Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Vieux-Hampstead

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Vieux-Hampstead

Arrondissement ou ville :

Hampstead

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le Vieux-Hampstead, situé dans la partie ouest de l’Île de Montréal, couvre le sud-est du territoire de la ville de Hampstead, à proximité du chemin de la Côte-Saint-Luc. Ce secteur résidentiel à faible densité est, comme son nom l’indique, la partie la plus ancienne de la municipalité. On y retrouve essentiellement des résidences privées de deux étages inspirées de styles anglais. Outre ces maisons, le secteur comprend l’hôtel de ville, le parc Ellerdale et une église. Le tracé curviligne des rues et les arbres matures présents en grand nombre sur les terrains privés et les emprises publiques caractérisent le paysage du Vieux-Hampstead. Notons que ce secteur de Hampstead, tout comme l’ensemble du territoire de la municipalité, ne compte aucun commerce ou industrie.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Croissant Kilburn en direction nord
©Ville de Montréal, 2009
 
Rue Dufferin en direction ouest
©Ville de Montréal, 2009
 
Parc Ellerdalle en direction sud à l’intersection des rues Ellerdale et Stratford
©Ville de Montréal, 2009
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1912

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et commencent à concéder des terres. Les raids iroquois de la fin des années 1680 et les tensions qui suivent freinent le développement de l’île. Une fois le calme revenu, les concessions reprennent et les colons s’établissent. Dès le début du XVIIe siècle, commencent le défrichage et l’exploitation des terres de la côte Saint-Luc à des fins agricoles. La future ville de Hampstead fait alors partie du territoire de la côte Saint-Luc puis, à partir de 1903, du village nouvellement incorporé de Côte-Saint-Luc. Jusqu’au début du XXe siècle, l’agriculture demeure la principale activité de ce territoire de l’île de Montréal.

haut de page

1913-1929

   
Développement du milieu urbain

La Hampstead Land and Construction Company et la Côte St. Luc Realties sont les deux entreprises derrière la création de Hampstead à même le territoire du village de Côte-Saint-Luc. Ces entreprises, dirigées par plusieurs hommes d’affaires influents, dont Sir Herbert Holt, Sir Charles B. Gordon, John Kenneth Leveson Ross, Sir Frederick Orr Lewis et George Morris Bosworth, ont pour objectif premier de rassembler un territoire suffisant pour la création de la Ville de Hampstead. Les actionnaires acquièrent huit fermes adjaventes et soumettent une demande d’incorporation au gouvernement provincial en 1913. La Ville de Hampstead, dont l’appellation est choisie en référence à la cité-jardin anglaise du même nom, est officiellement créée en 1914.

Les investisseurs désirent une ville suburbaine et calme, loin des quartiers surpeuplés et des zones industrielles et commerciales de la métropole. Le tracé des rues est dessiné de manière à préserver le caractère intimiste et privé des résidences. La construction est régie par des règles très strictes quant au type de maison pouvant être bâti et aux volumes et matériaux pouvant être utilisés. Au cours des premières années, les autorités municipales se réfèrent aux règles déjà existantes dans la ville de Westmount et de ce fait, plusieurs résidences de ces deux villes possèdent des caractéristiques similaires. À partir de 1923, la ville élabore ces propres règlements et trois années plus tard, elle crée une Commission consultative d’architecture. Seule la construction de résidences isolées ou jumelées est permise. Au fil des ans cependant, certains règlements sont modifiés, principalement afin de permettre la construction de bâtiments publics essentiels au développement de la ville, tels que poste de pompier, hôtel de ville, écoles et églises.

haut de page

1930 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Lorsque survient le krach boursier de 1929, Hampstead ne compte que 457 résidants. Afin d’attirer de nouvelles familles et de nouveaux investisseurs, les autorités municipales approuvent la construction d’un terrain de golf privé et la mise en place d’un système de transport en commun. Ces mesures obtiennent les résultats escomptés puisque la population atteint 2 268 personnes en 1945, ce qui correspond à la plus importante croissance sur l’île de Montréal pour cette période. La croissance est telle, qu’un règlement permettant la construction de duplex sur les chemins Dufferin et MacDonald est voté en 1939. Ce fort accroissement de résidants a pour conséquence que presque tous les bâtiments du Vieux-Hampstead datent de la première moitié du XXe siècle. Depuis la création de la municipalité en 1914, le Vieux-Hampstead sert principalement à des fins résidentielles.

La Ville de Hampstead est fusionnée à la Ville de Montréal lors de la réorganisation municipale de 2002 et fait partie de l’arrondissement de Côte-Saint-Luc–Hampstead–Montréal-Ouest. En 2006, elle est reconstituée et redevient la Ville de Hampstead.

Architecture

Maison contiguë
 
Maison isolée
 
Maison isolée

Édifice de culte
 
Maison isolée
  
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 17 juin 2009