Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 

©Denis Tremblay, 2006
 

©Ville de Montréal, vers 1995.
 
La caserne vers 1874.
L'Opinion Publique, 17 décembre 1874. Reproduction : Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Albums Massicotte. 6-44-a.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Caserne de pompiers no 2

Autre appellation :
  • Caserne #2
Adresse civique :
  • 444-448, rue Saint-Gabriel
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1871-1872

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • John James Browne
    (architecte)

    John James Browne reçoit sa formation de son père, l'architecte George Browne. Dans les années 1860, il signe avec son père quelques réalisations dont la banque Molson, 278-288 rue Saint-Jacques (1864-1866) et l'édifice Merchants' Exchange, 211, rue du Saint-Sacrement (1866). Il travaille ensuite en solo et conçoit un nombre impressionnant de bâtiments montréalais dans les années 1870, dont l’édifice Gault Brothers, 447-449 rue Sainte-Hélène (1871). Sa production est variée : des résidences, des écoles, des postes de police et de pompiers, des églises, des marchés et des industries. Sur le plan architectural, sa démarche est tout aussi diversifiée, bien qu’il affectionne particulièrement le style néo-gothique.
    John James Browne décède en 1893 et sa compagnie, la John James Browne & Sons, poursuit toutefois ces activités et jusqu’au début du XXe siècle.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Ville de Montréal
    (propriétaire de 1871 à aujourd'hui)
    La caserne de pompiers no 2 est construite en 1871-1872, avec trois autres casernes, dans le cadre de l’amorce d’un programme municipal visant à structurer le service d’incendie par quartier municipal. Située en bordure de la rue Notre-Dame, la caserne de pompiers no 2 répond aux critères les plus modernes de l’époque afin d’assurer le bon fonctionnement d’un service d’incendie. La caserne no 2 ferme ses portes vers 1940 et la Ville de Montréal y installe plusieurs services municipaux jusqu’au milieu des années 1970. Inoccupé après 1976, le bâtiment est rénové en 1982 et loué à une école privée de céramique (bail emphytéotique).

Commentaire sur les travaux

La date de construction est confirmée par les rôles d'évaluation, les rapports de 1871 de l'inspecteur des bâtiments et du directeur du Service d'incendie de Montréal, ainsi que par les procès-verbaux du Comité du Feu. Certains auteurs mentionnent 1866 comme année de construction; ils confondent cette caserne avec celle construite par J. J. Browne au Marché Saint-Gabriel, sur la rue Centre dans le quartier Sainte-Anne (Pointe-Saint-Charles).

D'autres auteurs mentionnent J. A. Mercier comme architecte; il y a confusion avec la caserne construite en 1891 par ce dernier sur la rue Hibernia dans le quartier Saint-Gabriel, à Pointe-Saint-Charles.

haut de page
 
 

photographie Denis Tremblay, 1998
 
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

La caserne de pompiers no 2 est érigée en 1871-1872. La Ville acquiert par expropriation en 1871 une partie de la propriété de B. Hallowell afin de construire une nouvelle caserne pour le « Département du feu ». L’architecte John James Brown en réalise les plans en même temps que ceux de trois autres casernes montréalaises. De même style néogothique, ces quatre postes d’incendie sont les premiers conçus pour accueillir des pompes à vapeur. À l’origine, un avant-corps muni d’un clocheton occupait le centre de la façade.

Dans l’édifice se trouvent la pompe à vapeur et les autres véhicules tandis que les chevaux (deux au début) sont abrités dans une écurie probablement située à l’arrière. L’immeuble comprend également des locaux réservés aux pompiers, dont un dortoir, ainsi que les appartements de fonction du capitaine ( gardien ) et du responsable du corps de sauvetage. Cette pratique d’allouer un logement au capitaine perdure jusque dans les années 1910. Quant à la caserne, une tour de séchage des boyaux est vraisemblablement ajoutée à l’arrière du bâtiment au début des années 1900 puis, quelque temps avant sa fermeture en 1941, l’avant-corps central est réduit et le clocheton éliminé.

Après la fermeture de la caserne, la Ville la transforme en immeuble de bureaux pour ses besoins. Durant les Jeux Olympiques de 1976, il sert temporairement de lieu de travail à des membres du Comité organisateur. À compter de 1982, la Ville loue l’immeuble par bail emphytéotique au Centre de céramique Poterie Bonsecours. Le bâtiment est alors transformé en centre de formation comprenant une galerie d’exposition. Le Centre offrait toujours en 2008, en collaboration avec le cégep du Vieux-Montréal, des programmes de formation dans le domaine des métiers d’art. Parmi les casernes réalisées en 1871-1872, seule la caserne no 2 subsiste, ce qui en fait la plus ancienne de Montréal.

Autres occupants marquants
Locataires :
  • Centre de céramique Poterie Bonsecours Inc. (Centre de formation en métiers d’art)
    (locataire de 1983 à aujourd'hui)
    Fondé en 1982, le centre de céramique Bonsecours est un lieu de recherche, de création et de diffusion pour la céramique au Québec. Le centre est aussi un lieu de formation collégiale (DEC) dans le cadre d’un programme « Technique de métier d’art – Option céramique » offerte en collaboration avec le CEGEP du Vieux-Montréal. On y organise des ateliers de création pour les artistes émergents et professionnels avec des céramistes reconnus internationalement.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 25 mars 2010 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1941
    Fin des travaux : 1941
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Destruction de la tour à boyaux octogonale en façade
    Transformation de la caserne en immeuble de bureaux
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1982
    Fin des travaux : 1982
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration en vue de loger le Centre de céramique Bonsecours

    Concepteur de la transformation :
    Ville de Montréal
     
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-45-9129-00

Propriété :

0040-45-9129

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 22 avril 2013