Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Marché Maisonneuve, Centre culturel et sportif de l'Est
©Ville de Montréal, 2002
 
Marché Maisonneuve, Centre culturel et sportif de l'Est (détail)
©Ville de Montréal, 2002
 
Marché Maisonneuve, Centre culturel et sportif de l'Est (détail)
©Ville de Montréal, 2002
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Marché Maisonneuve

Autre appellation :
  • Marché Maisonneuve, Centre culturel et sportif de l'Est
Adresse civique :
  • 4375, rue Ontario Est
Arrondissement ou ville :

Mercier—Hochelaga-Maisonneuve (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Maisonneuve (Sainte-Catherine Est et Morgan)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1912-1914

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Marius Dufresne
    (architecte et ingénieur civil -- Concepteur)
    Marius Dufresne (1883-1945), architecte-géomètre et ingénieur civil
    Né en 1883 à Pointe-du-Lac, près de Trois-Rivières, Marius Dufresne complète ses études en ingénierie et en architecture à l’École polytechnique à Montréal en 1905. Au début de sa carrière, il travaille dans l'atelier de chemin de fer de Longue Pointe avant de devenir associé dans la firme Lacroix & Piché. Entre 1908 et 1918, il agit à titre d’ingénieur civil pour la Cité de Maisonneuve. Durant cette période, il s’implique avec son frère Oscar Dufresne (industriel de la chaussure, conseiller municipal et président du comité des finances de la Cité de Maisonneuve) aux projets d’urbanisation et d’embellissement de la ville, notamment, l’ouverture de grandes artères comme le boulevard Pie-IX, de même qu’à la construction d’édifices publics. Ces travaux comprennent l’aménagement du boulevard Morgan, la construction du marché Maisonneuve, 4375 Ontario Est (1912-1914), du bain Morgan, 1875 Morgan (1914-1916), et le poste d’incendie de Maisonneuve, 485 Letourneux (1914-1915). Il conçoit également le Château Dufresne, 4040 Sherbrooke Est (1916-1918) en collaboration avec l’architecte français Jules Renard. Après l’annexion de Maisonneuve à Montréal en 1918, Marius Dufresne fonde une entreprise de construction, Dufresne Engineering Company, qui se charge de la réalisation des ponts Pie-IX, Jacques-Cartier (sous-structure), Sainte-Anne et Sainte-Rose ainsi que de nombreux viaducs et des installations hydro-électriques. Il meurt en 1945 suite à un accident survenu sur le chantier de construction d’un pont.
  • Joseph-Cajetan Dufort
    (architecte)
    Joseph-Cajetan Dufort, (1868 – 1936), architecte :
    L’architecte Joseph-Cajetan Dufort aurait possiblement participé à la conception de cet édifice. À l’exception qu’il est Pupil of Mass. Institute of Technology de Boston, nous ne connaissons pas les détails quant à l’origine et à la formation de l’architecte Joseph-Cajetan Dufort. On doit à Dufort notamment les plans de l’Hôtel de ville Sainte-Cunégonde, 530, Vinet (1904); l’Hôtel de ville de Maisonneuve (aujourd’hui bibliothèque), 4120, Ontario Est (1911) et le Théâtre Seville, 2153-2159, Sainte-Catherine Ouest (1904). Il est mort à Montréal le 6 mai 1936.
  • Wilfrid L. Vandal
    (architecte)
    Wilfrid L.Vandal (1882-1928), architecte :
    L’architecte Wilfrid L. Vandal aurait possiblement participé à la conception de cet édifice. Diplômé de l’École des Beaux-Arts de Paris, cet architecte montréalais était à l’emploi de Marius Dufresne. Il aurait également participé à la conception de deux autres édifices majeurs de l’ancienne Cité de Maisonneuve, à savoir le bain Morgan, 1875, Morgan(1914-1916) et le Château Dufresne, 4040 Sherbrooke Est (1916-1918).
  • Alfred Laliberté
    (sculpteur et peintre)
    Alfred Laliberté (1878 – 1953, sculpteur et peintre :
    On doit la sculpture de « La fermière », qui orne la fontaine de la grande place du marché Maisonneuve, au sculpteur et peintre québécois célèbre, Alfred Laliberté. Il est né à Sainte-Élizabeth-de-Warwick en 1878. Il suit ses cours de dessin et de modelage au Conseil des arts et manufacture à Montréal de 1898 à 1901. À l'âge de 20 ans, il obtient le premier prix à l'Exposition provinciale de la Ville de Québec pour un buste de Sir Wilfrid Laurier. En 1902, il se rend à Paris pour étudier à l'École des beaux-arts où il se familiarise avec les œuvres d'Auguste Rodin et côtoie le peintre et sculpteur canadien Marc-Aurèle de Foy Suzor-Coté. À son retour à Montréal trois ans plus tard, Laliberté obtient un poste d'enseignement au Conseil des arts. Il enseigne aussi à l’École des beaux-arts de Montréal dès son ouverture en 1922. Ses œuvres connues, dont six qui décorent la façade de l’hôtel du Parlement de Québec, comprennent plus de 900 sculptures en bronze, marbres, bois et plâtre ainsi que plusieurs centaines de peintures. Il est également connu pour ses bustes et ses sculptures religieuses et allégoriques ainsi que pour sa série de 214 petits bronzes qui célèbrent les légendes, coutumes et métiers du Québec rural. Il est décédé à Montréal en 1953.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Cité de Maisonneuve
    (propriétaire )
    Sous l’initiative de propriétaires-promoteurs, Maisonneuve élabore à la fin du XIXe siècle d’ambitieux projets de développement de son territoire. Le changement de perspective se produit vers 1909 avec l’arrivée au pouvoir d’Alexandre Michaud, maire de Maisonneuve (1909 -1914), et Oscar Dufresne, Industriel et président du Comité des finances au sein du Conseil municipal, et l’embauche d’un nouvel ingénieur municipal, Marius Dufresne. Le conseil municipal se lance dans un ambitieux projet d’embellissement urbain caractérisé par la construction de plusieurs édifices publics. Au cours d’une période de cinq ans (entre 1910 et 1915), le visage de Maisonneuve se transforme sensiblement. Inspiré du courant nord-américain d’embellissement des villes, City Beautiful, le projet d’embellissement de Maisonneuve se termine brusquement avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale. La ville, sous la menace d’une faillite imminente, est annexée à Montréal en 1918. Elle fera dorénavant partie de l’arrondissement du Mercier-Maisonneuve.
Typologie d'origine :
  • Halle d'exposition
haut de page
 
