Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Moulin de Pointe-aux-Trembles après sa restauration
©Ville de Montréal, 2008
 
Moulin à vent de Pointe-aux-Trembles (avant sa restauration)
©Ville de Montréal, 2002
 
Moulin à vent de Pointe-aux-Trembles (avant sa restauration)
©Ville de Montréal, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Moulin à vent de Pointe-aux-Trembles

Autres appellations :
  • Moulin de Pointe-aux-Trembles
  • Vieux-Moulin de Pointe-aux-Trembles
Adresse civique :
  • 11630, rue Notre-Dame Est
Arrondissement ou ville :

Rivière-des-Prairies—Pointe-aux-Trembles (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Village de Pointe-aux-Trembles (Notre-Dame Est et 3e Avenue)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1719

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Jean-Baptiste Deguire dit LaRose
    (maître maçon)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice
    (propriétaire de 1719 à 1837)
    La Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice est créée en France en 1641. Le sulpicien Jean-Jacques Olier, étroitement lié à l’histoire de Montréal malgré qu’il n’ait jamais foulé le sol de la Nouvelle-France, est l’un des fondateurs de la Société de Notre-Dame de Montréal. Celle-ci est à l’origine de la fondation de Ville-Marie en 1642. La paroisse de Notre-Dame est desservie par les sulpiciens à partir de 1657, qui deviennent ensuite propriétaires de la seigneurie de l’île de Montréal en 1663. Leur statut de seigneurs permet aux sulpiciens d’être actifs dans le développement de l’île de Montréal en construisant notamment des moulins, dont celui de Pointe-aux-Trembles. Ils détiennent le droit de banalité qui oblige les habitants à utiliser leurs moulins contre redevance.
Typologie d'origine :
  • Moulin
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

Un premier moulin à vent est construit entre 1671 et 1672 sur les berges du fleuve, à l’extérieur du fort de Pointe-aux-Trembles. Ce bâtiment est endommagé en 1718 par les crues printanières du fleuve. En 1719, les sulpiciens achètent d’André Poutret un terrain situé plus à l’ouest et font construire un nouveau moulin à vent par le maître maçon Jean-Baptiste Deguire. Le maître farinier Jean-Baptiste Gibaux fils est le premier locataire du moulin en 1721. Le moulin est en opération de façon presque continue au XVIIIe siècle, mais il connaît au début du siècle suivant une longue période d’inactivité. Rehaussé d'un étage en 1822, il devient le moulin le plus haut du Québec. Les sulpiciens ne retirent aucun revenu du moulin à partir de 1838. Alors qu’il est inutilisé, le moulin conserve sa silhouette caractéristique pendant les XIXe et XXe siècles. Les ailes de la roue à vent et la plus grande partie du mécanisme du moulin sont toutefois disparus.

La société de salons funéraires Magnus Poirier acquiert le moulin en 1985 et effectue la réparation des murs de maçonnerie et de la toiture ainsi que la reconstruction de certaines portes et fenêtres. En 2001, des travaux d'urgence ont été effectués. À l'été 2005, la Ville a procédé à la démolition du Salon funéraire qui prenait place au côté du moulin. Finalement, le moulin est restauré en 2007 afin de lui rendre l'apparence qu'il avait entre 1823 et 1860 et l'espace public qui ceinture le moulin est aménagé afin de mettre en valeur le bien culturel et son contexte historique et archéologique.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Ville de Montréal
    (propriétaire de 2001 à aujourd'hui)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 18 mars 2011 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1987
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration de l’extérieur du moulin

    Concepteur de la transformation :
    Ruccolo et Faubert (architectes)
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 2007
    Fin des travaux : 2008
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Concepteur de la transformation :
    Beaupré et Michaud (Architectes)
     
haut de page
Lecture architecturale  
Le moulin banal de Pointe-aux-Trembles est l’un des plus anciens du Québec et constitue un exemple intéressant d’architecture préindustrielle. Avec ses quatre étages, c’est la plus haute structure de ce type au Québec. Sa tour de forme circulaire est implantée sur une petite butte et est constituée de murs massifs de pierre. Cette structure utilitaire qui sert à moudre le grain n’est percée que de quelques ouvertures, mais la plupart d’entre elles arborent des linteaux, jambages et seuils en pierre de taille. Le moulin de Pointe-aux-Trembles est le seul sur l’île de Montréal à posséder des éléments en pierre taillée. La tour est coiffée d’une toiture conique recouverte de bardeaux de bois qui, à l’origine, tournait sur elle-même. Les ailes de la roue à vent et la plus grande partie du mécanisme du moulin sont disparus.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0554-37-7248-01

Propriété :

0554-37-7248

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 21 janvier 2013