Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Club Mount Royal
©Ville de Montréal, 2002
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Club Mount Royal

Autre appellation :
  • Mount Royal Club
Adresses civiques :
  • 1175, rue Sherbrooke Ouest
  • 3400, rue Stanley
    (façade latérale)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Rue Sherbrooke Ouest (entre Atwater et Peel)

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1904-1906

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Stanford White
    (architecte)
    Stanford White (1853-1906) est un architecte newyorkais qui travaille d’abord pour l’agence Gambrill and Richardson entre 1872 et 1878. Après un séjour en Europe, il s’associe avec les architectes Charles Follen McKim et William Rutherford Mead sous la raison sociale de McKim, Mead and White. Cette firme connaît une grande notoriété sur la côte est de l’Amérique du Nord. À Montréal, on leur doit notamment les travaux d’agrandissement de la Banque de Montréal, 119 Saint-Jacques (1901-1905), et l’édifice Trust Royal, 105 Saint-Jacques (1911).

  • Hutchison et Wood
    (architectes)
    Alexander Cowper Hutchison (1838-1922) fonde en 1863 l’agence qui prendra plus tard le nom de Hutchison et Wood. Cette firme est l’une des plus importantes de Montréal durant les premières décennies du XXe siècle. À la même époque que le Mount Royal Club, William Burnett Hutchison (1865-1959) et George Winks Wood (1863-1941) conçoivent plusieurs édifices, dont le McGill Students’ Union Hall, 690 Sherbrooke Ouest (1904-1905, devenu le musée McCord), et l’édifice Greenshields Limited, 759 McGill (1903-1906).

  • Edward Maxwell
    (architecte conseil)
    Après son apprentissage au sein de la firme de l’architecte Alexander Francis Dunlop de Montréal, Edward Maxwell (1867-1923) s’installe à Boston en 1886 et travaille pour plusieurs firmes d’architectes. Il revient à Montréal en 1891 dans le but d’ouvrir son propre bureau. Dès lors, il devient l’un des architectes les plus réputés de cette ville avec la réalisation de nombreuses résidences du Mille carré doré. En 1902, il s’associe avec son frère William Sutherland Maxwell pour former la raison sociale de Edward et W. S. Maxwell, architectes, association qui durera jusqu’à sa mort en 1923.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Mount Royal Club
    (propriétaire de 1899 à aujourd'hui)
    Le Mount Royal Club est un club privé fondé le 23 septembre 1899 par d’anciens membres du St. James Club qui sont en désaccord avec l’ambiance trop libérale qui y règne. Les dissidents fondent un nouveau club plus sélectif réservé à la haute bourgeoisie de Montréal. Parmi les membres de ce cercle fermé, on retrouve Lord Strathcona and Mount Royal, Donald A. Smith, George A. Drummond, Hugh M. Allan, Richard B. Angus et Louis-Joseph Forget.
Typologie d'origine :
  • Club privé
haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

Les gestionnaires du Mount Royal Club achètent en 1899 la demeure de John Joseph Caldwell Abott, ancien premier ministre du Canada, érigée en 1887 selon les plans des architectes Hutchison et Steele. En 1902 et 1903, au moins deux incendies successifs endommagent le bâtiment. À chaque fois, les architectes Edward et William S. Maxwell exécutent les travaux nécessaires à la réfection des lieux.

En janvier 1904, un nouvel incendie détruit irrévocablement le bâtiment. On décide alors de le reconstruire en entier selon les plans de l’architecte américain Stanford White de la célèbre firme newyorkaise McKim, Mead and White. Les travaux qui s’échelonnent sur deux ans sont effectués sous la responsabilité des architectes montréalais Hutchison et Wood, et Edward Maxwell agit en tant qu’architecte conseiller. En 1937, des travaux d’agrandissement à l’arrière du bâtiment sont réalisés par l’architecte Hugh Percival Illsley. Le Mount Royal Club est toujours propriétaire des lieux.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 18 novembre 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1937
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Agrandissement à l’arrière et remplacement des fenêtres

    Concepteur de la transformation :
    Hugh Percival Illsley (architecte)
     
haut de page
Lecture architecturale  
Le bâtiment, conçu par des architectes américains de renom et occupé par le distingué Mount Royal Club, est décrit à l’origine comme le summum du luxe. La façade du bâtiment, d’inspiration néoclassique, est remarquable par sa grande simplicité sur le plan de la composition et de l’ornementation. La façade symétrique s’élève sur deux étages et se divise en cinq travées avec un accent porté sur la partie centrale. Cette partie est encadrée par deux pilastres cannelés à chapiteaux ioniques qui s’élèvent sur toute la hauteur du bâtiment. On y trouve un escalier monumental qui mène à l’entrée principale. Cette dernière est surmontée d’un petit balcon muni d’une balustrade en pierres. La sobriété de la composition se remarque également dans le traitement des ouvertures rectangulaires sans encadrement et dans celui de la pierre de taille qui ne présente aucune aspérité. Une corniche peu saillante et un parapet de faible hauteur couronnent le bâtiment sur tout son pourtour.

La sobriété et la sévérité sont ici synonymes de grand luxe, étant affichées comme un privilège réservé à la classe supérieure. Cette élite difficile d’accès se distancie de façon encore plus marquée du reste de la population par l’opacité de la façade de son club, dont la somptuosité des intérieurs demeure à l’abri des regards.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Édifice du Mount Royal Club
    Anciennement un monument historique classé (1975-01-15) (juridiction provinciale)

Anciennement un monument historique reconnu (1974-01-15) (juridiction provinciale)
  • Situé dans l'aire de protection de l'Édifice du Mount Royal Club depuis le 1975-06-12 (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9839-69-8310-01

Propriété :

9839-69-8310

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 janvier 2013