Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Maison Antoine-Beaudry
©Ville de Montréal, 2002
 
Maison Antoine-Beaudy
©Ville de Montréal, 2002
 
Maison Antoine-Beaudy
©Ville de Montréal, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Antoine-Beaudry

Autres appellations :
  • Maison Beaudry
  • Maison Wilson
Adresse civique :
  • 14678, rue Notre-Dame Est
Arrondissement ou ville :

Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles (Montréal)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

vers 1750

Nom du propriétaire constructeur :
  • Antoine Beaudry
    (propriétaire de 1730 à 1777)
    Antoine Beaudry fait partie d’une des familles pionnières de Pointe-aux-Trembles. Il reçoit une terre de son père Louis Beaudry en don lors de son mariage en 1730 et y fait construire une maison de pierre. La maison Beaudry et le site sur lequel elle est implantée demeurent la propriété de la famille Beaudry du début du XVIIIe siècle jusqu’en 1922.
Typologie d'origine :
  • Maison isolée

Commentaire sur la construction

La date de construction initiale de la maison Antoine-Beaudry se situe entre 1730, date à laquelle Louis Beaudry cède à son fils Antoine un terrain occupé par une « ancienne maison », et 1777, date de l’acte de donation du terrain d’Antoine Beaudry à son gendre Pierre Beauchamp. Dans cet acte de donation, on peut lire la mention d’une maison de pierre, vraisemblablement la maison actuelle. La date qui a été choisie, « vers 1750 », constitue une date médiane approximative.

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

La maison est construite sur un emplacement qui devient la propriété d’Antoine Beaudry en 1730 et consiste en une habitation de ferme en pierres des champs. Un second corps de bâtiment en bois qui sert de cuisine d’été est ajouté vers la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle. D’autres travaux comprennent la construction de larmiers débordants qui recouvrent de nouvelles galeries et le percement de lucarnes dans la toiture du bâtiment.

Durant la période de l’entre-deux-guerres, Pointe-aux-Trembles devient un lieu de villégiature. Des chalets sont construits dans les années 1930 sur une partie du site de la maison Antoine-Beaudry, qui est avantageusement située en bordure du fleuve. Cette vocation de villégiature est maintenue jusque dans les années 1970. La maison devient la propriété de la Ville de Montréal en 1983. Elle est restaurée et recyclée en centre culturel entre 1996 et 1997.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Joseph-Marcelin Wilson
    (propriétaire de 1922 à 1934)
    L’homme d’affaires et politicien Joseph-Marcelin Wilson (1859-1940) débute sa carrière dans le commerce des boissons alcoolisées, puis travaille dans le monde de la finance. Il est notamment président de la Banque canadienne nationale et du Trust général du Canada, et également directeur de nombreuses entreprises. Il est nommé au sénat en 1911. Il devient propriétaire de la maison Antoine-Beaudry en 1922 et la loue à Henri Beauchamp qui exploite alors la ferme.
  • Ville de Montréal
    (propriétaire de 1983 à aujourd'hui)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 18 novembre 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : vers 1900
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Ajout d’une annexe du côté est de la maison
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1996
    Fin des travaux : 1997
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration et recyclage de la maison en centre culturel

    Concepteur de la transformation :
    Beaupré et Michaud (architectes)
     
haut de page
Lecture architecturale  
La maison Antoine-Beaudry compte parmi les premières maisons de ferme en pierres construites à Pointe-aux-Trembles. Le volume principal de la maison possède plusieurs caractéristiques de l’architecture du Régime français. Le carré en pierres des champs comporte des murs-pignons avec cheminées encastrées et est coiffé d’une toiture à deux versants à forte pente.

Les modifications et ajouts apportés à cette maison depuis sa construction au XVIIIe siècle suscitent de l’intérêt puisqu’ils témoignent de l’évolution de l’architecture rurale domestique à Montréal. À cette époque, la maison fait face au sud, c’est-à-dire face au fleuve et au chemin du Roy ouvert en 1734. La façade principale est par la suite réorientée vers le nouveau chemin du Roy construit du côté nord de la résidence en 1841. La cuisine d’été en colombage de bois qui flanque la maison de pierre date du dernier quart du XIXe siècle ou du début du XXe siècle. On peut supposer que les larmiers incurvés débordants qui deviennent populaires au Québec dans les années 1850-1860, les galeries des façades principales ainsi que les lucarnes à frontons ornées de motifs en fleur de lys remontent également à cette période.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Maison Beaudry
    Anciennement un monument historique classé (1979-07-10) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :Le bâtiment est identifié aux inventaires patrimoniaux dans la catégorie suivante :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0559-44-1706-01

Propriété :

0559-44-1706

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 21 janvier 2013