Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Construction en pierre ajoutée à l’ancienne maison de bois, puis agrandie par l’ajout d’un ou deux étages.
© Denis Tremblay, 2011
 
Corps principal de l’aile des cuisines.
© Denis Tremblay, 2009
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Cuisine de la Maison-Papineau

Adresse civique :
  • rue de Bonsecours
    Note : ce bâtiment n'a pas d'accès à la rue
    Le bâtiment principal de cette propriété est situé au 440, rue de Bonsecours
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Maison Papineau
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

vers 1752

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • François-Xavier Daveluy dit Larose
    (maçon -- entrepreneur)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Joseph Papineau dit Montigny

haut de page
Histoire  

Histoire du bâtiment

Cette dépendance en pierre est construite en 1752 pour le tonnelier Joseph Papineau dit Montigny, par le maçon François-Xavier Daveluy dit Larose. Elle se trouve alors à l’arrière d’une maison en bois déjà en place depuis longtemps. Il reste à ce jour plusieurs questions non résolues concernant sa construction, son usage initial et son évolution. À l’origine, elle comprend seulement un ou deux des trois niveaux actuels. De plus, la fonction de cuisine, bien documentée à l’époque des Papineau, ne l’est pas pour l’époque de la construction. En guise d’hypothèse, il est toutefois possible de supposer qu’il s’agit dès l’origine d’une adjonction en pierre comprenant deux parties (passage étroit et corps rectangulaire principal) et deux étages; il s’agirait peut-être d’une adjonction visant dès lors à aménager une cuisine à l’écart de la maison principale. L’étage au-dessus du rez-de-chaussée, s’il existe, pourrait être occupé par des domestiques.

Mais ce n’est que conjecture et il est possible que plusieurs modifications soient apportées par John Campbell quand il construit une nouvelle maison en façade, en 1785, ou par les Papineau (Joseph puis Louis-Joseph) après leur arrivée en 1809. Chose certaine, à l’époque de Louis-Joseph et Julie Papineau, et avant même qu’ils rénovent le tout, il s’agit de l’aile de la cuisine de leur maison, reliée à cette dernière par un passage plus étroit.

En 1831-1832 Louis-Joseph et Julie Papineau font assurément ajouter au moins un étage au corps de bâtiment principal de cette aile. Ils font aussi déplacer la cuisine principale du rez-de-chaussée à l’étage au-dessus, afin qu’elle soit au même niveau que la salle à dîner dans la maison ; Amédée Papineau écrira « l’aile des cuisines ». Un balcon (disparu) est également construit au troisième étage ajouté.

Le rez-de-chaussée de ce bâtiment est englobé dans l’entrepôt qui occupe toute la cour pendant une partie du XXe siècle, de sorte que la restauration des années 1960 est peut-être radicale pour certaines composantes, au rez-de-chaussée surtout. On retrouve néanmoins à l’intérieur des composantes très anciennes, même à ce niveau.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 29 août 2011 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1831
    Fin des travaux : 1832
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Ajout d'un ou de plusieurs étages au bâtiment.

    Ajout d'au moins un étage et d'un balcon (disparu). Réaménagement intérieur (cuisine, etc.).


     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1962
    Fin des travaux : 1965
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Travaux de restauration.


     
haut de page
Lecture architecturale  
Cette aile, presque perpendiculaire à la maison Papineau, est adossée à la propriété voisine de sorte que son mur arrière est mitoyen. Le petit corps de bâtiment étroit qui sert de passage vers la maison compte deux étages (surmontés d’une serre) tandis que le carré principal de l’aile en possède trois. Un toit en appentis percé d’une lucarne coiffe le carré. L’élévation principale de ce petit bâtiment est tournée vers la cour mais aussi vers le fleuve Saint-Laurent, ce qui explique que les Papineau aient construit une galerie ouverte au dernier étage. Le bâtiment est en moellons de calcaire et les chambranles des ouvertures en pierre taillée, de sorte que la facture de cette aile correspond à celle des maisons façon Nouvelle-France, une manière perpétuée jusqu’à l’ajout d’étage dans les années 1830 et respectée avec soin lors de la restauration des années 1960, notamment en posant des fenêtres à deux vantaux et à petits carreaux.

La façade de cette dépendance donne sur une cour privée dès la construction. La composition d’une simplicité extrême relève de ce constat, mais la régularité des ouvertures du corps de bâtiment principal de cette aile – deux ouvertures par étage et deux travées – fait néanmoins partie de la combinaison usuelle de considérations pratiques et esthétiques. Les encadrements de pierre taillée sont d’abord dus, à n’en pas douter, à un souci de pérennité et de résistance. La portion dressée de ces pierres offre par ailleurs une ligne d’arrêt pour un éventuel crépi et dessine un cadre autour de chaque ouverture, pour le plaisir de l’oeil. Cela dit, il est difficile de dater tous ces encadrements, certains pouvant provenir de la restauration des années 1960.

Seule la souche de cheminée qui dépasse du toit fournit un indice sur la fonction ancienne principale de ce corps de bâtiment secondaire, soit la cuisine d’une grande maison bourgeoise. Les âtres du rez-de-chaussée et de l’étage (particulièrement le second) sont visibles à l’intérieur, de même qu’un dallage de pierre au rez-de-chaussée.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Cuisine de la Maison Papineau
    Anciennement un monument historique classé (1965-12-22) (juridiction provinciale)
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-68-7978-02

Propriété :

0040-68-7978

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 janvier 2013