Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Cedar Park

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Cedar Park

Arrondissement ou ville :

Pointe-Claire

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur Cedar Park, situé sur le territoire de la ville de Pointe-Claire, dans l’ouest de l’île de Montréal, s’articule de part et d’autre de l’avenue Cedar, qui se rend du chemin du Bord-du-Lac jusqu’à la voie ferrée. Cette voie rectiligne, sur laquelle sont alignés des terrains étroits et profonds, est agrémentée d’un rond-point où prend place une ancienne église presbytérienne. Les maisons, datant surtout du début du XXe siècle, sont issues de différents courants architecturaux et sont implantées avec un important retrait par rapport à la rue. Le secteur possède une végétation abondante et comprend également l’église Cedar Park United, située sur l’avenue Lakeview.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
L’avenue Cedar, vers le sud, et la perspective visuelle cadrée vers le lac Saint-Louis.
©Ville de Montréal, 2007
 
Quelques maisons de l’avenue Cedar et leur important retrait par rapport à la rue.
©Ville de Montréal, 2007
 
L’ancienne église presbytérienne Lilly Memorial, au centre du rond-point de l’avenue Cedar.
©Ville de Montréal, 2007
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1892

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et commencent à concéder dès lors des terres sur son pourtour. Les raids iroquois de la fin des années 1680, de même que les tensions qui suivent, freinent le timide développement de l’ouest de l’île, où ne se trouvent que quelques postes de traite de fourrure. Le calme revenu, les concessions reprennent en 1698 et 1699 alors que les seigneurs concèdent une cinquantaine de terres sur les rives du lac Saint-Louis entre Lachine et Sainte-Anne-du-Bout-de-l’Îsle. La côte de Pointe-Claire fait partie de ces concessions et quelques familles occupent les lieux à partir du début du XVIIIe siècle.

Les sulpiciens se réservent la presqu’île, lieu-dit de la pointe situé au sud du secteur, et y font ériger un moulin à vent, une église et un presbytère à l’intérieur d’une enceinte fortifiée de pieux qui prend le nom de fort de la pointe Claire. Les longues terres étroites, perpendiculaires au lac Saint-Louis, sont défrichées et cultivées. Un village prend forme près de la pointe. Plus à l’est, le secteur demeure essentiellement agricole jusqu’à la fin du XIXe siècle.

haut de page

1893-1929

   
Développement du milieu urbain

Le secteur de Cedar Park se retrouve parmi les premiers à être soumis à des opérations de lotissement de terres agricoles dans l’ouest de l’île de Montréal. L’initiative revient au promoteur privé Otto Frederick Lilly, qui acquiert l’ancienne terre de la famille Perrier auprès du shérif de Montréal en 1893. Il s’installe avec sa famille dans une maison déjà construite en bordure du chemin du Bord-du-Lac et conçoit un projet de lotissement qui s’adresse à une clientèle aisée. Il vise l’implantation d’une communauté anglo-protestante au cœur de la vieille paroisse canadienne française de la municipalité du village de Saint-Joachim-de-la-Pointe-Claire. Le projet consiste à ouvrir une rue, bordée de vastes lots paysagers, qui ira rejoindre la voie ferrée, où une nouvelle gare ferroviaire est construite. Lilly prévoit la création d’un rond-point dans le trajet de l’avenue, sur lequel sera érigée une nouvelle église. Il impose également des restrictions aux acheteurs concernant la dimension des résidences à construire, l’implantation et le type de bâtiment permis, l’aménagement de clôtures délimitant les lots et la plantation d’arbres en bordure de l’avenue, mais il n’aborde pas la question du style architectural.

Dès les premiers mois, Lilly vend une vingtaine de terrains à bâtir. Les ventes diminuent toutefois après des débuts prometteurs et le développement se poursuit jusque dans les années 1930. Les maisons unifamiliales, dont on retrouve quelques exemples d’architecture Arts and Crafts, sont implantées au centre de vastes terrains paysagers, à bonne distance de la rue. Un centre civique et religieux pour la communauté prend forme dès 1894 alors qu’une première école est construite. Celle-ci est remplacée en 1919-1920, puis l’église presbytérienne Lilly Memorial est érigée au centre du rond-point en 1922.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
 
Maison isolée

École
    
haut de page

1930 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

À partir de 1930, de nouveaux bâtiments sont construits sur l’avenue Cedar. Le plan de lotissement original de Lilly est respecté malgré le fait que sa réalisation s’échelonne sur plusieurs décennies. Le secteur Cedar Park demeure relativement isolé des lotissements voisins et une seule rue transversale – l’avenue Lakeview – coupe le développement à mi-hauteur.

Le quartier dans lequel se trouve le secteur croit rapidement après la Seconde Guerre mondiale et l’église Lilly Memorial se révèle trop petite pour les besoins de la communauté. Cette dernière entreprend donc la construction de l’église Cedar Park United en 1954, sur l’avenue Lakeview. L’église Lilly Memorial est néanmoins acquise par l’église Lakeshore Unitarian. Cependant, après avoir été modifié par la communauté unitarienne, le lieu de culte est à nouveau vendu au début des années 1980 et est converti en résidence pour personnes âgées.

La Ville de Pointe-Claire est fusionnée à la Ville de Montréal lors de la réorganisation municipale de 2002 et devient l’arrondissement de Pointe-Claire. Toutefois, elle est reconstituée en 2006 et redevient la Ville de Pointe-Claire.

Architecture

Édifice religieux
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 avril 2008