Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Wood et Elm, au sud de Sherbrooke

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Wood et Elm, au sud de Sherbrooke

Arrondissement ou ville :

Westmount

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Cet ancien secteur résidentiel est situé sur le plateau du versant sud d’une des trois collines qui composent le mont Royal, la colline de Westmount. De caractère homogène, ce secteur est défini par la présence de maisons en rangée qui contrastent avec d'imposants immeubles situés au nord du secteur. Cette proximité entre ces bâtiments de différents gabarits marque le paysage du secteur. Aujourd'hui, de nombreux bureaux et espaces locatifs occupent cet ancien quartier résidentiel.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Avenue Elm, vers le sud
©Ville de Montréal, 2010
 
Avenue Elm, vers le nord
©Ville de Montréal, 2010
 
Avenue Elm, vers le nord
©Ville de Montréal, 2010
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1839

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l’ouvrir à la colonisation. À l’extérieur de la ville naissante, le territoire est divisé en concessions et consacré à l’agriculture. Dès 1695, les premières terres de la côte Saint-Antoine sont concédées. Lors du recensement de 1731, une dizaine de familles habitent et défrichent les terres traversées par le chemin Côte Saint-Antoine, dont le tracé correspond selon certaines sources à celui d’un ancien sentier amérindien.

Vers la fin du XVIIIe siècle, le secteur est convoité par d’importants marchands de fourrure qui établissent leur maison de campagne au pied de la colline. Leur arrivée met fin à l’occupation strictement rurale de la côte Saint-Antoine. Les fermes situées à l’ouest du secteur sont les premières à être acquises et développées à des fins de villégiature.

En 1796, Simon Clarke se porte acquéreur d’une partie des terres de la famille Décarie sur laquelle il ouvre un chemin privé au nord du chemin Côte Saint-Antoine menant à sa résidence, l’actuelle avenue Clarke. Puis en 1805, William McGillivray se porte acquéreur de la concession voisine sur laquelle il ouvre également un chemin privé vers sa résidence, l’actuelle avenue Rosemount.

Situé au sud-est de ces nouveaux domaines, le secteur continue d'être exploité à des fins agricoles à cette époque.

haut de page

1840-1872

   
Développement du milieu urbain

Vers la moitié du XIXe siècle, l’élite économique montréalaise s’intéresse à la colline de Westmount qui offre des vues splendides sur la campagne environnante. De grandes propriétés comprenant des vergers et des jardins sont alors développées par des hommes d’affaires associés au domaine du transport ferroviaire et maritime.

À cette époque, l’honorable Luther Hamilton Holton, fondateur du Grand Trunk Railway, fait l’acquisition des terres agricoles situées à l'est de l'ancien domaine de William McGillivray, afin d'y établir le domaine Holton. Il fait construire, au nord du secteur, la résidence « Mount Pleasant » (aujourd’hui disparue) tandis que l'exploitation agricole des terres se poursuit au sud, à l'intérieur du secteur actuel.

haut de page

1873-1884

   
Développement du milieu urbain

En 1873, alors que le noyau villageois se constitue au nord du secteur, la côte Saint-Antoine est incorporée sous le nom de village de la côte Saint-Antoine.

Cette époque est également marquée par le développement des nouveaux moyens transports et la forte croissance de la population du village de la côte Saint-Antoine. Cet essor est en partie dû à l’acquisition en 1874 des terrains formant le parc du Mont-Royal par la Ville de Montréal. La création du parc restreint la construction de résidences sur le flanc sud du mont Royal, à l’est du domaine de la Montagne. La population s’éloigne alors de la ville où la majorité des terrains sont déjà occupés. Les territoires à l’ouest du domaine de la Montagne sont ainsi privilégiés par la population anglophone.

À cette époque, la partie sud de la propriété de Luther Hamilton Holton, entre les rues Sherbrooke et Sainte-Catherine, est acquise par la Montreal West End Society. Le sud du domaine Holton est alors divisé en petits lots et six résidences sont construites sur la rue Wood et l’avenue Greene au sud du secteur (aujourd'hui disparues).

Bien qu'en 1879 la voie de tramway de la Montreal Tramway atteigne la partie sud-est de Westmount à l’angle de la rue Sainte-Catherine et de l’avenue Atwater, permettant un accès rapide vers le centre-ville, les terres de l'ancien domaine Holton tardent à se développer.

haut de page

1885-1905

   
Développement du milieu urbain

Le développement des nouveaux moyens de transport se poursuit au cours de cette période. Au début des années 1890, la rue Sherbrooke est prolongée vers l’ouest et la ligne de tramway électrique de la Montreal Street Railway étend son circuit sur les rues Sainte-Catherine, Victoria, Sherbrooke et Greene.

En 1895, le village de la côte Saint-Antoine prend le nom de Cité de Westmount et le développement immobilier se poursuit. La construction de la première gare ferroviaire sur l’avenue Abbott en 1896 ainsi que la présence de bâtiments industriels dans la partie sud-ouest de Westmount entraînent le développement résidentiel des secteurs limitrophes.

Entre 1885 et 1905, plusieurs promoteurs immobiliers font construire de petits ensembles de maisons en rangée sur les lots formés lors de la période précédente. Dès 1905, le secteur est densément construit.

Architecture

Maison isolée
 
Maison en rangée
 
Édifice religieux

Maison semi-détachée
 
Maison semi-détachée
 
Maison en rangée

Immeuble de rapport
    
haut de page

1906 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Depuis 1906, le secteur n’a subi aucune modification majeure. Toutefois, l'expansion et le réaménagement du centre-ville de Montréal modifient l'espace urbain situé au sud du secteur. Les environs des rues Wood et Elm sont considérablement transformés par la construction d'immeuble en hauteur sur la rue Sainte-Catherine, située à l'extérieur du secteur.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 14 septembre 2014