Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Façade avant.
©Ville de Montréal, 2006
 
Mur-pignon ouest.
©Ville de Montréal, 2006
 
Lucarne surmontée d'un pinacle en bois.
©Ville de Montréal, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Maison Dagenais

Adresse civique :
  • 5555, rue Jarry Est
Arrondissement ou ville :

Saint-Léonard (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Noyau villageois de Saint-Léonard

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

vers 1780

Nom du propriétaire constructeur :
  • François Dagenais fils
    (propriétaire du 1774-10-08 au 1802-04-14)
    En 1774, le cultivateur François Dagenais fils reçoit de ses parents, François Dagenais et Marguerite Turcot, la terre agricole familiale, une maison en bois et d’autres bâtiments, en échange d’une rente viagère annuelle payable en argent et en denrées. Il s’y établit avec son épouse, Marie-Catherine Lebeau, et ses enfants. Devenu veuf en 1786, François Dagenais cède la terre, la maison en pierre qu’il a fait construire et des bâtiments de ferme à son fils, François, en 1802.
Typologie d'origine :
  • Maison isolée

Commentaire sur la construction

En 1774, il ne se trouve sur la terre agricole qu’une maison en bois et d’autres bâtiments. En 1787, un acte notarié mentionne la présence sur la propriété d’une « maison neuve en pierre de trente quatre pieds de long sur trente trois de large… ».

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

Vers 1780, le cultivateur François Dagenais fils remplace une vieille maison en bois acquise de son père par cette maison en pierre. Une laiterie aussi en pierre est adossée à l’arrière. La résidence demeure entre les mains de cette famille jusqu’au début des années 2000, tandis que la terre agricole est vendue en 1908.

Au fil des ans, la maison est adaptée pour répondre aux besoins et au goût de ses occupants. Dans la première moitié du XIXe siècle, le grenier est converti en chambre. Le toit est percé de deux lucarnes pour améliorer l’éclairage des combles. La façade est probablement alors reconstruite en pierre de taille. Le larmier du toit est prolongé et couvre une nouvelle galerie. En 1930, le bâtiment est endommagé par l’incendie de l’église voisine. Ainsi la charpente du toit est refaite. La cuisine d’été et la remise en bois qui remplacent aujourd’hui à l’arrière la laiterie en pierre auraient été construites au même moment.

La maison qui évoque le passé agricole du secteur est reconnue monument historique par le gouvernement du Québec en 1981. Elle sert en 2006 de résidence et de bureau de notaire pour ses nouveaux propriétaires qui s’affairent à la restaurer.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 21 novembre 2006 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : entre 1802 et 1854
    Transformation majeure de la façade.

    Une chambre est aménagée dans le grenier et le toit est percé de deux lucarnes. Probablement au même moment, la façade est reconstruite en pierre de taille et dotée d’une galerie couverte par le larmier du toit qui est prolongé.
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : vers 1930
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Le bâtiment est endommagé par l’incendie de l’église Saint-Léonard, sa voisine. La charpente de son toit et ses lucarnes sont refaites. C'est probablement au même moment que les boiseries de la façade sont changées. Une cuisine d’été et une remise en bois sont construites et annexées à l’arrière de la maison, remplaçant une petite laiterie en pierre.
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 2005
    Fin des travaux : 2006
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Le bâtiment fait l’objet de travaux de restauration intérieurs et extérieurs.
     
haut de page
Lecture architecturale  
La maison Dagenais présente des éléments architecturaux se rattachant à différentes époques de son existence. Elle possède ainsi des caractéristiques de l'architecture vernaculaire du XVIIIe siècle. Maçonnée de pierre des champs, la maison est de plan presque carré et son rez-de-chaussée est peu dégagé du sol. Elle est coiffée d’un toit à deux versants. Elle compte deux cheminées dans ses murs-pignons. L'une alimentait autrefois l'âtre servant à cuisiner dans la salle commune, l'autre le foyer permettant de chauffer la grande chambre ou une autre pièce de l'habitation.

Des ajouts postérieurs donnent à la résidence des traits de la maison québécoise du XIXe siècle. La façade en pierre de taille et la galerie couverte par le prolongement du larmier du toit en sont des exemples. La galerie représente d'ailleurs une adaptation intéressante aux exigences d'un climat vigoureux. En effet, elle protège la porte d'entrée des chutes de neige et de glace l'hiver et limite la pénétration à l'intérieur de la maison des chauds rayons du soleil l'été.

Construite par une des familles pionnières du secteur nord-est de l’île de Montréal, les Dagenais, la maison deux fois centenaires est située aujourd’hui à côté de l’église paroissiale de Saint-Léonard, sur le boulevard Jarry, autrefois le chemin de la côte Saint-Michel. Son terrain paysager d’une bonne dimension contribue à sa mise en valeur.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :Le bâtiment est identifié aux inventaires patrimoniaux dans la catégorie suivante :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9749-73-3151-01

Propriété :

9749-73-3151

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 21 janvier 2013