Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Ancienne église anglicane de l'Ascension, façade est
©Ville de Montréal, 2006
 
Ancienne église anglicane de l'Ascension, façade est
©Ville de Montréal, 2006
 
Ancienne église anglicane de l'Ascension, façade est
©Ville de Montréal, 2006
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Numéro d'ouvrage :

2369

Nom du bâtiment :

Église anglicane de l'Ascension

Autres appellations :
  • Church of the Ascension
  • Bibliothèque du Mile-End
Adresse civique :
  • 5434, avenue du Parc
Arrondissement ou ville :

Le Plateau-Mont-Royal (Montréal)

Secteur d'intérêt patrimonial :

Avenue du Parc

Localisation :
haut de page
Propriété municipale d'intérêt patrimonial  
Catégorie : Bâtiments
Statut de propriété : Propriétaire
Profil : Culturel
Usage principal actuel : Bibliothèque
Intérêt patrimonial : Bâtiment municipal d'intérêt patrimonial
Type de bâtiment : Édifice de culte
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1904-1905

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Howard Colton Stone
    (architecte)
    Nous savons relativement peu de choses sur la vie de l’architecte Howard Colton Stone (vers 1860-1918). Né à Northampton, au Massachusetts, il semble qu’il ait débuté sa pratique à New York avant de venir s’installer à Montréal en 1896. En 1901, un incendie détruit une partie du quartier ouest du Vieux-Montréal et Stone profite de la reconstruction du secteur. De ce fait, il ouvre son propre bureau cette même année. On lui doit plusieurs bâtiments du Vieux-Montréal, dont l’immeuble Coristine, construit en trois sections, 410 Saint-Nicolas (1901-1902, 1904 et 1907), l’édifice Beardmore, 417 Saint-Pierre (1902-1903), l’édifice Bank of Ottawa (également nommé édifice Métropole), 4 Notre-Dame Est (1903-1904), et l’édifice Sovereign Bank, 388 Saint-Jacques (1904-1905). Les deux derniers édifices mentionnés sont considérés comme les premiers véritables gratte-ciel montréalais construits selon le modèle de la colonne (base, fût, chapiteau). Stone conçoit également l’immeuble Le Drummond, 1111 Sainte-Catherine Ouest (1914), l’un des premiers gratte-ciel du nouveau centre-ville de Montréal. Outre ces bâtiments commerciaux, la production de cet architecte est très diversifiée puisqu’elle comprend, en plus de l’église anglicane de l’Ascension, la maison Frederick Newman Beardmore, à Montréal, 1415 des Pins Ouest (1913-1914), et la salle de cinéma The Walker Theater, à Winnipeg (1906-1907).
Nom du propriétaire constructeur :
  • Paroisse anglicane de l’Ascension / Parish of The Ascension
    (propriétaire de 1904 à 1992)
    L’année 1898 marque les débuts de l’Ascension Mission, qui regroupe alors la Montreal Annex Mission et la Outremont Mission. Une première église est construite la même année sur l’avenue Outremont, dans l’ancienne ville du même nom. Le révérend J. L. Flanagan en assure la charge religieuse, de même que celle de l’église St. Andrew, à Bark River (aujourd’hui Ahuntsic), jusqu’en 1904, année au cours de laquelle la paroisse de l’Ascension est officiellement créée et obtient son indépendance par rapport à la paroisse St. Andrew. L’église d’Outremont ne subvenant plus aux besoins des fidèles, la paroisse acquiert, en 1904, un terrain formé de quatre lots sur l’avenue du Parc, à proximité de la rue Saint-Viateur. La nouvelle Church of The Ascension, construite entre 1904 et 1905, peut accueillir 350 fidèles et est conçue de façon à permettre un agrandissement éventuel. Dès 1909, l’espace vient à manquer et la paroisse organise une campagne de financement qui permet l’agrandissement du bâtiment en 1910 et 1911.

    Durant les années 1920, la paroisse anglicane de l’Ascension connaît une importante croissance. Le nombre d’enfants inscrits à l’école du dimanche passe de 40 à 700 tandis que le nombre de professeurs et d’officiels passe de 5 à 56. Suite à cette période de croissance, la paroisse connaît une grande période de stabilité. Mais au cours des années 1970 et 1980, les difficultés économiques ainsi que le nombre décroissant de fidèles amènent la fusion de plusieurs paroisses anglicanes, qui doivent se départir d’une part de leurs biens immobiliers. L’église de l’avenue du Parc est donc mise en vente en 1988. Informé de ces faits, le Comité de citoyens du Mile-End propose de reloger la bibliothèque du quartier dans l’ancien lieu de culte afin de conserver un bon milieu de vie pour la communauté et de préserver le patrimoine architectural du secteur.

