Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Oakridge

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Oakridge

Arrondissement ou ville :

Baie-D'Urfé

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur Oakridge, situé sur le territoire de la ville de Baie-D’Urfé, dans l’ouest de l’île de Montréal, est localisé entre la voie ferrée et le lac Saint-Louis, sur l’un des points les plus élevés de la ville. Il est délimité à l’est par la rue Picardy et est ceinturé par des propriétés sises sur les rues Oakridge, Normandy et de Calais. Ce secteur, qui comporte une grande résidence en pierre et des dépendances, compte de nombreux arbres matures et offre une vue panoramique sur le lac Saint-Louis.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
20-22, chemin Picardy
©Ville de Montréal, 2007
 
La rue Oakridge
©Ville de Montréal, 2007
 
La rue Picardy
©Ville de Montréal, 2007
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1854

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et commencent dès lors à concéder des terres sur son pourtour. Les raids iroquois de la fin des années 1680, de même que les tensions qui suivent, freinent le développement de l’ouest de l’île, où l’on retrouve à ce moment-là seulement quelques postes de traite de fourrure. Une fois le calme retrouvé, les concessions reprennent en 1698 et 1699 alors que les seigneurs concèdent une cinquantaine de terres sur les rives du lac Saint-Louis entre Lachine et Sainte-Anne-du-Bout-de-l’Îsle.

Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, l’extrémité ouest de l’île de Montréal se développe progressivement. Les terres, composées de longues et étroites bandes perpendiculaires au lac Saint-Louis, sont défrichées et cultivées, donnant ainsi au secteur une vocation agricole.

haut de page

1855-1910

   
Développement du milieu urbain

L’ouest de l’île de Montréal est desservi par le chemin de fer du Grand Tronc (aujourd’hui le Canadien National) à partir de 1855 et par le Canadien Pacifique en 1890. La venue du chemin de fer coupe les longues terres en deux, favorisant ainsi le développement du territoire, en particulier sur le plan de la villégiature. Certaines terres agricoles sont subdivisées en grandes parcelles pour la construction de résidences de villégiature, ou de plus petites fermes. Montréal, capitale économique et industrielle du Canada, compte de nombreux riches marchands à la recherche de maisons de campagne situées dans des lieux aux paysages pittoresques. Certains d’entre eux exploitent leurs terres en tant que « gentlemen-farmers ».

L’architecte montréalais Edward Maxwell est en charge des plans et de la construction de plusieurs domaines dans l’ouest de l’île, notamment à Beaconsfield, Dorval et Sainte-Anne-de-Bellevue. En 1908, afin de surveiller plus aisément les chantiers en cours, il acquiert une terre de 69 hectares comportant une ferme et un verger dont fait partie le secteur. En 1910, il y fait construire une maison de campagne qui portera le nom de Maxwelton. Cette même année, attiré par la vie de « gentleman-farmer », il entreprend l’élevage de vaches Jerseys. Ces dernières obtiendront, au fil des ans, plusieurs prix d’excellence.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
  
haut de page

1911 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

La Ville de Baie-D’Urfé, nommée ainsi en souvenir du premier curé de la paroisse, François-Saturnin Lascaris d’Urfé, est constituée en 1911. Des projets de développement voient le jour, mais la Première Guerre mondiale, puis la crise économique des années 1930, mettent un frein au projet. La municipalité conserve son caractère rural et pittoresque jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors que de nouveaux résidents viennent s’y établir. Au cours des années 1950, la population connaît une croissance fulgurante et plusieurs terres agricoles sont subdivisées pour le développement résidentiel.

Il semble que le domaine d’Edward Maxwell ait conservé sa vocation et son étendue jusqu’au début des années 1950, puisqu’en juillet de cette même année, la ferme est considérée comme « One of Quebec’s Best » par la revue Canadian Jersey Breeder. Le terrain est ensuite morcelé et plusieurs demeures sont construites dès 1956 aux alentours de la maison Maxwelton. La résidence principale et ses anciennes dépendances sont aujourd’hui enclavées dans un quartier résidentiel moderne.

La Ville de Baie-D’Urfé est fusionnée à la Ville de Montréal lors de la réorganisation municipale de 2002 et fait partie de l’arrondissement de Beaconsfield Baie-D’Urfé. Toutefois, elle est reconstituée en 2006 et redevient la Ville de Baie-D’Urfé.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 avril 2008