Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Façade principale de la caserne no 4 donnant sur l’avenue Van Horne
© C. Boucher, 2008
 

©Ville de Montréal,
 
Façade latérale de la caserne no 4 donnant sur l’avenue Trans Island
© C. Boucher, 2008
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Numéro d'ouvrage :

150

Nom du bâtiment :

Caserne #4

Adresse civique :
  • 5260, avenue Van Horne
Arrondissement ou ville :

Côte-des-Neiges—Notre-Dame-de-Grâce (Montréal)

Localisation :
haut de page
Propriété municipale d'intérêt patrimonial  
Catégorie : Bâtiments
Statut de propriété : Propriétaire
Profil : Protection et sécurité
Usage principal actuel : Caserne de pompiers
Intérêt patrimonial : Bâtiment municipal d'intérêt patrimonial
Type de bâtiment : Caserne de pompiers
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1950

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Donat Beaupré
    (architecte Cité de Montréal -- concepteur)
    Nous n’avons que peu de renseignements sur l’origine et la formation de cet architecte. Donat Beaupré devient membre de l’Association des architectes de la Province de Québec en 1914. À l’emploi de la Cité de Montréal à partir de 1923, il devient l’architecte en chef de la Cité en 1931, poste qu’il occupe jusqu’à la fin des années 1950. Il prend sa retraite du monde municipal en 1961. Durant son mandat, Beaupré est à la tête d’une équipe formée d’une dizaine d’architectes et d’une vingtaine de dessinateurs. Parmi les tâches qui lui incombent, l’architecte en chef de la Cité voit à la préparation des plans et des cahiers de charges, il agit à titre d’architecte consultant auprès des firmes privées employées par la ville et il surveille la construction des édifices municipaux. Donc, durant plus de 25 ans, tous les plans d’architecture des immeubles municipaux sont signés par Donat Beaupré, qui reçoit ainsi le mérite de la réalisation des constructions, même si les plans ont été préparés par d’autres architectes de son équipe ou par des architectes en pratique privée. Parmi les édifices industriels qui lui sont attribués, mentionnons l’incinérateur et l’écurie de la cour des Carrières, 1500, rue des Carrières (1929), l’écurie de la cour Madison, 2160, rue Madison (1931), le garage de la cour Honoré-Beaugrand, 7944, rue Hochelaga (1932) et l’incinérateur Dickson, 2200, rue Dickson (1954-1955). De plus, avec l’architecte Lucien Kéroack (1886-1951), il est responsable de la conception du Pavillon administratif du Jardin botanique de Montréal, 4101-4601, rue Sherbrooke Est (1932-1933). Deux autres casernes de pompiers montréalaises ont été conçues par Donat Beaupré, soit la caserne no 46, 4760, avenue Cumberland (1930) et la caserne no 43, 1945 rue Fleury Est (1949-1950).
Nom du propriétaire constructeur :
  • Ville de Montréal
    (propriétaire de 1950 à aujourd'hui)
    La caserne no 4 est construite en 1950 sur un terrain situé à l’angle sud-ouest des avenues Van Horne et Trans Island. La préparation des plans est confiée à l’architecte de la Ville de Montréal Donat Beaupré et le contrat d’exécution est attribué aux entrepreneurs Walter G. Hunt & Co. Ltd. La Ville de Montréal est toujours propriétaire de ce bâtiment qui a conservé sa fonction initiale de caserne de pompiers.
haut de page
Évolution du bâtiment  

Histoire de la thématique du groupe ciblé

Thématique : L’évolution des mesures de protection contre les incendies à Montréal
Aux XVIIe, XVIIIe et jusqu’au milieu du XIX siècles, la lutte contre les incendies à Montréal est assumée par les militaires et les volontaires. La première caserne de pompiers est située à l’intérieur de l’ancienne église Notre-Dame construite en 1672. Dès la première alerte, les volontaires doivent s’orienter vers l'église, qui devient alors le point de ralliement des sapeurs, afin de se procurer les seaux, pioches, pelles, haches et sacs de sable qui y sont entreposés. Toutefois, le premier pas dans la lutte organisée contre les incendies est mis sur pied par l'intendant Hocquart en 1734. De l'équipement rudimentaire disposé dans quatre endroits stratégiques de la ville est mis à la disposition des ouvriers en bâtiment afin qu'ils puissent intervenir sur les lieux d'incendies avec un minimum d'outillage.