Marché Maisonneuve, dans les années 1930.
©Ville de Montréal, vers 1930
 
Marché Maisonneuve, dans les années 1940.
©Ville de Montréal, vers 1940
 
Vue du marché Maisonneuve aujourd’hui.
©J. Jabourian, 2006
 
Histoire  
Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Bureaux du service de la circulation de la police de Montréa

    En 1963 l’intérieur de l’édifice est modifié pour accueillir les Bureaux du service de la circulation de la police de Montréal.
  • Ville de Montréal
    (propriétaire à aujourd'hui)
    Le marché Maisonneuve est cédé à la Ville de Montréal après l’annexion en 1918. L’année 1962 marque sa fermeture partielle.
  • Centre culturel et sportif de l’Est
    (propriétaire à aujourd'hui à aujourd'hui)
    À partir de 1980 la Ville décide de rouvrir le marché et les maraîchers retrouvent leur place d’antan à l’extérieur seulement alors que l’intérieur de l’édifice abrite le Centre culturel et sportif de l’Est (CCSE Maisonneuve). La construction du nouveau marché Maisonneuve en 1994 consacre définitivement l’édifice aux activités du CCSE Maisonneuve.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 14 février 2008 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1932
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Construction des arcades de béton à l’extérieur de l’édifice

    Concepteur de la transformation :
    Jos Lerous (architecte municipal)
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1967
    Démolition totale ou partielle du bâtiment.

    Démolition des abris et fermeture complète du marché
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 1980
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Installation des abris à l’extérieur et réaménagement intérieur

    Concepteur de la transformation :
    Ville de Montréal
     
  • Travaux 4
    Date des travaux : 1982
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Ajout d’une toiture au-dessus des espaces extérieurs, réservés aux maraîchers
     
  • Travaux 5
    Date des travaux : 1990
    Fin des travaux : 1991
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Transformation de la fenestration et des appentis
    Remplacement du revêtement de la toiture en tuiles d’argile, remplacement des fenêtres, ajout des dispositifs anti-pigeons en cuivre

     
  • Travaux 6
    Date des travaux : 1995
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Modification des éléments décoratifs
    Restauration de la fontaine, monument « La fermière »

     
  • Travaux 7
    Date des travaux : 2002
    Fin des travaux : 2004
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Transformation de la fenestration et des appentis
    Remplacement de fenestration, restauration et réfection des panneaux métalliques ornementaux et des lucarnes de bois.


    Concepteur de la transformation :
    Cardin+Ramirez Architectes (architecte)
     
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0145-67-3765-01

Propriété :

0145-67-3765

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 26 août 2012