Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Grandes propriétés de Senneville

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Grandes propriétés de Senneville

Arrondissement ou ville :

Senneville

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

L’architecture et le paysage de ce secteur qui borde le lac des Deux Montagnes sont vraiment exceptionnels. Ce tronçon du chemin de Senneville offre un cadre végétal dissimulant de vastes demeures érigées le plus souvent en retrait de l’étroite route fort pittoresque. Des haies de cèdre, des murets de pierres sèches ou des clôtures ornées se dressent souvent en bordure des grandes propriétés qui font face au lac.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Un muret de pierres sèches (à droite) tel qu’on les trouve devant plusieurs propriétés en bordure du chemin de Senneville
©Ville de Montréal, 2008
 
Le lac des Deux Montagnes
©Ville de Montréal, 2008
 
Clôture métallique et pilier en pierre devant la maison Charles-Meredith
©Ville de Montréal, 2008
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1853

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal. Au cours de la décennie 1670, ils concèdent cinq fiefs sur la pointe ouest de l’île à des officiers militaires afin d’assurer le développement et la défense du territoire contre les incursions iroquoises. L’un d’eux est concédé en 1672 à Michel-Sidrac Dugué de Boisbriant. Ce fief est acquis sept ans plus tard par les marchands Charles Lemoyne et Jacques Leber.

En 1683, Jacques Leber devient l’unique propriétaire du fief qu’il renomme Senneville, en l’honneur de son village d’origine. Trois ans plus tard, il construit un moulin à vent. La reprise de la guerre avec les Iroquois et l’obligation d’assurer la protection de ses activités commerciales l’amènent à le fortifier. En 1701, les Français concluent un accord de paix avec les cinq nations iroquoises. Malgré cela, Jacques Leber fait ériger, en 1702-1703, un fort en pierre à proximité du moulin.

Dans le contexte de la guerre de l’Indépendance américaine et de l’invasion de Montréal par les Américains, le fort est incendié en mai 1776 par les troupes de Benedict Arnold.

Architecture

Édifice militaire
 
Moulin (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
 
Maison isolée
haut de page

1854-1945

   
Développement du milieu urbain

L’entrée en service en 1854 d’une voie ferrée entre Montréal et Vaudreuil est à l’origine d’un changement de vocation du secteur. Le train favorise l’implantation, en bordure du chemin de Senneville, de villégiateurs fortunés qui s’y font construire de vastes résidences d’été.

La fin du XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle constituent vraiment l’âge d’or du secteur. C’est au cours de cette période que sont édifiées les plus imposantes villas qui singularisent le paysage bâti actuel du chemin de Senneville. Les domaines Clouston (Bois-Briant), Pine Bluff, Todd et Bois-de-la-Roche sont graduellement mis en place. Ils occupent des superficies considérables et comprennent plus d’un bâtiment. La résidence principale, aménagée le plus souvent au fond du terrain, face au lac, est accompagnée de dépendances, comme la maison du gardien. Des architectes de renom sont mis à contribution. Les frères Maxwell jouent un rôle particulièrement important. Des architectes-paysagistes comme Frederick Law Olmsted, interviennent aussi pour concevoir l’aménagement de terrains.

En 1895, faisant suite au développement de la villégiature sur son territoire, le village de Senneville est constitué en municipalité.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
 
Maison isolée

Maison isolée
 
Maison isolée
 
Maison isolée

Maison isolée
    
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Après la Seconde Guerre mondiale, mais surtout à partir de la période contemporaine (années 1970 à nos jours), le cadre bâti du chemin de Senneville se densifie un peu. Quelques nouvelles demeures sont construites.

Le village de Senneville, qui englobe le secteur Grandes propriétés de Senneville, est intégré à la ville de Montréal en 2002.

Depuis cette même année, le secteur Grandes propriétés de Senneville fait partie du Lieu historique national du Canada de l’Arrondissement-Historique-de-Senneville, ainsi désigné par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada.

En 2007, Senneville est reconstituée en municipalité autonome.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 7 juin 2012