Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
L'édifice vu de la rue Notre-Dame Ouest, à l'angle de la rue Saint-Jean.
© Photographie de Normand Rajotte réalisée pour l'ouvrage L'histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, 2004
 
L'édifice Waddell en 1885.
©Musée McCord d'histoire canadienne, Montréal, II-78371. Collaboration spéciale dans le cadre d'une entente de partenariat. Photo : William Notman.
 
Façade principale, rue Saint-Jean.
©Denis Tremblay, 2014
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Édifice Waddell

Autre appellation :
  • Annexe de l'édifice de la Sun Life
Adresses civiques :
  • 260-264, rue Notre-Dame Ouest
  • 480-486, rue Saint-Jean
    (façade latérale)
  • rue de l' Hôpital
    (façade secondairesans numéro civique)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Édifices Sun Life
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Vieux-Montréal

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1884

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Edward C. Hopkins
    (architecte)
  • John William Hopkins
    (architecte)
Nom du propriétaire constructeur :
  • Samuel Waddell (marchand de matériel ferroviaire)
    (propriétaire du 1879-01-31 à 1887)
haut de page
 
Le portail principal, rue Saint-Jean.
©Denis Tremblay, 2014
 
Élévation principale, rue Saint-Jean.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Élévation, rue Notre-Dame Ouest.
©Ville de Montréal, vers 1995.
 
Histoire  

Histoire du bâtiment

En 1879, le marchand de matériel ferroviaire Samuel Waddell acquiert un lot de la Metropolitan Bank et d'Henry Hogan. Waddell fait démolir les bâtiments qui s'y trouvent au printemps 1884, puis on débute la construction d'un immeuble de bureaux de quatre étages. L'édifice, terminé vers la fin de l'année 1884, est l'oeuvre du duo d'architectes père-fils, John W. et Edward C. Hopkins.

La partie de l'édifice accessible par la rue Notre-Dame est d'abord occupée principalement par la Mutual Life Insurance Company, puis par la London Assurance Corporation de 1888 à 1914. Quant à la section donnant sur la rue Saint-Jean, elle est aménagée en de nombreux locaux de bureaux mis en location. On y retrouve entre autres en 1885 la Compagnie canadienne de téléphone Bell, laquelle occupe presque entièrement le rez-de-chaussée, et l'entreprise de Samuel Waddell. Bell quitte en 1897 et emménage dans son nouveau siège social construit de l'autre côté de la rue (disparu).

En 1897, les propriétaires de l'édifice voisin, la compagnie d'assurance-vie Sun Life, achète l'édifice Waddell. L'entreprise occupe une partie importante du bâtiment jusqu'à environ 1918 – année où elle inaugure son nouveau siège social sur la rue Metcalfe –, mais elle demeure propriétaire jusqu'en 1946. En 1978, un incendie détruit presque entièrement l'édifice. Un groupe de promoteurs fait son acquisition en 1981. Il le transforme en immeuble de bureaux en copropriété et il restaure les façades endommagées par le feu. Ces travaux sont complétés en 1982.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Sun Life Assurance Company of Canada (compagnie d'assurance-vie)
    (propriétaire du 1897-07-29 au 1946-04-11)
Autres occupants marquants
Locataires :
  • London Assurance Corporation (compagnie d'assurance)
    (locataire de 1888 à 1914)
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 11 juin 2014 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1981
    Fin des travaux : 1982
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration de la façade et conversion de l'édifice en copropriété de bureaux. Une subvention a été versée pour les travaux.



    Concepteur de la transformation :
    Papineau et O'Keefe (firme d'architectes)
     
haut de page
Lecture architecturale  
L’édifice Waddell occupe la moitié d’un petit îlot et présente trois façades sur rues. Voisin de l’édifice Sun Life, sis sur l'autre moitié de l’îlot, il forme avec ce dernier un ensemble remarquable. L’édifice de plan quasi rectangulaire est coiffé d'un toit plat. Il se distingue entre autres par la polychromie de toutes ses façades. Le parement principal en brique rouge est ainsi juxtaposée à des matériaux utilisés surtout pour les éléments décoratifs, notamment la pierre calcaire et, dans une moindre mesure, la pierre grise et la brique noire.

Un étroit pan oblique d’angle domine la composition vue de la rue Notre-Dame. La façade principale, rue Saint-Jean, est pourtant parfaitement symétrique avec en son centre la travée du portail monumental, couronnée par un faux pignon décoratif. De part et d’autre de cette entrée, on trouve quatre travées de baies jumelées et un pan oblique d’angle. La hauteur des étages diminue de l’un à l’autre. Cette composition, classique à certains égards, attire surtout le regard par son décor architectural polychrome, complexe et très élaboré. Des éléments tels les arcs brisés aplatis – celui de l’entrée étant le plus évident –, les chambranles à fines colonnettes, les mâchicoulis décoratifs et les fleurons sur les pignons rappellent le Moyen Âge gothique tandis que les chapiteaux en sofa du rez-de-chaussée, aux origines grecques, et les arcs segmentaires à clefs passantes proviennent plutôt de la tradition classique. D’autres éléments comme les chapiteaux corinthisants et les petites rosaces sculptées sont communs aux deux traditions et d’autres, enfin, pourraient bien avoir été créés par les concepteurs. L’édifice témoigne résolument d’un éclectisme bien de son temps, très inspiré par l’architecture victorienne britannique.

L'emplacement, l'implantation et les dimensions de l'immeuble de même que le généreux fenêtrage des trois élévations sur rue suggèrent d'emblée qu'il s'agit d'un immeuble de bureaux. Quatre entrées desservent les locaux de l’immeuble, dont le portail de la rue Saint-Jean qui indique bien l’entrée principale et conduit aux bureaux des étages supérieurs. Trois entrées plus modestes se démarquent néanmoins très bien, notamment dans les angles. Elles donnent accès à des locaux du rez-de-chaussée. Les grandes baies de ce niveau évoquent la présence d'entreprises de services ayant un contact direct avec le public, comme la compagnie de téléphone Bell.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de Montréal (Vieux-Montréal) (déclaré) (2012-10-19).
    Anciennement un arrondissement historique (1964-01-08) (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

0040-20-3794-01

Propriété :

0040-20-3794

Immeuble situé dans le Vieux-Montréal :

Des informations et des liens additionnels peuvent être disponibles sur la fiche de cet édifice dans le site du Vieux-Montréal.

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 2 décembre 2014