Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
La ferme Hurtubise

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

La ferme Hurtubise

Arrondissement ou ville :

Westmount

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce secteur est situé sur la pente du versant sud d’une des trois collines qui composent le mont Royal, la colline de Westmount. Il s’agit de l’une des zones les plus denses de Westmount situées au nord de la rue Sherbrooke. De nombreux ensembles architecturaux datant de la fin du XIXe siècle caractérisent ce secteur résidentiel. De plus, les avenues nord-sud offrent de magnifiques vues sur le bas de la colline.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Avenue Chesterfield, vers l'est
©Ville de Montréal, 2010
 
Avenue Prince-Albert, vers le sud
©Ville de Montréal, 2010
 
Avenue Chesterfield, vers l'ouest
©Ville de Montréal, 2013
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1872

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l’ouvrir à la colonisation. À l’extérieur de la ville naissante, le territoire est divisé en concessions et consacré à l’agriculture. Dès 1695, les premières terres de la côte Saint-Antoine sont concédées. Lors du recensement de 1731, une dizaine de familles habitent et défrichent les terres traversées par le chemin Côte Saint-Antoine, dont le tracé correspond selon certaines sources à celui d’un ancien sentier amérindien.

En 1699, Louis Hurtubise acquiert la concession située dans la partie ouest de la côte Saint-Antoine. Plusieurs fois subdivisée entre les héritiers Hurtubise, la terre familiale conserve néanmoins sa fonction agricole tout au long de cette période.

haut de page

1873-1949

   
Développement du milieu urbain

En 1873, alors qu’un noyau villageois est constitué au nord-est du secteur, la côte Saint-Antoine est incorporée sous le nom de village de la côte Saint-Antoine. Le village prend ensuite le nom de Cité de Westmount en 1895, puis celui de Ville de Westmount en 1908.

Cette époque est également caractérisée par le développement du transport ferroviaire et du tramway. En 1885, la ligne de chemin de fer du Canadien Pacifique construite le long de la falaise de l’ancien ruisseau Glen, au sud du secteur, est achevée. Puis, au début des années 1890, la rue Sherbrooke est prolongée vers l’ouest et la ligne de tramway électrique de la Montreal Street Railway établit son circuit sur les rues Sainte-Catherine, Victoria, Sherbrooke et Greene. Le secteur est à cette époque convoité par de nombreux investisseurs.

Dès 1874, Éphrem Hudon Junior, homme d’affaires montréalais et descendant de la famille Hurtubise, commande à l’arpenteur Louis Joseph Riel un plan de lotissement partiel de sa propriété. Les deux côtés de l'avenue Victoria, entre le chemin Côte Saint-Antoine et la rue Sainte-Catherine, sont lotis. Les terres situées à l’ouest, entre les avenues Claremount et Victoria, appartenant à une autre branche de la famille Hurtubise, sont vendues aux développeurs Brison et Warminton puis loties en vue d'un projet domiciliaire. Bien que les premiers lots se vendent dès 1874, la construction des résidences ne se fait qu’à partir de 1885. À la fin du XIXe siècle, les terres de la famille Hurtubise, entre le chemin Côte Saint-Antoine et la rue Sherbrooke, sont presque qu’entièrement développées.

Architecture

Maison isolée
 
Maison en rangée
 
Maison semi-détachée

Maison en rangée
 
Maison semi-détachée
 
Maison semi-détachée

Maison semi-détachée
 
Maison semi-détachée
  
haut de page

1950 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Depuis 1950, le secteur de la ferme Hurtubise n’a subi aucune modification majeure mise à part la construction de quelques résidences.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 12 septembre 2014