Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Maison du gouverneur de la prison du Pied-du-Courant
©Ville de Montréal, 2002
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison du gouverneur de la prison du Pied-du-Courant

Adresse civique :
  • 2121-2145, rue Notre-Dame Est
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Ensemble du Pied-du-Courant
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Prison des Patriotes

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

vers 1894

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Arthur Gendron
    (architecte)
    L’architecte montréalais Arthur Gendron (1863-1906) est associé à l’architecte Théodore Daoust sous la raison sociale de Daoust et Gendron. Cette agence réalise plusieurs immeubles commerciaux sur le boulevard Saint-Laurent, dont l’édifice Robillard, 972-976 Saint-Laurent (1889), l’édifice Drapeau et Savignac, 1068-1072 Saint-Laurent (1890), et l’édifice Brunet, 1074-1084 Saint-Laurent (1890). On lui doit également des résidences, dont la maison Dugald-Graham, 1538 Docteur-Penfield (1890). Pour la conception de la maison du gouverneur, Arthur Gendron agit de façon individuelle.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Gouvernement de la province du Québec
    (propriétaire de 1867 à aujourd'hui)
Typologie d'origine :
  • Maison isolée
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

Charles-Amédée Vallée, le gouverneur de la prison du Pied-du-Courant, obtient l’autorisation vers 1894 de se faire construire une résidence sur le site de la prison. Cette résidence de deux étages conçue par l’architecte Arthur Gendron est occupée par la famille Vallée jusqu’à la fermeture de la prison en 1912. Sa façade est, à l’origine, encadrée par les murs d’enceinte de la prison. À partir de 1921, la maison du gouverneur ainsi que la prison abritent le siège social de la Commission des liqueurs du Québec (aujourd’hui Société des alcools du Québec). Une aile est construite par la Commission des liqueurs du côté de l’avenue De Lorimier en 1921. Une seconde aile réalisée par l’architecte Jean-Julien Perreault vient flanquer la maison du gouverneur du côté est en 1961.

L’intérieur et l’extérieur de la maison sont restaurés de 1989 à 1992 d’après les plans de l’architecte Claude Bousquet de la Société des alcools du Québec. Les ailes érigées en 1921 et en 1961 sont alors démolies, et la maison est transformée en lieu de réception administré depuis 1992 par la Fondation de la maison du gouverneur.

Autres occupants marquants
Locataires :
  • Charles-Amédée Vallée
    (locataire de 1894 à 1912)
    Charles-Amédée Vallée (1850-1924) est né à Québec. Il est nommé gouverneur de la prison du Pied-du-Courant par le gouvernement en 1890 et remplit cette fonction pendant une vingtaine d’années.

  • Société des alcools du Québec
    (locataire de 1921 à aujourd'hui)
    Le gouvernement du Québec, propriétaire du site, crée en 1921 la Commission des liqueurs du Québec (aujourd’hui Société des alcools du Québec) qui, la même année, établit son siège social dans les bâtiments de la prison du Pied-du-Courant et de la maison du gouverneur. Des bâtiments industriels, des immeubles de bureaux et des entrepôts sont alors construits autour de la maison du gouverneur, à l’intérieur de l’enceinte de la prison. À la fin des années 1980, la Société des alcools du Québec entreprend de restaurer la maison et de la dégager en démolissant les constructions qui l’entourent.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 23 novembre 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1989
    Fin des travaux : 1992
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration de la maison du gouverneur et transformation en lieu de réception

    Concepteur de la transformation :
    Claude Bousquet (architecte)
     
haut de page
Lecture architecturale  
La maison du gouverneur est placée à l’intersection de deux voies de circulation importantes et ne présente, à l’origine, qu’une seule face destinée à être vue du public. Les murs latéraux et arrière se trouvent alors à l’intérieur de l’enceinte de la prison du Pied-du-Courant et sont recouverts de brique. La façade principale de la maison du gouverneur témoigne de la prédominance de styles éclectiques au cours de la seconde moitié du XIXe siècle à Montréal. Ses détails décoratifs d’influence néo-gothique contrastent avec les murs lisses et austères de la prison. La façade parvient cependant à évoquer à la fois les fonctions résidentielle et officielle de la maison. Ainsi, son revêtement en pierres, sa composition symétrique et l’accent horizontal produit par le bandeau qui sépare le rez-de-chaussée de l’étage rappellent l’architecture de la prison. Les grandes ouvertures pratiquées à l’étage ainsi que l’arche qui surplombe l’entrée tendent à renforcer le caractère officiel de la résidence, tandis que le parapet à créneaux au-dessus des portes d’entrée et les frontons en gradins rappellent les contours d’une fortification.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans l'ensemble d'immeubles patrimoniaux Prison des Patriotes-au-Pied-du-Courant (classé) (2012-10-19).
    Anciennement un site historique classé (1978-03-09) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0142-14-3039-02

Propriété :

0142-14-3039

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 septembre 2012