Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La façade principale de l'édifice comprenant la chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur, rue Saint-Sulpice.
©Denis Tremblay, 2009
 
L'édifice de la chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur vers 1900 (détail d'une vue plus large).
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Albums de rues Édouard-Zotique Massicotte. 7-23-c.
 
L'intérieur de la chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur vers 1892; William Notman & Son, photographes.
©Musée McCord d’histoire canadienne, Archives photographiques Notman, VIEW-2573. Collaboration spéciale dans le cadre d’un partenariat.
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur

Autre appellation :
  • Chapelle du Sacré-Coeur
Adresse civique :
  • 424-426, rue Saint-Sulpice
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Basilique Notre-Dame
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1888-1891

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Perrault et Mesnard
    (agence d'architectes)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Fabrique de la paroisse Notre-Dame de Montréal

Commentaire sur les travaux

haut de page
 
La chapelle vue vers le choeur et le monumental retable.
©Denis Tremblay, 2005
 
La chapelle vue vers l’entrée principale et l’orgue contemporain.
©Denis Tremblay, 2009
 
Un bas-côté de la chapelle.
©Denis Tremblay, 2005
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

Cet édifice est construit entre 1888 et 1891 par la Fabrique de la paroisse de Notre-Dame de Montréal, selon les plans de l’agence d’architectes Perrault et Mesnard. Le retable ainsi que de nombreux tableaux et sculptures sont commandés à divers artistes par le curé Alfred-Léon Sentenne, les peintures de cinq jeunes artistes ornant notamment tous les murs du troisième niveau à compter de 1895.

Adossée à l’église Notre-Dame, l’édifice compte plusieurs parties dont la sacristie inaugurée dès 1889. Au centre, on retrouve la chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur. Elle est conçue pour les mariages et les réunions des congrégations, l’église Notre-Dame étant désormais jugée beaucoup trop vaste pour ce genre de cérémonies. La chapelle peut accueillir 1000 personnes, une capacité surprenante que n’annonce guère la modeste façade de la rue Saint-Sulpice. Autour de la chapelle, on trouve des espaces de bureaux – que la Fabrique de la paroisse occupe à partir du début du XXe siècle – et des salles aux fonctions diverses.

Le 7 décembre 1978, un incendie ravage la chapelle. Les travaux de reconstruction, réalisés sous la direction des architectes Jodoin, Lamarre, Pratt & Associés, débutent en 1979 et se terminent en 1982. Les deux premiers niveaux de la chapelle sont soigneusement reconstitués, à partir des vestiges ayant survécu à l’incendie et d’une abondante documentation photographique, en intégrant les éléments d’origine les moins endommagés. En revanche, on revêt les autres murs de lambris modernes, on construit une voûte moderne au-dessus de l’ensemble et on met en place un nouveau retable conçu par le sculpteur Charles Daudelin. Des sculptures sont aussi remplacées par des oeuvres récentes et un nouvel orgue est installé. Cette reconstruction moderne, reconnue comme un exemple de restauration architecturale respectueuse du caractère patrimonial, vaut à ses concepteurs la médaille du Gouverneur général en 1983.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 17 juin 2009 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1979
    Fin des travaux : 1982
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Reconstruction suite à l'incendie de décembre 1978.

    Concepteurs de la transformation :
    Jodoin, Lamarre, Pratte et Associés (firme d'architectes)
    Charles Daudelin (sculpteur)
     
haut de page
 
L’autel de la Sainte-Famille reconstitué.
©Denis Tremblay, 2009
 
Détails du transept et de la nef, à droite.
©Denis Tremblay, 2009
 
La sacristie.
©Denis Tremblay, 2009
 
Lecture architecturale  
De la rue Saint-Sulpice, l’édifice abritant la chapelle du Sacré-Coeur apparaît comme une simple adjonction à l’arrière de la basilique Notre-Dame. De même largeur mais moins élevé que l’église, l’édifice est également en pierre grise de Montréal (calcaire). Rigoureusement symétrique et présentant un fenêtrage simple d’ouvertures rectangulaires, la façade publique de la rue Saint-Sulpice confère à l’édifice une facture relativement neutre dans son environnement, que seuls les arcs brisés au-dessus des deux entrées rattachent au style néogothique de la basilique Notre-Dame. L’édifice et ses portes d’entrée laissent deviner la présence de locaux pour bureaux ou de services mais aucunement celle d’un lieu de culte. Tout au plus peut-on percevoir qu’une partie des toits recouvre une voûte laissant supposer la présence d’un tel lieu.