haut de page
Évolution du bâtiment  

Histoire de la thématique du groupe ciblé

L'anglicanisme naît au XVIe siècle lorsque le roi Henri VIII rompt avec l’autorité du pape de Rome. L’Église anglicane se dit catholique (mais non romaine), parce qu’elle conserve la succession apostolique, et réformée, parce qu’elle est renouvelée avec la réforme protestante. La colonisation des États-Unis, du Canada, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l’Afrique du Sud a permis l’expansion de l’anglicanisme dans le monde. Dès la fin du XVIIIe siècle, les premiers services religieux anglicans au Canada se déroulent dans des églises catholiques. Anglicans et catholiques se partagent alors l’occupation du lieu de culte en fonction d’un horaire alternatif établi selon la division linguistique de la colonie. Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle qu’on voit apparaître les premières églises spécifiquement construites pour le culte anglican.

À la fin du XIXe siècle, on retrouve déjà un grand nombre d’églises anglicanes à Montréal. Parmi celles-ci, notons la cathédrale Christ Church, 635 Sainte-Catherine Ouest (1856-1859), l’église Saint-James The Apostle, 1439 Sainte-Catherine Ouest (1864), l’église Saint-George, 1101 Stanley (1869-1870), et l’église Saint-John The Evangelist, 137 du Président-Kennedy (1877-1878). L’accroissement des fidèles et le développement de la ville commandent toutefois la création de nouvelles paroisses, dont celle de l’Ascension.

La plupart des églises anglicanes construites à la fin du XIXe et au début du XXe siècle conservent la tradition britannique et sont de style néo-gothique. De petit gabarit, elles sont habituellement en brique et relativement sobres à l’extérieur. L’aménagement intérieur des lieux de cultes anglicans se démarque également par un certain dépouillement et le décor est habituellement en bois.

Points d'intérêt

Érigée en 1904-1905, selon les plans de l’architecte Howard Colton Stone, et agrandie en 1910-1911, l’ancienne église de l’Ascension est apparue entre deux grandes vagues de constructions d’églises anglicanes à Montréal. Elle possède ainsi plusieurs caractéristiques de ces lieux de culte construits à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, tous de style néogothique. Le bâtiment, de petit gabarit sobre et dépouillé, comporte des murs extérieurs en brique sur un soubassement en pierre, une toiture abrupte revêtue d’ardoise et ornée de clochetons ainsi que des ouvertures de forme ogivale. Des créneaux couronnant les portiques latéraux, des bandeaux en pierre et des solins en cuivre complètent ce décor d’inspiration médiévale. L’intérieur de l’église offre quant à lui un décor plus élaboré. Des vitraux très colorés ont été installés en 1911 et 1920 et la voûte de la nef, qui laisse la structure en bois apparente, est ornée de consoles et de boiseries décoratives.

En 1992-1993, la conversion de l’ancienne église en bibliothèque a permis de préserver ce patrimoine du quartier Mile-End, tout en y consolidant la vie communautaire. Étant donné que la nouvelle vocation était parfaitement compatible avec l’architecture du lieu, la majorité des éléments d’intérêt, dont l’apparence extérieure ainsi que les vitraux et les boiseries intérieures, ont pu être conservés. Un agrandissement a été réalisé par l’arrière, le long de la ruelle, ainsi que dans le prolongement de l’aile latérale. Ce nouveau volume, bien intégré grâce à l’emploi d’une brique de couleur similaire et de l’arc brisé pour les nouvelles ouvertures unit les différentes parties de l’immeuble. Les espaces extérieurs sont également traités et aménagés avec soin. Il en résulte une intervention de restauration, de recyclage et d’agrandissement réussie, réalisée dans la continuité. L’ancienne église anglicane de l’Ascension est un symbole de la vitalité culturelle du quartier et d’une bataille réussie pour la conservation du patrimoine.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Ville de Montréal
    (propriétaire de 1992 à aujourd'hui)
    La Ville de Montréal acquiert l’ancienne église anglicane de l’Ascension en 1992 et entreprend sans tarder sa transformation en bibliothèque, de même que son agrandissement. La nouvelle bibliothèque du Mile-End ouvre ses portes en 1993 et elle conserve sa principale spécificité : sa vocation multiculturelle. De ce fait, on y dénombre plus de 20 000 livres et 30 000 magazines écrits en arabe, chinois, créole, grec, italien, portugais, espagnol ou vietnamien.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 10 juin 2007 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1910
    Fin des travaux : 1911
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Agrandissement.
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1992
    Fin des travaux : 1993
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Transformation de l’église en bibliothèque et agrandissement dans la marge latérale.

    Concepteur de la transformation :
    Albert Paquette (architecte)
     
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2005-2018
Données mises à jour le 30 avril 2008