Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Parc Stewart

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Parc Stewart

Arrondissement ou ville :

Pointe-Claire

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le parc Stewart, situé en bordure du lac Saint-Louis, dans la ville de Pointe-Claire, occupe une partie d’un ancien domaine de villégiature. Comprenant une imposante villa en pierre implantée sur un monticule et profitant d’une vue panoramique sur le plan d’eau, ce grand espace paysager témoigne du mode de vie de la bourgeoisie montréalaise au début du XXe siècle. L’ancienne villa, aujourd’hui appelée Stewart Hall, fait office de bibliothèque, de centre culturel et communautaire ainsi que de galerie d’art.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Le Stewart Hall
©Ville de Montréal, 2007
 
Le Stewart Hall, côté lac
©Ville de Montréal, 2007
 
Le parc Stewart.
©Ville de Montréal, 2007
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1884

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et commencent à concéder dès lors des terres sur son pourtour. Les raids iroquois de la fin des années 1680, de même que les tensions qui suivent, freinent le timide développement de l’ouest de l’île, où ne se trouvent que quelques postes de traite de fourrure. Le calme revenu, les concessions reprennent en 1698 et 1699 alors que les seigneurs concèdent une cinquantaine de terres sur les rives du lac Saint-Louis entre Lachine et Sainte-Anne-du-Bout-de-l’Îsle. La côte de Pointe-Claire fait partie de ces concessions et quelques familles occupent les lieux à partir du début du XVIIIe siècle.

Les sulpiciens se réservent la presqu’île, lieu-dit de la pointe, et y font ériger un moulin à vent, une église et un presbytère à l’intérieur d’une enceinte fortifiée de pieux qui prend le nom de fort de la Pointe-Claire. Le fort faisait partie d’une série de postes établis en bordure du lac Saint-Louis.

Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, Pointe-Claire se développe progressivement. Les terres, composées de longues et étroites bandes perpendiculaires au lac Saint-Louis, sont défrichées et cultivées et le secteur demeure essentiellement agricole jusqu’à la fin du XIXe siècle.

haut de page

1885-1939

   
Développement du milieu urbain

Entre 1885 et 1891, l’homme d’affaires de Montréal Thomas Avery Crane, de la société d’exportation de céréales Crane & Baird, acquiert plusieurs terres en bordure du lac Saint-Louis, dans la municipalité du village de Saint-Joachim-la-Pointe-Claire, dans le but d’en faire une seule et grande propriété. Il fait ériger sur son domaine une imposante demeure de campagne en bois qu’il nomme « The Knoll » (le monticule). Au nord du chemin qui traverse sa propriété, il aménage une vaste exploitation agricole. En 1901, Crane vend son domaine à Hugh Andrew Allan, président de la Allan Line Steamship Co. Une partie des terrains est conservée pour l’exploitation de la pépinière « Pointe Claire Nursery ».

Charles Weslay MacLean achète le domaine en 1911 et il y implante une ferme modèle. Marié à la fille du sénateur Georges Taylor Fulford, MacLean hérite de la propriété familiale appelée « Fulford Place », située à Brockville, en Ontario. Conséquemment, il commande à l’architecte Robert Findlay une villa inspirée de « Fulford Place » pour son domaine de Pointe-Claire. Les travaux débutent en 1915, après la démolition de la villa « The Knoll », et MacLean nomme sa résidence « Mull Hall », en souvenir de l’île de Mull, en Écosse, où se trouve la demeure ancestrale du clan MacLean.

Architecture

Maison isolée (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
    
haut de page

1940 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1940, la villa est acquise par la congrégation des Pères de Sainte-Croix, qui la transforment en noviciat. En 1958, les Pères revendent le « Château MacLean » à un promoteur immobilier. La grande demeure reste inhabitée durant l’hiver 1958-1959 et subit des dommages considérables, tandis que le terrain situé au nord du chemin du Bord-du-Lac, où se trouvait l’ancienne ferme, est subdivisé pour la construction résidentielle. Acquise l’année suivante par May Beatrice Stewart, épouse de Walter Moncrief Stewart, actionnaire majoritaire de l’entreprise Macdonald Tobacco, la demeure est sauvée de la démolition. La propriété bourgeoise est ensuite offerte à la ville de Pointe-Claire, puis convertie en centre municipal par les architectes Papineau, Gérin-Lajoie et Leblanc en 1962.

Accueillant aujourd’hui une bibliothèque publique, un centre culturel et communautaire ainsi qu’une galerie d’art, le bâtiment, appelé « Stewart Hall » en hommage à sa donatrice, domine le lac Saint-Louis ainsi que le parc Stewart aménagé tout autour. Très fréquenté par les Pointe-Clairais, cet espace vert contient de beaux spécimens d’arbres ainsi que quelques œuvres d’art publiques.

La Ville de Pointe-Claire est fusionnée à la Ville de Montréal lors de la réorganisation municipale de 2002 et devient l’arrondissement de Pointe-Claire. Toutefois, elle est reconstituée en 2006 et redevient la Ville de Pointe-Claire.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 avril 2008