Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Les abords de l'hôtel de ville

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Les abords de l'hôtel de ville

Arrondissement ou ville :

Westmount

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur est situé à l’intersection de la rue Sherbrooke et du chemin Côte Saint-Antoine au cœur de la ville de Westmount. Implanté perpendiculaire par rapport aux principaux axes de circulation, l’hôtel de ville de Westmount domine son voisinage par sa prestance. Plusieurs édifices et espaces publics sont également établis dans ce secteur créant ainsi le plus important pôle institutionnel de la ville de Westmount.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Hôtel de ville de Westmount, vu de la rue Sherbrooke Ouest
©Ville de Montréal, 2010
 
Monument aux Braves, situé dans le Garden Point, vu de l'avenue Argyle
©Ville de Montréal, 2010
 
Chemin Côte Saint-Antoine, vers le sud-est
©Ville de Montréal, 2010
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1872

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l’ouvrir à la colonisation. À l’extérieur de la ville naissante, le territoire est divisé en concessions et consacré à l’agriculture. Dès 1695, les premières terres de la côte Saint-Antoine sont concédées. Lors du recensement de 1731, une dizaine de familles habitent et défrichent les terres traversées par le chemin Côte Saint-Antoine, dont le tracé correspond selon certaines sources à celui d’un ancien sentier amérindien.

Dès la fin du XVIIIe siècle, le secteur est convoité par d’importants marchands de fourrure qui établissent leur maison de campagne au pied de la colline. Leur arrivée met fin à l’occupation strictement rurale de la côte Saint-Antoine. Puis, vers le milieu du XVIIIe siècle, l’élite économique montréalaise s’intéresse à son tour à la colline de Westmount qui offre des vues sur la campagne environnante.

À cette époque, le secteur est principalement utilisé à des fins agricoles. Toutefois, un plan de 1868 relève l’exploitation d’une carrière au nord du chemin Côte Saint-Antoine, entre l’avenue Argyle et l'avenue Church Hill. Selon certaines sources, la pierre extraite est utilisée pour recouvrir les chemins publics.

haut de page

1873-1919

   
Développement du milieu urbain

En 1873, alors qu'un noyau villageois se constitue au nord-est du secteur, la côte Saint-Antoine est incorporée sous le nom de village de la côte Saint-Antoine. Les terres sont loties au nord du chemin côte Saint-Antoine. La carrière de pierre fait maintenant place à plusieurs édifices publics établis le long du chemin. Parmi ceux-ci, notons la première école publique et protestante de Westmount, l’école Stanton. Un premier pôle institutionnel se forme le long du chemin Côte Saint-Antoine. Le sud du secteur est pour sa part occupé par les Sœurs de la Charité de Montréal, plus communément appelées les Sœurs Grises, qui y exploitent une terre agricole.

Au début des années 1890, la rue Sherbrooke est prolongée vers l’ouest, au sud du chemin Côte Saint-Antoine, à travers les terres des Sœurs de la Charité de Montréal. En 1895, la ligne de tramway électrique de la Montreal Street Railway prolonge son circuit sur les rues Sainte-Catherine, Victoria, Sherbrooke et Greene. Cette même année, le village de la côte Saint-Antoine prend le nom de Cité de Westmount, puis celui de Ville de Westmount en 1908.

Durant les premières décennies du XXe siècle, les Sœurs de la Charité de Montréal vendent leurs terres et le sud du secteur est progressivement loti. L’emplacement actuel de l’hôtel de ville reste inoccupé jusqu’au début des années 1920.

Architecture

Club privé
    
haut de page

1920 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Au début des années 1920, les élus municipaux de la Ville de Westmount décident de faire construire un imposant hôtel de ville près de l’intersection de la rue Sherbrooke et du chemin Côte Saint-Antoine. L’ouverture de l’hôtel de ville, en 1922, semble donner un certain dynamisme au secteur qui s’affirme durant les années suivantes en tant que centre institutionnel de Westmount. Plusieurs bâtiments publics sont alors construits tels l’école Selwyn et la synagogue Shaar Hashomayim.

En 1922, la ville de Westmount se dote également d’un monument commémoratif, connu sous le nom de monument aux Braves, en l’honneur des citoyens de Westmount morts aux champs de bataille durant la Première Guerre mondiale. Situé dans le Garden Point, en face de l’hôtel de ville, le monument aux Braves est une œuvre de l’artiste George Hill. Après la Seconde Guerre mondiale, l’architecte Percy Nobbs aménage l’environnement du monument en y ajoutant une plate-forme.

Mis à part l’agrandissement et le réaménagement de la synagogue Shaar Hashomayim en 1965, les abords de l’hôtel de ville n’ont subi que peu de modifications depuis la deuxième moitié du XXe siècle.

Architecture

Hôtel de ville
 
École
 
Édifice de culte
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 12 septembre 2014