Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
L'édifice Duluth vu de la place d'Armes.
© Photographie de Normand Rajotte réalisée pour l'ouvrage L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, 2004
 
L'édifice Duluth en construction, 1er août 1912.
© Archives de la compagnie Dominion Bridge
 
L'état des travaux le 15 septembre 1912. Photographie de C.H. Bowker.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal, MP-1977.155.15. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice Duluth

Autres appellations :
  • Édifice du Trust Général du Canada
  • Édifice Gravel/Duluth
Adresses civiques :
  • 84-88, rue Notre-Dame Ouest
  • rue Saint-Sulpice
    (façade latéralesans numéro civique)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1912-1913

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Hutchison, Wood and Miller
    (agence d'architectes)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Joseph-Ovide Gravel
    (propriétaire de 1893 à 1927)
Typologie d'origine :
  • gratte-ciel
haut de page
 
L'entrée d'origine dans la façade principale.
©Denis Tremblay, 2014
 
Ornement dans la façade latérale.
©Denis Tremblay, 2013
 
Le décor architectural des avant-derniers étages.
©Denis Tremblay, 2013
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

L'édifice Duluth est construit en 1912-1913. En 1893, Joseph Ovide Gravel, Adolphe Roy et George H. Matthews font l’acquisition de la propriété de Duncan McEachran et associés. Ils sont alors propriétaires de deux bâtiments presque centenaires qui abritent des commerces et des logements. En 1910, Gravel achète les parts de ses partenaires. Deux ans plus tard, il entreprend la construction de l’immeuble Duluth, baptisé ainsi en l’honneur de Daniel Greysolon, dit sieur du Luth, tour à tour écuyer et explorateur et qui aurait vécu en ces lieux en 1675. Conçu par la firme d’architectes Hutchison, Wood and Miller, le bâtiment de dix étages est terminé en 1913.

L’immeuble de bureaux attire une clientèle diversifiée et accueille plusieurs professionnels tandis que le propriétaire-constructeur Joseph Gravel installe ses propres bureaux au huitième étage. Avant d’abriter des commerces, le rez-de-chaussée a été occupé par des bureaux, notamment par L.G. Beaubien et Cie, une firme de courtage montréalaise  qui occupe l’immeuble des années 1920 aux années 1960. Le consulat de France y tient aussi pignon sur rue à l'aube des années 1920.

L’immeuble demeure la propriété de J. O. Gravel jusqu’à son décès en 1927. Sa succession, gérée par une fiducie, ne pourra le vendre qu’en 1948 alors que le Trust Général du Canada s’en porte acquéreur. À la fin des années 1980, l’édifice a fait l’objet de travaux de restauration, mais sa vocation n’a pas changé. Cet immeuble de bureaux accueille toujours une clientèle variée qui inclut de nombreux professionnels.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Succession Joseph-Ovide Gravel
    (propriétaire de 1927 à 1948)
  • Trust général du Canada
    (propriétaire de 1948 à 1972)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • L.G. Beaubien & Cie
    (locataire de environ 1925 à environ 1965)
haut de page
 
Détail du vestibule.
©Denis Tremblay, 2013
 
Le hall vu de l'intérieur.
©Denis Tremblay, 2013
 
Le hall en direction des ascenseurs.
©Denis Tremblay, 2013
 
Lecture architecturale  
L’édifice de dix étages avec sa structure d’acier et son toit plat constitue un parfait exemple du gratte-ciel montréalais du début du XXe siècle. Sis sur un angle d'îlot exceptionnel adjacent à la place d’Armes, ses deux façades sur rues revêtues de pierre font face à la basilique Notre-Dame et à l’édifice Aldred. L'édifice de plan rectangulaire occupe la quasi totalité du lot, une petite cour arrière inaccessible étant cependant formée par un étroit retour d'équerre à l'une des extrémités de l'élévation arrière en brique.

La composition tripartite de l’édifice est typique des gratte-ciel nord-américains de l’époque. La partie médiane, généralement plus haute que les autres, paraît toutefois ici de hauteur presque égale aux parties inférieure et supérieure plus élaborées, d’autant que les chambranles en saillie relient visuellement le troisième niveau aux deux précédents. De minces bandeaux horizontaux y séparent les étages, adoucissant ainsi l’élan vertical. Un décor architectural classique inspiré de la Renaissance italienne tardive caractérise plus particulièrement cette composition. Au rez-de-chaussée, un sévère portail toscan, un revêtement en pierre à bossages continus en table et des plates-bandes à claveaux en bossage rappellent cette source d’inspiration, ce que confirme l’ordre colossal reliant deux niveaux au sommet. Peu d’ornements s’ajoutent à ces éléments architecturaux. Il s’agit somme toute d’un gratte-ciel nord-américain tripartite au sobre décor classique inspiré de la Renaissance.

Le traitement différencié du rez-de-chaussée, avec notamment des baies plus grandes qu'aux étages supérieurs, rappelle qu'une firme ayant un lien direct avec le public – une compagnie de courtage dans ce cas-ci –, y occupait les locaux à l'origine. Par ailleurs, la taille des ouvertures ou la présence d'un décor plus élaboré aux deuxième, huitième, neuvième et dixième étages suggèrent des valeurs locatives plus élevées. Le propriétaire-constructeur Joseph Gravel et des firmes associées à L. G. Beaubien occupent effectivement des locaux aux étages supérieurs. Par ailleurs, une partie des bureaux moins éclairés par les façades principales profitent d'un éclairage supplémentaire par les baies de l’élévation dégagée par la cour arrière. À l'extrémité gauche de la façade de la rue Notre-Dame, l'entrée principale de l'édifice assurait l'unique accès à l'édifice, desservant les commerces du rez-de-chaussée et le hall d’ascenseurs  qui mènent aux étages supérieurs.  

Intérieur accessible au public

L’ancienne entrée unique de la rue Notre-Dame donne accès au vestibule et au hall des ascenseurs qui desservent les étages locatifs. Ces espaces reprennent quelques éléments décoratifs de l’ornementation extérieure. Ainsi, les murs sont ponctués par des pilastres toscans en marbre surmontés d’un entablement en plâtre comprenant une frise ornée. Par ailleurs, des guirlandes décoratives en plâtre ornent le haut des murs, reproduisant ainsi celles visibles sur la façade extérieure de la rue Saint-Sulpice. La seconde entrée, au croisement des rues Notre-Dame et Saint-Sulpice, permet d’accéder au local du rez-de-chaussée où l'on peut observer les plafonds d’origine avec leurs caissons ornés d’oves et de denticules.
haut de page
 
Élévation principale, rue Notre-Dame Est.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Élévation latérale, rue Saint-Sulpice.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Élévation arrière.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-33-6340-00

Propriété :

0040-33-6340

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 21 juillet 2014