Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
  FICHE DU BÂTIMENT 
Identification  
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Façade est
©Ville de Montréal, 2007
 
Façade ouest
©Ville de Montréal, 2007
 
Terrasse surplombant le bassin des Pêcheurs
©Ville de Montréal, 2007
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
Numéro d'ouvrage :

3281

Nom du bâtiment :

Moulin à farine du Sault-au-Récollet

Autres appellations :
  • Bistro-terrasse de l'Île-de-la-Visitation
  • Maison du meunier
  • Moulin à farine «sur la rive»
Adresse civique :
  • 10897, rue du Pont
Arrondissement ou ville :

Ahuntsic-Cartierville (Montréal)

Ensemble :

Fait partie de : Parc régional de l'Île-de-la-Visitation
comprenant aussi

Secteur d'intérêt patrimonial :

Ancien village de Sault-au-Récollet

Localisation :
haut de page
Propriété municipale d'intérêt patrimonial  
Catégorie : Bâtiments
Statut de propriété : Propriétaire
Profil : Commercial
Usage principal actuel : Restaurant
Intérêt patrimonial : Bâtiment municipal d'intérêt patrimonial
Type de bâtiment : Moulin
haut de page
Construction  
Date de construction initiale :

1727

Nom du concepteur de la
construction initiale :
  • Simon Sicard
    (charpentier et meunier)
    Un acte datant de 1748 intervenu entre le Séminaire de Québec et Simon Sicard, constructeur de la digue et du moulin à scie (1726), identifie ce dernier comme «maître charpentier et emmoulangeur du Sault-au-Récollet», ce qui laisse supposer que Sicard soit impliqué dans la construction du moulin à farine. Issu d’une famille de meunier, Simon Sicard est également le meunier du moulin à scie qu’il exploite possiblement jusqu’à la fin du Régime français.
Nom du propriétaire constructeur :
  • Les Messieurs de Saint-Sulpice
    (propriétaire de 1727 à 1837)
    La Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice est créée en France en 1641. Le sulpicien Jean-Jacques Olier, étroitement lié à l’histoire de Montréal malgré qu’il n’ait jamais foulé le sol de la Nouvelle-France, est l’un des fondateurs de la Société de Notre-Dame de Montréal. Celle-ci est à l’origine de la fondation de Ville-Marie en 1642. La paroisse de Notre-Dame est desservie par les sulpiciens à partir de 1657, qui deviennent ensuite propriétaires de la seigneurie de l’île de Montréal en 1663. Leur statut de seigneurs permet aux sulpiciens d’être actifs dans le développement de l’île de Montréal en construisant notamment des moulins, comme le moulin à farine du Sault-au-Récollet.
haut de page
Évolution du bâtiment  

Histoire de la thématique du groupe ciblé

Dans une volonté de conserver, de mettre en valeur et de rendre accessible le patrimoine naturel et culturel montréalais, la Communauté urbaine de Montréal acquièrent plusieurs grands espaces naturels de l’île de Montréal entre 1970 et 1992 dans le but de créer un réseau de parcs régionaux. Ces neuf grands parcs comprennent au total 657 hectares de bois, 448 hectares de champs et 233 hectares de friches et offrent aux visiteurs une diversité d’activités éducatives et récréatives favorisant le contact avec la nature.

Le parc régional de l’Île-de-la-Visitation est circonscrit dans le site du patrimoine de l’ancien village du Sault-au-Récollet, situé au cœur de l’arrondissement de Ahuntsic-Cartierville. Ce parc est composé de l’île de la Visitation (à l’exception de quelques terrains privés) située dans la rivière des Prairies, du site des Moulins qui longe la rue du Pont et d’un terrain au nord du boulevard Gouin longeant le bassin des Pêcheurs et sur lequel est érigée la maison du Pressoir, un monument historique classé par le gouvernement du Québec en 1978. Le site des Moulins est issu d’un complexe industriel dont l’histoire débute en 1726 alors que les sulpiciens, seigneurs de Montréal, entreprennent l’aménagement d’une digue et la construction de moulins dans le futur village du Sault-au-Récollet. Dans les années 1830, l’activité industrielle du site se diversifie. À la mouture des grains et au sciage de bois s’ajoutent le cardage de la laine, le foulage d’étoffe et la fabrication de clous. Entre 1837 et 1890, les moulins et une partie de l’île de la Visitation sont la propriété d’entrepreneurs privés dont la famille Persillier Lachapelle (1837-1867), puis de compagnies à partir de 1890. L’île de la Visitation, propriété de la Montreal Light Heat & Power dans les années 1930, devient la propriété d’Hydro-Québec en 1944. Entre 1965 et 1981, la Ville de Montréal fait l’acquisition de la maison du Pressoir, située sur le terrain qui longe le bassin séparant l’île de la Visitation et l’île de Montréal, et du site des Moulins. Ces sites sont cédés à la Communauté urbaine de Montréal au début des années 1980, tout comme la portion de l’île de la Visitation appartenant à Hydro-Québec. La maison du Pressoir est restaurée entre 1987 et 1988 et le nouvel aménagement du site des Moulins, réalisé dans les années 1990, est inauguré en 1998.

