Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Chemin du Bord-du-Lac

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Chemin du Bord-du-Lac

Arrondissement ou ville :

Dorval

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Ce petit secteur de la ville de Dorval est constitué de grandes propriétés situées en bordure du lac Saint-Louis ainsi que de l’église St. Andrew et St. Mark. Ces bâtiments de grande valeur patrimoniale et à l’architecture diversifiée sont implantés sur des terrains paysagers qui sont délimités de la voie publique par des murets en pierre ou des clôtures en fer forgé. Des arbres matures bordent le tracé sinueux du chemin du Bord-du-Lac qui a conservé dans le secteur son caractère de villégiature.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Le chemin du Bord-du-Lac vers l’ouest.
©Ville de Montréal, 2009
 
La borne marquant l’emplacement d’un ancien poste de péage sur le chemin du Bord-du-Lac à 10 milles de Montréal.
©Ville de Montréal, 2009
 
Le chemin du Bord-du-Lac, côté sud.
©Ville de Montréal, 2009
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1854

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et commencent à concéder des terres sur le pourtour de l’île. Dès 1667, un établissement permanent servant de fort ainsi qu’à l’éducation des élèves français et amérindiens est implanté sur le site nommé Gentilly qui prendra plus tard le nom de La Présentation, puis de Dorval. Les trois îles au large de Gentilly sont pour leur part concédées par le gouverneur de Courcelles à Pierre Picoté de Belestre en 1668 et prennent le nom d’îles Courcelles. En 1685, l’expérience n’étant pas à la hauteur de leurs espérances, les sulpiciens cèdent leur propriété à Pierre Le Gardeur de Repentigny et à son épouse, Agathe Saint-Pierre, qui sont les premiers colons à s’installer à l’extérieur des murs du Fort à Gentilly. Les raids iroquois de la fin des années 1680 et les tensions qui suivent freinent le timide développement de l’ouest de l’île de Montréal. Le calme revenu, La Présentation passe aux mains de Jean Bouchard sieur Dorval en 1691. Il change le nom du lieu pour Fort Dorval et renomme les îles Courcelles en Dorval, Bouchard et Dixie.

Jusqu’au XIXe siècle, Dorval se développe tranquillement. Les longues terres étroites perpendiculaires au lac Saint-Louis et au chemin du Bord-du-Lac sont défrichées et cultivées et un village prend forme. Le secteur possède alors une vocation agricole.

Architecture

Maison isolée
    
haut de page

1855-1891

   
Développement du milieu urbain

Le chemin de fer du Grand Tronc (aujourd’hui le Canadien National) dessert l’ouest de l’île à partir de 1855 suivi, en 1890, du Canadien Pacifique. La venue du chemin de fer stimule l’économie et l’arrivée de plusieurs nouvelles familles et affirme la vocation de villégiature du lieu. Le village prend de l’expansion et en 1878, le bureau de poste local utilise pour la première fois le nom de Dorval pour s’identifier. Montréal, alors capitale économique et industrielle du Canada, compte de nombreux riches marchands à la recherche de maisons de campagne ou de petites fermes. Alors que certains voient dans l’acquisition d’une résidence secondaire dans cette partie de l’île un investissement, la majorité est plutôt séduite par la campagne et la vie de gentleman farmer. Dans les années 1880, une trentaine de trains relient quotidiennement Montréal à l’ouest de l’île. Même si elles conservent un caractère fortement agricole, les rives du lac Saint-Louis sont peu à peu investies par une population aisée et deviennent des lieux de villégiature très prisés.

Architecture

Maison isolée
    
haut de page

1892-1940

   
Développement du milieu urbain

En 1892, la municipalité de village de Dorval, détachée de Lachine, est incorporée et la ville de Dorval est créée en 1903. La paroisse catholique de la Présentation est quant à elle érigée canoniquement en 1895. La communauté protestante se dote quant à elle d’un lieu de culte, la chapelle St. Mark, en 1898. À l’écart du village de Dorval, les terres agricoles d’origine encore cultivées sont peu à peu subdivisées et de grandes demeures de villégiature s’implantent entre le chemin du Bord-du-Lac et le lac Saint-Louis, formant un chapelet continu de résidences cossues.

Architecture

Édifice de culte
 
Maison isolée
  
haut de page

1941 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1941, la mise en service des installations de l’aéroport de Dorval, aujourd’hui l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau, donne un essor économique important à Dorval et change radicalement le rôle que joue cette municipalité sur l’île de Montréal. Après la Seconde Guerre mondiale, l’ensemble du territoire de la ville de Dorval est loti pour la construction domiciliaire et la population augmente rapidement, passant de 3 000 habitants dans les années 1940 à 20 000 personnes en 1971.

La petite chapelle St. Mark, ne répondant plus à la demande, est considérablement agrandie en 1957-1958. Une nouvelle église moderne s’avance désormais vers le chemin du Bord-du-Lac et l’ancienne chapelle est conservée et annexée au chœur. Depuis, le secteur du chemin de Bord-du-Lac a subi peu de transformations et conserve aujourd’hui son caractère champêtre du début du XXe siècle.

La Ville de Dorval est fusionnée à la Ville de Montréal lors de la réorganisation municipale de 2002 et fait partie de l’arrondissement de Dorval L’île-Dorval. En 2006, elle est reconstituée et redevient la Ville de Dorval.

Architecture

Édifice de culte
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 17 juin 2009