Intérieur accessible au public

L’édifice compte plusieurs parties. Au centre se trouve la chapelle Notre-Dame du Sacré-Coeur. De part et d’autre et en dessous se trouvent la sacristie de la basilique, les locaux pour bureaux et les salles aux fonctions diverses. La configuration architecturale permet d’accéder à la chapelle à partir de la rue Saint-Sulpice mais l’accès usuel se fait plutôt par une entrée pratiquée dans le mur de chevet de la basilique. L’intérieur de la chapelle est construit suivant un plan en T, nef et transept, que l’on peut aussi voir comme une croix latine dont la partie supérieure peu profonde est presque entièrement occupée par le retable. Le choeur liturgique se prolonge dans une partie de la croisée de la nef et du transept. La nef comprend un vaisseau central et des bas-côtés surmontés de tribunes.

Les langages architecturaux bien distincts de la chapelle d’origine et de la reconstruction dialoguent dans la chapelle dont tout le décor architectural est en tilleul. Les premiers niveaux reconstitués ont retrouvé les tons beiges et bruns, les dorures et les touches rouges et azur des bois teints d’origine. Les auteurs ayant abordé le décor d’origine de la chapelle y ont vu des sources d’inspiration nombreuses qui diffèrent de l’un à l’autre. On y a perçu un gothique français dit fleuri, une influence britannique surtout perceptible dans les anciens plafonds à structures apparentes, une certaine facture espagnole et même un éclectisme d’apparence gothique combinant des éléments romans, byzantins, persans, arabisants et baroquisants. Il faut sans doute y reconnaître plus simplement un éclectisme néogothique très élaboré qui puise à diverses sources européennes. L’Italie s’ajouterait sans doute aux sources de ce florilège gothique, les arcs brisés bicolores étant par exemple courants dans l’architecture médiévale italienne. Dans son ensemble, l’éclectisme néogothique de la chapelle reflète bien l’esprit victorien de la fin du XIXe siècle. Depuis la reconstruction de la chapelle, une voûte en treillis d’acier triangulé et lambrissé de bois, moderne et d’une grande simplicité, semble flotter au-dessus de la nef tout en étant symboliquement appuyée sur les colonnettes. La lumière entre de chaque côté de la voûte et, comme un matériau éthéré, remplit l’espace entre le décor gothique reconstitué et l’enveloppe résolument moderne.

Le retable monumental du sculpteur Charles Daudelin constitue la pièce maîtresse du nouvel intérieur. Il est éclairé par un rideau de lumière provenant d’une ouverture entre la voûte et le mur lambrissé. L’oeuvre se compose de plus de trente panneaux en bronze représentant la marche de l’humanité à travers les chemins difficiles de la vie (trois arcs) vers le Christ, L'Esprit Saint (une colombe) et Dieu le Père dans la gloire du Ciel (un soleil). La facture moderne du retable et ses arcs en plein cintre font doublement contraste avec l’ancien décor gothique. Le chemin de croix, le confessionnal et quelques sculptures sont les seuls anciens éléments décoratifs ayant survécu à l’incendie. Enfin, de nombreuses inscriptions en latin dans une écriture gothique ornent la chapelle. Les paroles de la prière médiévale Salve Regina – Salut, Reine, mère de Miséricorde (...) – sont inscrites sur les arcs surbaissés des bas-côtés.
haut de page
 
Plafond de la sacristie.
©Denis Tremblay, 2009
 
Élévation, rue Saint-Sulpice (dessin de la toiture incomplet).
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Élévation du côté des jardins du séminaire.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-32-8983-02

Propriété :

0040-32-8983

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 19 août 2011