Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Le corps de garde entouré d’une palissade de pieux
©Ville de Montréal, 2009
 
Le corps de garde construit de madriers en bois.
©Ville de Montréal, 2009
 
Le corps de garde témoigne des constructions de ce type du XIXe siècle
©Ville de Montréal, 2009
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Numéro d'ouvrage :

136

Nom du bâtiment :

Le corps de garde du dépôt fortifié de l'île Sainte-Hélène

Autre appellation :
  • La Casemate, dépôt fortifié de l'île Sainte-Hélène
Adresse civique :
  • 20, chemin du Tour-de-l'Isle
Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Dépôt fortifié britannique de l'île Sainte-Hélène
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Île Sainte-Hélène

Localisation :
haut de page
Propriété municipale d'intérêt patrimonial  
Catégorie : Bâtiments
Statut de propriété : Propriétaire
Profil : Industriel
Usage principal actuel : Entrepôt
Intérêt patrimonial : Bâtiment municipal d'intérêt patrimonial
Type de bâtiment : Ouvrage militaire
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1936-1939

Commentaire sur la construction

Le corps de garde a été vraisemblablement reconstruit sur le périmètre de sa fondation d'origine entre 1936 et 1939. Une partie de la fondation du bâtiment pourrait remonter à la période probable de sa construction vers 1845.

haut de page
Évolution du bâtiment  

Histoire de la thématique du groupe ciblé

L’île Sainte-Hélène est fréquentée depuis la préhistoire. En effet, la présence amérindienne sur l’île a été confirmée lors de fouilles archéologiques. Mais elle doit son nom à Samuel de Champlain qui l’a nommée ainsi le 11 mai 1611 possiblement pour rendre hommage à sa promise Hélène Boulé. En 1635, l’île est la propriété de Charles Lauzon, fils de Jean de Lauzon, (gouverneur de la Nouvelle-France) qui s’était procuré d’immenses domaines en Nouvelle-France pour en faire profiter ses trois fils.

En 1657, Charles Lauzon, devenu gouverneur intérimaire concède à Charles LeMoyne 5 000 arpents sur la rive sud de Montréal puis en 1665, l’île Sainte-Hélène et l’île ronde sont rattachées à la seigneurie de Longueuil, fief de LeMoyne. En 1700, la seigneurie de Longueuil est érigée en baronnie. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, on retrouve sur l’île, quelques constructions dont un manoir, un pressoir à cidre, une bergerie, une étable-écurie et un moulin banal. Lors de la guerre de Conquête, les militaires français, tentent de tirer profit de l’emplacement stratégique de l’île Sainte-Hélène et exécutent rapidement des travaux sommaires de fortification sur l’île qui appartient toujours à la famille LeMoyne.

Finalement, après la bataille décisive des plaines d’Abraham et la reddition de Québec aux mains des Britanniques, et suite à l’arrivée massive de trois armées britanniques aux portes de la ville, Montréal se rend à l'armée britannique sans bombardement ni combat le 8 septembre 1760. Au début du XIXe siècle, un autre conflit se déclare : la guerre anglo-américaine de 1812 à 1814. Les américains décident d’envahir les colonies britanniques au nord, ce qui amène le gouvernement britannique à réévaluer et à renforcer le système défensif de ses colonies d’Amérique du Nord. Montréal est perçue comme un centre de ravitaillement entre Québec et les Grand lacs. En effet, l’île Sainte-Hélène s’avère être l’endroit idéal pour l’implantation d’un dépôt. En avril 1818, Charles William Grant seigneur et futur cinquième baron de Longueuil, cède au gouvernement britannique les îles Sainte-Hélène, Ronde et aux Fraises ainsi que les propriétés qui s’y trouvent en échange de terrains à Montréal.

Le site militaire est érigé d’après les plans d’Elias Walker Durnford, officier et ingénieur militaire. Ce site se déploie sur toute la superficie de l’ancienne île Sainte-Hélène. Il comprend le dépôt fortifié de l’île Sainte-Hélène avec des bâtiments et des ouvrages militaires regroupés dans l’enceinte fortifiée ainsi que d’autres composantes bâties et paysagères situées en-dehors de celle-ci. La planification du site militaire dans l’île Sainte-Hélène privilégie une stratégie opérationnelle en relation étroite avec le paysage. Les objectifs assignés au site ont été d’abord l’entreposage et la défense du lieu. De fait, la structure spatiale du site est appuyée sur la topographie du territoire et l’emplacement au milieu du fleuve Saint-Laurent. Par exemple, l’arsenal est situé au nord-ouest de l’île, en amont du courant, à basse altitude afin de faciliter le transport des marchandises à partir du débarcadère. Les blockhaus ont été érigés sur les points les plus élevés de l’île. La grande poudrière ne peut être repérée à partir du fleuve et est située dans un creux, jouxtant un lac artificiel aménagé à la fin des années 1840 à partir d’un marécage et qui permet, advenant une attaque ennemie, de l’inonder. Les remparts et le glacis sont construits en tirant parti de la topographie naturelle du site.

haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial de l'Île Sainte-Hélène (cité).
    Anciennement un site du patrimoine (2007-09-17) (juridiction municipale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2005-2018
Données mises à jour le 3 septembre 2012