En 1829, Montréal dispose déjà de trois sociétés de lutte contre les incendies. Cependant, une rivalité s'élève entre eux donnant ainsi lieu aux conflits qui les empêchent de combattre le feu efficacement. Le 14 mars 1829, la promulgation de l'acte pour « établir une Société pour prévenir les Accidents du Feu » met un terme à ces conflits. Cette Société est chargée de rédiger de nouveaux règlements et de constituer une escouade plus efficace pour la lutte contre les incendies.

Au XIXe siècle, de nombreux incendies surviennent à Montréal, dont le plus marquant est le grand incendie de 1852. Durant ce sinistre, 1112 maisons sont détruites, laissant près de 15 000 personnes sans abris. Suite à ces désastres répétés, le conseil municipal constitue en 1863 un organisme permanent : « le Département du feu », premier service des incendies regroupant des sapeurs-pompiers professionnels. C’est aussi en 1863 qu’est construite la première véritable caserne de pompier, soit la Station Centrale située au 609-611, rue Craig (l'actuelle rue Saint-Antoine). La Cité de Montréal a recourt aux services de l’architecte Henri-Maurice Perrault pour la conception de cette dernière qui porte le numéro 1 du système de numérotation des casernes.

En 1870, le Département de feu possède neuf édifices de service en fonction sur son territoire. Mise à part la « Station centrale », ces bâtiments de petite dimension, érigés par un charpentier et connus sous l’appellation de « Maison des Pompes », étaient strictement utilitaires pour loger l’équipement et le gardien. C’est également à la fin du XIXe siècle que le Département du feu se modernise avec l’achat des premières pompes à vapeur, le remplacement des maisons des pompes par des bâtiments plus imposants et l’utilisation progressive des voitures à traction hippomobile.

Durant la période de 1870 à 1900, pour répondre aux besoins d’un centre urbain en pleine expansion, vingt-deux casernes sont construites, dont sept subsistent toujours en 2008. Dès lors, la volonté des autorités municipales consiste à construire des nouvelles casernes de pompiers prestigieuses intégrées dans la trame urbaine. En somme, la caserne de pompiers devient un point de repère dans les quartiers municipaux, tout comme les églises et les écoles.

De 1900 à 1920, la croissance démographique et le développement économique à Montréal sont en plein essor. Les quartiers se densifient par une augmentation de la construction immobilière. Durant cette période, vingt-deux casernes de pompiers sont construites par la Cité de Montréal et dix sont acquises par voie d’annexion. En 1918, on compte quarante-cinq casernes de pompiers en fonction sur le territoire de la Cité de Montréal. Par ailleurs, c’est au cours des années 1910-1920 que le véhicule motorisé entre progressivement en fonction, en remplacement des voitures tirées par des chevaux. Durant la période de 1920 à 1950, douze autres casernes de pompiers viennent s’ajouter au parc immobilier du service des incendies. Depuis ce temps, les véhicules, l'outillage et les casernes s’améliorent sans cesse et les pompiers sont formés aux plus récentes techniques de combat d'incendie.

Lors de la fusion des vingt-huit municipalités de l’île de Montréal, survenue le 1er janvier 2002, tous les services d'incendies de l'île de Montréal sont fusionnés pour former le Service de sécurité incendie de Montréal. En 2008, on dénombre sur l’île de Montréal un total de soixante-cinq casernes de pompiers en opération, dont cinquante sont situées sur le territoire de l’ancienne ville de Montréal, et quinze sont localisées dans les nouveaux arrondissements de Montréal et dans les villes de banlieues.

Des trente-et-une casernes ou ex-casernes de pompiers identifiées comme bâtiments municipaux d’intérêt patrimonial, une vingtaine conserve toujours leur fonction d’origine.

