Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Beaconsfield Golf Club

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Beaconsfield Golf Club

Arrondissement ou ville :

Pointe-Claire

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur Beaconsfield Golf Club est situé dans la ville de Pointe-Claire, dans l’ouest de l’île de Montréal, et est séparé en deux parties par l’autoroute 20 et la voie ferrée. S'y trouve un grand terrain de golf, aménagé sur le site d’une ancienne carrière, ainsi que des résidences issues du courant Arts and Crafts, alignées le long de l’avenue du Golf. Le cadre naturel constitue un élément de grande importance dans ce secteur qui est abondamment boisé.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Chalet d’accueil du Beaconsfield Golf Club
©Ville de Montréal, 2007
 
Maisons de l’avenue du Golf. Plusieurs murets de pierre des champs délimitent les propriété
©Ville de Montréal, 2007
 
Maisons de l’avenue du Golf
©Ville de Montréal, 2007
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1853

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et commencent à concéder dès lors des terres sur son pourtour. Les raids iroquois de la fin des années 1680, de même que les tensions qui suivent, freinent le timide développement de l’ouest de l’île, où ne se retrouvent que quelques postes de traite de fourrure. Le calme revenu, les concessions reprennent en 1698 et 1699 alors que les seigneurs concèdent une cinquantaine de terres sur les rives du lac Saint-Louis entre Lachine et Sainte-Anne-du-Bout-de-l’Îsle. La côte de Pointe-Claire fait partie de ces concessions et quelques familles occupent les lieux à partir du début du XVIIIe siècle.

Les sulpiciens se réservent la presqu’île, lieu-dit de la pointe situé au sud du secteur, et y font ériger un moulin à vent, une église et un presbytère à l’intérieur d’une enceinte fortifiée de pieux qui prend le nom de fort de la pointe Claire. Les longues terres étroites, perpendiculaires au lac Saint-Louis, sont défrichées et cultivées. Un village prend forme près de la pointe. Le secteur situé à l’est du village demeure essentiellement agricole jusqu’au milieu du XIXe siècle.

haut de page

1854-1901

   
Développement du milieu urbain

En 1854, une carrière est ouverte sur les terres d’Eustache Brunet, dit l’Étang, diversifiant ainsi l’activité économique de la municipalité du village de Saint-Joachim-de-la-Pointe-Claire, constituée la même année. Des immenses blocs de pierre calcaire destinés à la construction des piliers et des culées du pont Victoria y sont extraits. Ces derniers sont acheminés par wagons, par une petite voie ferrée qui relie la carrière et le lac Saint-Louis via la rue Cartier, jusqu’au quai aménagé par la compagnie du Grand Tronc (aujourd’hui le Canadien National). La pierre est ensuite dirigée vers le chantier à l’aide de barges qui naviguent sur les eaux du lac Saint-Louis. Conséquemment, quelques bâtiments sont construits dans la carrière, notamment pour loger les chevaux qui aident à l’extraction de la pierre, mais surtout pour héberger les travailleurs qui ne demeurent pas dans la municipalité. Après la fin des travaux au pont Victoria, les activités de la carrière diminuent, mais elles se poursuivent tout de même jusqu’à la fin du XIXe siècle.

En 1854, la voie ferrée du Grand Tronc est aménagée sur les terres agricoles de Pointe-Claire pour relier Montréal à Kingston. L’ouverture de cette voie ferrée, qui réduit le trajet vers Montréal de plusieurs heures à 45 minutes, favorise le développement de la municipalité, mais surtout, elle provoque l’avènement de plusieurs riches villégiateurs qui viennent installer leur résidence estivale en bordure du lac.

Architecture

Ouvrage industriel (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
    
haut de page

1902 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

À la toute fin du XIXe siècle, quelques membres du Westmount Golf Club recherchent un lieu à la campagne pour s’adonner à leur sport, leur club ne leur permettant pas de pratiquer le golf le dimanche. Le groupe loue d’abord un terrain dans l’arrondissement de Beaconsfield pour une période de trois ans, puis il acquiert des terres agricoles de Saint-Joachim-de-la-Pointe-Claire en 1902. Le Club de golf de Beaconsfield, qui est incorporé en 1904, conserve son nom bien qu’il soit situé sur le territoire de la municipalité voisine.

La partie ouest des terres acquises est subdivisée en 1904 pour la construction de demeures unifamiliales et pour l’ouverture de l’avenue du Golf, qui relie le chalet d’accueil projeté et le chemin du Bord-du-Lac. Le projet initial compte trente lots, dont une douzaine sont vendus entre 1905 et 1908, tandis que les autres trouvent preneurs dans les deux décennies suivantes. À l’origine, les terrains sont réservés aux membres du Beaconsfield Golf Club. Le projet de lotissement permet un accès direct au futur chalet d’accueil et l’argent de la vente des terrains contribue à améliorer les finances du club de golf. Le design des résidences devait être approuvé par un comité formé par les membres du Club et leur coût devait être supérieur à un minimum prédéterminé. Les maisons d’été construites dans les années 1900 et 1910 représentent différentes variantes de l’architecture Arts and Crafts. Les terrains construits de l’avenue du Golf sont délimités par des murets de pierre naturelle. À ses débuts, le club de golf utilise des bâtiments en pierre de l’ancienne carrière de Pointe-Claire comme chalet d’accueil pour les golfeurs, mais un nouveau chalet est construit en 1913. Incendié en 1929, il est cependant reconstruit au même endroit en 1929-1930. Le secteur ne connaît pas de modifications significatives depuis cette date, mise à part la transformation des maisons estivales en résidences permanentes entre les années 1930 et 1950 et l’aménagement de la route transcanadienne en bordure de la voie ferrée dans les années 1960 qui scinde le secteur en deux.

La Ville de Pointe-Claire est fusionnée à la Ville de Montréal lors de la réorganisation municipale de 2002 et devient l’arrondissement de Pointe-Claire. Toutefois, elle est reconstituée en 2006 et redevient la Ville de Pointe-Claire.

Architecture

Centre communautaire / sportif
 
Maison isolée
 
Maison isolée

Maison isolée
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 avril 2008