices municipaux. Donc, durant plus de 25 ans, tous les plans d’architecture des immeubles municipaux sont signés par Donat Beaupré, qui reçoit ainsi le mérite de la réalisation des constructions, même si les plans ont été préparés par d’autres architectes de son équipe ou par des architectes en pratique privée. Parmi les édifices industriels qui lui sont attribués, notons l’écurie de la cour Madison, 2160 Madison (1931), le garage de la cour Honoré-Beaugrand, 7944 Hochelaga (1932) et l’incinérateur Dickson, 2200 Dickson (1954-1955).
  • Jean-Omer Marchand
    (architecte)
    Jean-Omer Marchand (1872-1936) est né à Montréal. Il est le premier architecte canadien à obtenir son diplôme de l’École des beaux-arts de Paris. De 1902 à 1913, Marchand est associé avec l’architecte américain Samuel Stevens Haskell (1871-1913). Ils conçoivent alors quelques immeubles importants, dont la cour du recorder de Montréal, 775 Gosford (1912-1913), ainsi que la maison mère des Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, 3040 Sherbrooke Ouest (1904-1908). On doit également à Jean-Omer Marchand le bain Généreux, 2050 Amherst (1926-1927), ainsi que la cour juvénile, 5030 Saint-Denis (1928-1930). À titre d’architecte-conseil de la Ville de Montréal, Jean-Omer Marchand contrôle le design de nombreux édifices réalisés sous la signature des architectes et ingénieurs de la Ville, dont le bâtiment des pompes du réservoir McTavish, 855 du Docteur-Penfield (1928), et le poste d’incendie no 35, 10827 Lajeunesse (1929).
Nom du propriétaire constructeur :
  • Ville de Montréal
    (propriétaire de 1929 à aujourd'hui)
    Ce bâtiment, construit en 1929 à proximité du premier incinérateur de la Ville de Montréal, sert d’écurie pour les chevaux et les voitures du Service de l’incinération du Département des Travaux publics. Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque les camions font leur apparition au sein du Service, l’écurie est transformée en ateliers municipaux, qui comprennent des bureaux, des entrepôts et des magasins de la Ville de Montréal. Divers garages lui sont par la suite annexés pour l’entreposage des véhicules d’entretien de la voirie et d’enlèvement de la neige.
haut de page
 
 
Ateliers municipaux, façade nord
©Ville de Montréal, 2002
 
 
Histoire  
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 31 mars 2007 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1956
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Agrandissement.

    Concepteur de la transformation :
    Émile Daoust (architecte)
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1962
    Fin des travaux : 1963
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Construction du bâtiment de la surintendance pour la division de l’électricité.

    Concepteur de la transformation :
    André Daoust (architecte)
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 1971
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Réaménagement complet des garages.
     
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9743-78-9076-01

Propriété :

9743-78-9076

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 26 août 2012