Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Façade principale, rue Notre-Dame Ouest.
© Photographie de Normand Rajotte réalisée pour l'ouvrage L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, 2004
 
L’immeuble vu du jardin, vers 1900.
©Bibliothèque et Archives nationales du Québec, Albums de rues E.Z. Massicotte, 4-15-b (détail).
 
L’entrée du presbytère, accessible aux paroissiens.
Gilles Lauzon, 2010
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Presbytère de la paroisse Notre-Dame de Montréal

Autres appellations :
  • Presbytère de Notre-Dame
  • Séminaire de Saint-Sulpice de Montréal
  • Vieux séminaire de Saint-Sulpice
Adresse civique :
  • 116, rue Notre-Dame Ouest
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Séminaire de Saint-Sulpice
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1848-1850

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • John Ostell
    (architecte)
Nom du propriétaire constructeur :
  • La Compagnie des Prêtres de Saint-Sulpice

Commentaire sur les travaux

La démolition de l'ancienne aile gauche du séminaire a commencé à la fin de mars 1848, selon un reportage du journal L'Avenir. De toute évidence, les travaux sont interrompus en 1850 alors que les sulpiciens reviennent sur leur décision de construire le grand séminaire dans le Vieux-Montréal. Un corps de bâtiment en brique faisant le lien avec l’église est peut-être ajouté après la construction principale. L’existence légale accordée en 1840 à la corporation de « Les Ecclésiastiques du Séminaire de Saint-Sulpice de Montréal » a rendu officiel le statut de propriétaire des sulpiciens de Montréal.

Détail des travaux

haut de page
 
Élévation principale.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Détail de la façade.
Photo : Gilles Lauzon, 2010
 
Détail de l’extrémité de l’aile proche de la rue.
Gilles Lauzon, 2010
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

Les sulpiciens construisent ce bâtiment de 1848 à 1850, comme première phase d’un projet plus vaste, mais non complété. Chargés en 1840 par l'évêque de Montréal de voir désormais à la formation complète des prêtres pour le diocèse de Montréal, les sulpiciens fondent aussitôt le Grand Séminaire de Montréal. D’abord logé dans leur collège situé au faubourg des Récollets (rue Saint-Paul), l’institution appelée à une rapide croissance requiert de nouveaux locaux. À compter de 1848, les sulpiciens s'engagent dans un vaste projet de construction, rue Notre-Dame, un seul immeuble devant réunir leur résidence et les locaux du grand séminaire récemment créé. La conception et la direction du projet sont confiées à l'architecte John Ostell. Afin d'éviter le déplacement des sulpiciens durant les travaux, le projet doit être réalisé en trois étapes, chacune devant entraîner la démolition d’une partie du vieil immeuble en place, à commencer par l’aile gauche de l’ancien édifice. Les travaux de la première partie sont complétés en 1850, mais les sulpiciens reconsidèrent le projet et décident de faire plutôt construire le grand séminaire à l'extérieur de la vieille ville, dans leur domaine de la montagne (rue Sherbrooke). Le nouveau bâtiment construit avant cette décision correspond donc environ au tiers du nouvel édifice projeté, qui devient en quelque sorte une adjonction au séminaire existant.

Le nouveau bâtiment sert en partie à loger le presbytère de la paroisse Notre-Dame dont les sulpiciens ont la charge de la cure, d’où l’appellation associée à cette partie du séminaire ainsi agrandi. Sans doute sitôt après la construction de l’immeuble en pierre, un étroit corps de bâtiment en brique est d’ailleurs construit pour relier ce presbytère à l’église. Les bureaux d’affaires des sulpiciens sont également installés dans le nouvel immeuble tandis que des chambres sont aménagées aux deux étages supérieurs, le séminaire s’y prolongeant.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Les Prêtres de Saint-Sulpice de Montréal
    (propriétaire du 2006-05-09 à une date inconnue)
haut de page
Lecture architecturale  
Ce bâtiment prolonge le vieux séminaire, mais il correspond au tiers d’un édifice qui devait le remplacer en entier. Il aurait occupé la pleine largeur de cet emplacement situé au centre de la vieille ville alors en pleine mutation. L’édifice compte quatre étages incluant le rez-de-chaussée, ainsi qu’un étage de soubassement visible à l’arrière. Ses toits à deux versants se font discrets en comparaison de ceux du vieux bâtiment. Il est entièrement recouvert de pierre taillée lisse, sans moellons apparents ni bossages rustiques – même à l’arrière –, une première pour un édifice conventuel montréalais.

La partie construite l’a été en vue d’une composition symétrique comprenant une aile à chaque extrémité et, au centre, un avant-corps monumental légèrement avancé. À ce tripartisme horizontal (projeté) répond une division verticale également en trois parties, soit le rez-de-chaussée, une partie médiane comprenant deux niveaux et enfin un étage de faible hauteur traité comme un étage-attique. Cette composition est classique, comme l’est le vocabulaire architectural, les chambranles moulurés différents d’un étage à l’autre, trouvant leur source dans la Renaissance. L’ensemble du projet inachevé reflète un classicisme anglais établi depuis James Gibbs (1682-1754) qui, exempt dans ce cas-ci d’éléments baroques, peut aussi être associé au mouvement néoclassique. Enfin, le retour d’équerre des ailes vers la rue n’est pas étranger à cette même tradition britannique tout en correspondant à une volumétrie courante sous le Régime français.

Le caractère institutionnel de ce bâtiment paraît évident, même sans tenir compte du vieux bâtiment dont il constitue finalement une adjonction. Ses dimensions imposantes et le raffinement de son traitement architectural témoignent de la croissance des activités des sulpiciens montréalais qui viennent alors de recevoir une reconnaissance légale et de fonder leur grand séminaire (en 1840). L’aspect inachevé du bâtiment reflète quant à lui la décision prise en cours de chantier de plutôt installer la nouvelle institution ailleurs.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Vieux Séminaire de Saint-Sulpice
    Anciennement un monument historique classé (1985-06-04) (juridiction provinciale)
  • Situé dans le site patrimonial du Vieux-Séminaire-de-Saint-Sulpice (classé) (2012-10-19).
    Anciennement un site historique classé (1985-06-04) (juridiction provinciale)
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-32-7223-02

Propriété :

0040-32-7223

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 janvier 2013