Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Rosemount

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Rosemount

Arrondissement ou ville :

Westmount

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur de Rosemount se situe sur le versant sud d’une des trois collines qui composent le mont Royal, la colline de Westmount. Caractérisé par la présence de nombreuses résidences de la fin du XIXe siècle, ce secteur est l’un des premiers à être développé à Westmount. De faible densité, l’avenue Rosemount possède une végétation abondante et un cadre paysager attrayant qui en fait l’une des zones les plus recherchées de Westmount.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Avenue Rosemount, vers le sud
©Ville de Montréal, 2010
 
Avenue Rosemount à l'angle de l'avenue Mountain
©Ville de Montréal, 2010
 
Rosemount Crescent, vers l'est
©Ville de Montréal, 2010
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1839

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l’ouvrir à la colonisation. À l’extérieur de la ville naissante, le territoire est divisé en concessions et consacré à l’agriculture. Dès 1695, les premières terres de la côte Saint-Antoine sont concédées. Lors du recensement de 1731, une dizaine de familles habitent et défrichent les terres traversées par le chemin Côte Saint-Antoine, dont le tracé correspond selon certaines sources à celui d’un ancien sentier amérindien.

Vers la fin du XVIIIe siècle, le secteur est convoité par d’importants marchands de fourrure qui établissent leur maison de campagne au pied de la colline. Leur arrivée met fin à l’occupation strictement rurale de la côte Saint-Antoine. Les terres à l’ouest du secteur de Rosemount sont les premières acquises et développées à des fins de villégiature. En 1796, Simon Clarke se porte acquéreur d’une partie des terres de la famille Décarie sur laquelle il ouvre un chemin privé au nord du chemin Côte Saint-Antoine, l’actuelle avenue Clarke située à l’ouest du secteur. Puis en 1805, William McGillivray se porte acquéreur de la concession voisine sur laquelle il ouvre également un chemin privé menant à sa résidence construite au début du XIXe siècle, l’actuelle avenue Rosemount.

haut de page

1840-1894

   
Développement du milieu urbain

Dès 1840, l’élite économique montréalaise s’intéresse à la colline de Westmount qui offre des vues sur la campagne environnante. De grandes propriétés plantées de vergers et de jardins sont alors occupées par d’importants hommes d’affaires associés au domaine du transport ferroviaire et maritime.

En 1846, la propriété de McGillivray est acquise par les commerçants John Eadie et William Footner qui en vendent ensuite la partie sud à John Young, fondateur du port de Montréal. Young fait construire, à l’emplacement même de la maison de McGillivray, sa demeure nommée Rosemount. En 1861, il vend la propriété à Robert James Reekie qui conserve Rosemount et qui fait lotir une grande partie de la propriété. La partie est des anciennes terres de McGillivray appartient, pour sa part, à Luther Hamilton Holton, fondateur du Grand Trunk Railway. Celui-ci y fait construire la résidence « Mount Pleasant » au sud de l’actuelle avenue Mount-Pleasant. Cette propriété domine le paysage du secteur durant de nombreuses années (aujourd’hui démolie).

À cette même époque, la famille Clarke se départit également de ses terres. On assiste alors aux premières densifications de Westmount. Sur l’ancienne terre des McGillivray, plusieurs villas sont accessibles par les avenues Mountain, Rosemount et Mount-Pleasant ouvertes durant la première moitié du XIXe siècle. En 1873, alors que le noyau villageois se constitue sur les anciennes terres des Clarke et des McGillivray, la côte Saint-Antoine est incorporée sous le nom de village de la côte Saint-Antoine.

Architecture

Maison semi-détachée
 
Maison isolée
 
Maison isolée
haut de page

1895-1914

   
Développement du milieu urbain

En 1895, le village de la côte Saint-Antoine prend le nom de Westmount. Cette même année, le maire de l’époque, James Henry Redfern, s’entend avec le supérieur de Saint-Sulpice afin de permettre l’accès au chemin de la Côte-des-Neiges à travers le domaine de la Montagne. L’ouverture de The Boulevard et le développement des nouveaux moyens de transport semblent entraîner un soudain intérêt pour la construction de résidence sur les lots subdivisés durant les décennies précédentes.

Le secteur de Rosemount échappe toutefois au développement massif de cette période. Les vastes lots divisés durant l’époque précédente par le propriétaire, Robert James Reekie, accueillent quelques nouvelles demeures dans la partie sud du secteur. Puis, au début du XIXe siècle, l’ancienne propriété de Luther Hamilton Holton, située dans la partie nord-est du secteur, est subdivisée en plusieurs lots. Quelques résidences y sont construites dans la partie nord alors que l'escarpement du sud-est demeure vacant en raison de sa topographie.

Architecture

Maison semi-détachée
 
Maison semi-détachée
 
Maison isolée
haut de page

1915 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Durant cette période, la partie nord du domaine de Rosemount est à son tour lotie et desservie par l’ancien chemin menant à la propriété. La construction des résidences se fait toutefois tardivement. Vers la moitié du XXe siècle, la plupart des lots sont toujours vacants et la résidence du domaine Rosemount domine le secteur. Il faudra attendre les dernières décennies du XXe siècle avant que la majorité des lots soient construits.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 14 septembre 2014