La caserne no 4 est construite en 1950 sur un terrain situé à l’angle sud-ouest des avenues Van Horne et Trans Island. La préparation des plans est confiée à l’architecte de la Ville de Montréal Donat Beaupré et le contrat d’exécution est attribué aux entrepreneurs Walter G. Hunt & Co. Ltd. La Ville de Montréal est toujours propriétaire de ce bâtiment qui a conservé sa fonction initiale de caserne de pompiers.

Points d'intérêt

L’intérêt patrimonial de la caserne no 4 repose principalement sur ses valeurs historique et artistique. La valeur historique de l’immeuble réside dans le fait qu’il est un bon témoin de l’évolution des mesures de protection contre les incendies à Montréal ainsi que de l’histoire du quartier Notre-Dame-de-Grâce. L’édifice est construit en 1950 à l’angle des avenues Van Horne et Trans Island dans l’actuel arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Il témoigne des efforts déployés par la Cité de Montréal pour lutter contre les incendies.

La valeur artistique de la caserne no 4 repose d’une part sur l’importance de son concepteur. L’immeuble a été conçu par Donat Beaupré, architecte en chef de la Cité de Montréal de 1931 jusqu’à la fin des années 1950. Parmi les édifices qui lui sont attribués, mentionnons l’incinérateur et l’écurie de la cour des Carrières, 1500, rue des Carrières (1929), l’écurie de la cour Madison, 2160, rue Madison (1931), le garage de la cour Honoré-Beaugrand, 7944, rue Hochelaga (1932), l’incinérateur Dickson, 2200, rue Dickson (1954-1955), la caserne de pompiers no 46, 4760, avenue Cumberland (1930) et la caserne de pompiers no 43, 1945 rue Fleury Est (1949-1950). De plus, avec l’architecte Lucien Kéroack (1886-1951), il est responsable de la conception du Pavillon administratif du Jardin botanique de Montréal, 4101-4601, rue Sherbrooke Est (1932-1933).

La valeur artistique de l’oeuvre repose sur la qualité de l’architecture extérieure et du décor d'influence Art déco. L’intérêt de l’édifice est décuplé par le fait qu’il a conservé la plupart de ses éléments caractéristiques dont sa volumétrie, l’ordonnance de sa façade principale, la disposition des ouvertures, la tour à boyaux et le choix des matériaux des façades en brique avec encadrements des ouvertures en pierre. Son architecture est représentative de celle des casernes construites à la même époque, telle la caserne no 43, 1945, rue Fleury Est (1949-1950), la caserne no 49, 10-20, rue Chabanel Ouest (1954) et la caserne no 50, 6490, 30e avenue (1956). Tout comme ces bâtiments, elle se caractérise notamment par son caractère fonctionnel, ses formes épurées, ses lignes simples, son absence d’ornementation et la présence de fenêtres disposées en bandeaux.

De plus, ce bâtiment public a conservé sa fonction d’origine de caserne de pompiers depuis sa construction en 1950 et possède un bon degré d’authenticité.

Finalement, le bâtiment, construit en tête d’îlot, se démarque des constructions environnantes, majoritairement résidentielles et commerciales, par son volume, son gabarit, sa tour à boyaux et son caractère distinctif de caserne de pompiers. Cet édifice, qui a toujours abrité une caserne de pompiers, constitue, pour le voisinage, un symbole qui témoigne de l’histoire du quartier.

Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 6 mai 2009 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1981
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Modifications aux tours de séchage et aux mâts de descente.

    Concepteur de la transformation :
    Ville de Montréal
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1997
    Fin des travaux : 1998
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Remplacement de la fenestration et agrandissement des portes.

    Concepteur de la transformation :
    Ville de Montréal
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 2001
    Fin des travaux : 2002
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Réfection de la dalle du rez-de-chaussée et rénovations générales.

    Concepteur de la transformation :
    Ville de Montréal
     
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2005-2018
Données mises à jour le 3 septembre 2012