Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
 
Église de la Mission catholique chinoise du Saint-Esprit
©Ville de Montréal, 2002
 
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Nom du bâtiment :

Église de la Mission catholique chinoise du Saint-Esprit

Autres appellations :
  • Chapelle Notre-Dame-des-Anges
  • Église slovaque de Saint-Cyrille et Saint-Méthode
  • Secessionist Church of Scotland
Adresses civiques :
  • 205, rue De La Gauchetière Ouest
  • 1060, rue Chenneville
    (façade latérale)
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Complexe Desjardins et Place des Arts

Localisation :
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1834-1835

Nom du propriétaire constructeur :
  • L’Église sécessionniste d’Écosse
    (propriétaire de 1834 à 1864)
    Fondée en Écosse en 1733 par des membres dissidents de l’Église presbytérienne écossaise. Les membres de cette église sont présents à Montréal depuis 1820.
Typologie d'origine :
  • Édifice de culte

Commentaire sur la construction

Les plans de la première partie de l’église auraient été dessinés par un architecte ou un entrepreneur du nom de Yuile. Bien qu’aucun plan porte sa signature, la plupart des auteurs s’accordent pour lui attribuer cette église.

haut de page
Histoire  

Évolution du bâtiment

Construit en 1834 par l’Église sécessionniste d’Écosse, le bâtiment d’origine comprend un rez-de-chaussée surélevé, un toit à croupe et un mur coupe-feu à l’arrière. Symétrique, la façade principale se compose de deux portes centrales flanquées de part et d’autre d’une fenêtre, elle est munie de chaînes d’angle et d’une corniche à modillons. En 1847, les murs sont exhaussés puis une nouvelle façade est donnée au bâtiment. En 1866, l’architecte Victor Bourgeau est chargé d’agrandir l’édifice et d’en réaménager l’intérieur. On fait appel à nouveau à lui en 1872 pour ériger un clocher à deux lanternes.

En 1944, la communauté slovaque, qui occupe le bâtiment depuis 1936, quitte les lieux ; le décor intérieur est alors démantelé tout comme le clocher puisque l’église est dès lors utilisée à des fins profanes. Lorsque la mission catholique chinoise achète l’édifice en 1957 et lui redonne sa fonction religieuse, un nouveau clocher à lanterne ogivale est construit.

Classés à titre de monuments historiques par le gouvernement du Québec en 1977, l’église et le presbytère échappent à la démolition grâce à ce statut de protection lors de l’expropriation de l’îlot par le gouvernement fédéral pour la construction du complexe Guy-Favreau.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Messieurs de Saint-Sulpice
    (propriétaire de 1864 à 1936)
    Vendu aux sulpiciens en 1864, le temple prend le nom de Notre-Dame-des-Anges et dessert la Congrégation des hommes de Ville-Marie.
  • Église slovaque de Saint-Cyrille et Saint-Méthode
    (propriétaire de 1936 à 1944)
    En 1936, les sulpiciens vendent la propriété à l’institut des Frères de Saint-Gabriel. L’église change à nouveau de vocable pour celui de Saint-Cyrille et Saint-Méthode. Elle dessert la communauté slovaque catholique jusqu’en 1944.
  • Commission des écoles catholiques de Montréal
    (propriétaire de 1952 à 1957)
  • Mission catholique chinoise du Saint-Esprit
    (propriétaire de 1957 à aujourd'hui)
    Créée en 1922 sous le patronyme du Saint-Esprit, la mission catholique chinoise achète l’église en 1957.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 23 mars 2004 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1847
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Toit modifié de croupe à pignon.

    Exhaussement des murs.
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1866
    Fin des travaux : 1868
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Agrandissement
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 1872
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Construction du clocher
     
  • Travaux 4
    Date des travaux : 1957
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Construction d'un nouveau clocher
     
haut de page
Lecture architecturale  
Entre le complexe Guy-Favreau et le Palais des congrès de Montréal se cache l’église de la Mission catholique chinoise du Saint-Esprit, dont les formes s'inspirent de l'antiquité gréco-romaine. En effet, cette église reprend le vocabulaire architectural néoclassique, dont les caractéristiques sont principalement le plan rectangulaire, le corps de bâtiment haut de deux étages et le toit à deux versants dont le pignon placé en façade devient un fronton. La parfaite symétrie de la composition et du décor architectural où pilastres et colonnes sont utilisés, ainsi que la recherche d'un certain effet de relief sont autant de caractéristiques présentes dans cette église.
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par les statuts suivants :
  • Immeuble patrimonial classé sous le nom de Église de la Mission-Catholique-Chinoise-du-Saint-Esprit
    Anciennement un monument historique classé (1977-03-16) (juridiction provinciale)
  • Situé dans l'aire de protection de l'Église de la Mission-Catholique-Chinoise-du-Saint-Esprit depuis le 1978-01-19 (juridiction provinciale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans les catégories suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
Numéros de référence  
Bâtiment :

9940-94-1807-01

Propriété :

9940-94-1807

 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2002-2014
Données mises à jour le 18 janvier 2013