Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Le noyau villageois de Sainte-Anne-de-Bellevue

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Le noyau villageois de Sainte-Anne-de-Bellevue

Arrondissement ou ville :

Sainte-Anne-de-Bellevue

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

En bordure du lac des Deux Montagnes, à deux pas du canal de Sainte-Anne, se dresse le secteur du noyau villageois de Sainte-Anne-de-Bellevue. On remarque un ensemble institutionnel très intéressant formé de l’église Sainte-Anne, de son presbytère, de l’ancien couvent de Sainte-Anne et d’un espace vert faisant face au canal. Aux rues Sainte-Anne et de l’Église qui structurent le secteur, se greffent quelques rues résidentielles dotées d’une architecture villageoise représentative de la fin du XIXe et du début du XXe siècles.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La rue de l’Église en direction ouest
©Ville de Montréal, 2008
 
La rue Sainte-Anne vers l’ouest, à l’intersection de la rue Saint-Charles
©Ville de Montréal, 2008
 
La rue Saint-Joachim vers le nord
©Ville de Montréal, 2008
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1842

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal. Au cours de la décennie 1670, ils concèdent cinq fiefs à des officiers militaires afin d’assurer le développement du territoire ainsi que sa défense. En 1677, la paroisse de Saint-Louis-du-Bout-de-l’Île est érigée. Les guerres amérindiennes retardent la colonisation du lieu.

Des recherches récentes révèlent qu'une seconde église en pierre est bâtie en 1728 sur un site en bordure nord de la rue Sainte-Anne, près de l'actuelle rue Bourgeoys (elle sera démolie vers 1898-1899).

Le secteur demeure un lieu de transit pour les voyageurs et le commerce des fourrures. Il ne connaît cependant pas de développement avant le premier tiers du XIXe siècle. Au début des années 1830, le secteur acquiert une vocation industrielle. En 1831-1835, Edward Thomas Jones fait construire un moulin à farine sur un emplacement loué par les seigneurs sulpiciens. Le site, en bordure du rapide (à la hauteur de la rue de l’Église), se développe assez rapidement. Quelques années plus tard, le moulin est entouré de plusieurs bâtiments, dont une forge, une remise à bois, un entrepôt et un moulin servant au foulage et au cardage de la laine.

haut de page

1843-1945

   
Développement du milieu urbain

Le développement de Sainte-Anne-de-Bellevue s’accélère avec l’ouverture du canal de Sainte-Anne en 1843. La construction de l’église Sainte-Anne-de-Bellevue s’amorce en 1853 et le premier presbytère est érigé six ans plus tard.

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le secteur se développe grâce au commerce du bois avec l’Angleterre, alors à son apogée. Des radeaux de bois en provenance de l’Outaouais à destination de Québec transigent par Sainte-Anne-de-Bellevue. Certains d’entre eux sont par ailleurs démantelés sur place. C’est à cette fin que, vers 1878, John Grier édifie des moulins à scie à proximité de l’écluse.

En 1878, Sainte-Anne est érigée en municipalité de village.

En 1899, le couvent, élément marquant du paysage par sa volumétrie, est érigé sur le site de la première église. L’enseignement est confié aux sœurs de la Congrégation Notre-Dame, qui acquièrent l’immeuble en 1907.

À partir de 1910, différents services publics sont mis sur pied: égout, aqueduc et électricité. En 1911, la Municipalité fait construire une « Power House » (l’actuelle usine de filtration) qui sert à la production électrique pour toute la ville.

Architecture

Édifice de culte
 
Centre d'hébergement / résidence pour étudiants
 
Maison isolée

Atelier / entrepôt / usine / garage
 
Maison isolée
  
haut de page

1946-2007

   
Développement du milieu urbain

Après la Seconde Guerre mondiale, un certain nombre de bâtiments viennent s’insérer dans la trame urbaine. Le cadre bâti du noyau villageois de Sainte-Anne-de-Bellevue est complété. Il s’agit surtout de maisons de plan carré, à toit plat ou en pavillon. À compter de 1985, le couvent est recyclé à des fins résidentielles.

La municipalité de Sainte-Anne-de-Bellevue, qui englobe le secteur du noyau villageois, est intégrée à la ville de Montréal en 2002. Cinq ans plus tard, Sainte-Anne-de-Bellevue est reconstituée en municipalité autonome.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 28 octobre 2013