Les Messieurs de Saint-Sulpice, seigneurs de l’île de Montréal depuis 1663, ont le droit de banalité qui oblige les habitants à moudre leurs grains au moulin des seigneurs contre redevance. À la fin du XVIIe siècle, les cinq moulins banaux de l’île ne permettent pas de suffire à la demande. La construction d’une dizaine de moulins à vent et à eau est entreprise au cours des premières décennies du XVIIIe siècle par les sulpiciens, dont celle d’un moulin à farine en pierre du Sault-au-Récollet.

Le moulin à farine «de la rive» du Sault-au-Récollet (aujourd’hui appelé la maison du meunier) est construit vers 1727 sur le bord de la digue aménagée l’année précédente entre l’île de la Visitation et l’île de Montréal. Il est composé à l’origine d’un bâtiment en pierre à trois niveaux (sous-sol, étage et comble) érigé sur la rive et de trois roues hydrauliques verticales extérieures, situées le long du mur pignon nord et actionnant trois meules à l’intérieur du bâtiment. Le moulin, qui comporte une chambre pour le meunier, est exhaussé en 1801 et en partie reconstruit, puis mis hors service vers 1808. La partie nord du bâtiment est transformée en moulin à clous vers 1831 alors que la partie sud sert de logement aux opérateurs du moulin. En 1837, les sulpiciens vendent le site des moulins à Pascal Persillier dit Lachapelle. L’ancien moulin à farine passe aux mains de plusieurs entrepreneurs individuels au cours des décennies suivantes et est transformé à plusieurs reprises. Le bâtiment mitoyen à la partie d’origine est démoli durant le dernier quart du XIXe siècle, celle-ci étant alors isolée du reste du complexe industriel. L’ancien moulin devient la propriété de la Back River Power Company en 1906 puis de la Milmont Fibreboards Co. en 1950. Le site des moulins devient la propriété de la Ville de Montréal en 1981 puis de la Communauté urbaine de Montréal en 1982. La maison du meunier, qui correspond à la moitié subsistante du moulin de 1727, est réaménagée en bistro-terrasse et en musée au cours des années 1990 et redevient la propriété de la Ville de Montréal à la suite des fusions municipales en 2002.

Points d'intérêt

Érigé en 1727, l’ancien moulin à farine du Sault-au-Récollet est le plus ancien moulin à eau subsistant à Montréal. Il est également parmi les plus anciens moulins à eau du Québec, voire le plus ancien. Celui-ci est un témoin exceptionnel de la vocation industriel du site qui a perduré pendant presque 250 ans et un témoin important de l’histoire de l’ancien village du Sault-au-Récollet. Il est également un témoin rappelant le régime seigneurial au cours duquel les Messieurs de Saint-Sulpice, alors seigneurs de Montréal, avaient le droit de banalité qui obligeait les habitants à moudre leurs grains au moulin des seigneurs contre redevance.

Les caractéristiques actuelles du bâtiment, qui représente la moitié sud du bâtiment d’origine, reflètent les diverses étapes de son évolution au cours des siècles. À l’origine un moulin à farine, celui-ci est exhaussé, en partie démoli et aménagé en résidence au XIXe siècle, en bureaux au cours de la première moitié du XXe siècle et en musée et restaurant lors des travaux de réaménagement du site des Moulins des années 1990. Probablement construit par Simon Sicard, meunier, «maître charpentier et emmoulangeur du Sault-au-Récollet » ayant notamment participé à la construction de la digue et du moulin à scie (1726), cet ancien moulin à farine est construit à la même époque que d’autres moulins à eau appartenant aux sulpiciens, notamment les moulins à farine de Lachine et du Gros-Sault aujourd’hui disparus.

L’ancien moulin, le plus ancien édifice du secteur et le seul bâtiment conservé (moitié subsistante) et restauré du site des Moulins, constitue un élément fondateur du caractère actuel du secteur. L’aménagement des vestiges archéologiques des moulins implantés au-dessus de la rivière contribue à mettre l’édifice en valeur. Celui-ci constitue un élément familier à l’échelle de la ville et un site fréquenté par les nombreux visiteurs du parc régional de l’Île-de-la-Visitation, de même que par les gens du quartier et les clients du bistro aménagé dans le sous-sol du bâtiment.

