Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Rue Saint-Antoine

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Rue Saint-Antoine

Arrondissement ou ville :

Westmount

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur est situé dans et en contrebas de l’escarpement de la colline de Westmount. Délimité au nord par les voies ferroviaires du Canadien Pacifique et l’autoroute Ville-Marie, le secteur se trouve enclavé à l’écart du reste du territoire de Westmount. Sur la rue Saint-Antoine, des triplex en pierre de grande qualité jouxtent des bâtiments à vocation industrielle. Du côté est du secteur, un parc aménagé agit comme zone tampon entre les résidences et les voies rapides.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Saint-Antoine, vers l'est.
©Ville de Montréal, 2010
 
Rue Saint-Antoine vers l'ouest.
©Ville de Montréal, 2010
 
Parc Selby.
©Ville de Montréal, 2010
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1804

   
Développement du milieu urbain

Montréal, alors appelée Ville-Marie, est fondée en 1642 par Paul Chomedey de Maisonneuve (1612-1676) et Jeanne Mance (1606-1673). En 1659, le sieur de Maisonneuve concède le fief Saint-Joseph aux Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph de l’Hôtel-Dieu. Très tôt, le fief est traversé par le chemin Saint-Joseph (appelé chemin Upper Lachine au XIXe siècle), qui relie la ville à la partie ouest de l’île. C’est le long de cette route, au sud du secteur, que se développe un village de tanneurs à la fin du XVIIIe siècle, dénommé Tanneries des Rolland ou Saint-Henri des Tanneries.

À cette époque, le secteur de la rue Saint-Antoine est situé dans la partie nord-ouest du fief Saint-Joseph, au nord-est du bourg de Saint-Henri des Tanneries. Durant cette période, le secteur, qui présente une topographique très escarpée, est essentiellement constitué de boisés.

haut de page

1805-1884

   
Développement du milieu urbain

Vers la fin du XVIIIe siècle, la colline de Westmount est convoitée par d’importants marchands de fourrures qui souhaitent y établir leur maison de campagne. En 1805, le marchand de fourrure William Hallowell choisit de s'installer au nord-ouest du fief Saint-Joseph. Il y construit une maison à flanc de coteau accessible à partir de l'actuelle rue Saint-Jacques (connue à cette époque sous le nom de Upper Lachine Road) située au sud du secteur. La propriété, aujourd'hui disparue, est vendue en 1824 et prend le nom de Selby Grange en l'honneur de son nouveau propriétaire.

Vers le milieu du XIXe siècle, l’élite économique montréalaise s’intéresse à son tour à la colline de Westmount qui offre des vues sur la campagne environnante. De grandes propriétés plantées de vergers et de jardins sont alors aménagées principalement sur les hauteurs du flanc sud de la colline. Tout comme William Hallowell, l'honorable George Moffatt acquiert à cette époque un terrain au nord du fief Saint-Joseph, à l'est de la propriété Selby Grange. Il y construit la propriété Weredale Todje et y aménage de grands jardins.

À la fin de cette période, plusieurs voies desservent déjà le secteur telles que les avenues Greene et Atwater ainsi que les rues Saint-Antoine et Rose-de-Lima, anciennement nommée rue Hallowell. Plusieurs lots de grande dimension sont délimités le long de ces nouvelles artères. Seuls la résidence de la propriété Selby Grange et les jardins de Weredale Todje occupent toutefois le secteur. En 1876, le secteur de la rue Saint-Antoine est annexé au village de la côte Saint-Antoine incorporé trois ans plus tôt.

haut de page

1885-1969

   
Développement du milieu urbain

En 1885, la ligne de chemin de fer du Canadien Pacifique construite au sud du secteur, le long de l'escarpement de la colline de Westmount, est achevée. Cette voie ferroviaire est la première barrière physique à être construite entre le secteur de la rue Saint-Antoine et le village de la côte Saint-Antoine situé au nord. En 1895, le village de la côte Saint-Antoine prend le nom de cité de Westmount.

Le lotissement de l'est du secteur, entre les avenues Greene et Atwater, débute réellement dans les années 1890 à la suite du développement des nouveaux moyens de transport. La construction de bâtiments de type « plex » s'effectue rapidement et est presque achevée en 1913. Le lotissement et la construction d'habitations à l'ouest du secteur, aux abords de la propriété Selby Grange, se font beaucoup plus lentement.

À la fin de cette période, la partie est du secteur est densément construite alors que la partie ouest comporte toujours plusieurs lots vacants entre la rue Rose-de-Lima et la résidence de Selby Grange. Une cour de triage appartenant au Canadien Pacifique est localisée directement à l'ouest du secteur. Il est probable que cette fonction industrielle ait nui au développement résidentiel de cette partie du secteur. À cette époque, le chimiste et homme d'affaires westmountais Charles E. Frosst prend possession d'un terrain au coin des rues Rose-de-Lima et Saint-Antoine pour y construire un laboratoire pharmaceutique. Il s'agit du premier bâtiment industriel du secteur. Le sud de la propriété Selby Grange est pour sa part occupé par un parc public dont les sentiers aménagés reprennent le tracé des allées privées de l'ancienne propriété bourgeoise.

Architecture

Maison contiguë
 
Maison en rangée
 
Atelier / entrepôt / usine / garage (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
haut de page

1970 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Le secteur subit de nombreuses modifications à la suite de la construction de l’autoroute Ville-Marie au début des années 1970. Toute la partie nord du secteur comprise entre la voie ferroviaire du Canadien Pacifique et la ruelle de la rue Saint-Antoine est complètement rasée. La résidence de Selby Grange et plus de quatre-vingt résidences sont détruites pour la construction de l’autoroute.

Le développement industriel du sud-ouest du secteur, pratiquement inoccupé jusqu’à ce moment, se réalise rapidement. Quelques bâtiments industriels de gros gabarit sont construits entre la rue Saint-Antoine et l’avenue Selby. Le parc situé au sud de l’ancienne propriété Selby Grange est d'ailleurs aujourd'hui occupé par le poste électrique Maisonneuve d'Hydro-Québec. Un nouveau parc est aménagé au sud de l'autoroute Ville-Marie et agit comme zone tampon entre la zone résidentielle et les voies rapides. Les bâtiments de type « plex » de la rue Saint-Antoine, situés au sud-est du secteur, sont les derniers témoins de l'ancien quartier résidentiel.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 7 juillet 2014