Autres occupants marquants
Propriétaires :
  • Pascal Persillier dit Lachapelle fils
    (propriétaire de 1837 à 1853)
    Plusieurs membres de la famille Persillier dit Lachapelle ont participé au développement du nord de l’île de Montréal. Ainsi, Pascal Persillier dit Lachapelle fils (1806-1853) fait l’acquisition de nombreuses propriétés, dont l’île de la Visitation et les moulins du Sault qu’il achète des sulpiciens en 1837. Pascal Persillier dit Lachapelle père (1781-1851) et fils sont également connus pour avoir érigé le pont des Saints-Anges, de même qu'un pont à péage dont le tracé évoque celui du pont Lachapelle au-dessus de la rivière des Prairies.
  • Back River Power Company
    (propriétaire de 1906 à 1950)
    La Back River Power Company est une compagnie fondée en 1893 œuvrant dans les domaines du commerce et des industries de fabrication de produits divers. Le site des moulins est acquis par la compagnie et sa filiale J.R. Walker & Co. en 1906. L’ancien moulin à farine loge alors les bureaux de la compagnie.
  • Communauté urbaine de Montréal
    (propriétaire de 1982 au 2001-12-31)
    Créée en 1970, la Communauté urbaine de Montréal, regroupe toutes les municipalités de l’île. Fournisseur de services à caractère régional, elle exerce diverses compétences dans de nombreux domaines, comme la police et le transport en commun. Entre 1970 et 1992, la CUM se porte acquéreur de plusieurs terrains afin de créer des grands parcs régionaux.
  • Ville de Montréal
    (propriétaire du 2002-01-01 à aujourd'hui)
    À la suite des fusions municipales et la réorganisation administrative de 2002, les bâtiments implantés dans les parcs régionaux appartenant à la CUM deviennent propriétés de la Ville de Montréal.
Autres occupants marquants
Locataires :
  • Didier Joubert (meunier)
    (locataire de 1801 à 1821)
    Didier Joubert est meunier au Sault-au-Récollet pour le Séminaire de Montréal de 1801 jusqu’à son décès en 1821. Il travaille également à la réparation et la construction de bâtiments seigneuriaux, notamment le moulin à scie de 1809-1810 et la nouvelle digue de 1814 du Sault-au-Récollet.
  • Cité historia
    (locataire de 1998 à aujourd'hui)
    Cité historia est un organisme dont le mandat est de «créer, de diffuser et de promouvoir les connaissances historiques en se consacrant à mettre en valeur l’histoire du Sault-au-Récollet, de la maison du Pressoir et du site des Moulins» . En 2001, l'organisme obtient le statut d'institution muséale reconnue par le ministère de la Culture et des Communications du Québec.
Transformations majeures :
(dernière mise à jour le 4 février 2008 )
  • Travaux 1
    Date des travaux : 1801
    Modification à la volumétrie verticale du bâtiment.

    Exhaussement du mur nord (pignon), rehaussement du site, remplissage du sous-sol, réparations diverses.

    Concepteur de la transformation :
    F.-X. Daveluy
     
  • Travaux 2
    Date des travaux : 1801-1831
    Démolition totale ou partielle du bâtiment.

    Démolition de la moitié nord du moulin.
     
  • Travaux 3
    Date des travaux : 1831-1833
    Modification à la volumétrie horizontale du bâtiment.

    Construction d’un moulin à clous mitoyen au mur nord du moulin.

    Concepteur de la transformation :
    William Budden (locateur du moulin)
     
  • Travaux 4
    Date des travaux : 1872-1875
    Reconstruction partielle ou totale du bâtiment.

    Démolition totale ou partielle du bâtiment.

    Démolition du moulin à clous en ruine et construction d’un moulin à scie en pierre et en bois.
     
  • Travaux 5
    Date des travaux : 1879-1894
    Démolition totale ou partielle du bâtiment.

    Démolition du bâtiment mitoyen au moulin.
     
  • Travaux 6
    Date des travaux : 1906-1950
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Réaménagement du moulin en bureau de la Back River Power Co.
     
  • Travaux 7
    Date des travaux : 1970-1980
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Réaménagement du bâtiment en résidence pour le principal actionnaire de la Milmont Fibreboards Co, Monsieur Oberlander.
     
  • Travaux 8
    Date des travaux : 1990-1998
    Restauration ou recyclage du bâtiment.

    Restauration du bâtiment et réaménagement du sous-sol en bistro-terrasse et du rez-de-chaussée en musée.

    Concepteur de la transformation :
    Communauté urbaine de Montréal
     
haut de page
Intérêt et protection patrimoniale du bâtiment  
Le bâtiment est protégé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, en vigueur depuis le 19 octobre 2012, par le statut suivant :
  • Situé dans le site patrimonial Ancien village de Sault-au-Récollet (cité) (2012-10-19).
    Anciennement un site du patrimoine (1992-04-06) (juridiction municipale)
Le bâtiment est identifié aux documents d'évaluation du patrimoine urbain dans la catégorie suivantes :
haut de page
Bibliographie sur l'immeuble  

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du bâtiment,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
Droits réservés, 2005-2021
Données mises à jour le 4 février 2010