Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Secteur du Bocage -The Grove

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Secteur du Bocage -The Grove

Arrondissement ou ville :

Beaconsfield

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur du Bocage – The Grove, situé sur le territoire de la ville de Beaconsfield, dans l’ouest de l’île de Montréal, s’étend de part et d’autre du chemin du Lakeshore, chemin étroit et relativement sinueux. La partie située au sud de la route est bordée par le lac Saint-Louis, où se trouve une avancée de terre, la pointe Beaconsfield. Le terrain est plat et comporte de nombreux arbres matures, tant sur les propriétés privées que dans le parc riverain St. James. L’architecture du secteur est essentiellement composée de maisons individuelles ou jumelées témoignant des périodes agricoles et de villégiature du site. La maison en pierre Paul-Urgèle-Valois, aussi nommée Le Bocage, ou The Grove, domine le secteur.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Le parc St. James, sur le chemin du Lakeshore, en bordure du lac Saint-Louis.
©Ville de Montréal, 2007
 
Le chemin du Lakeshore, vers l’est.
©Ville de Montréal, 2007
 
Le chemin du Lakeshore, vers l’ouest.
©Ville de Montréal, 2007
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1854

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et commencent dès lors à concéder des terres sur son pourtour. Les raids iroquois de la fin des années 1680, de même que les tensions qui suivent, limitent le développement de l’ouest de l’île, où l’on retrouve alors quelques postes de traite de fourrure. Une fois le calme revenu, les concessions reprennent. Dès la fin du XVIIe siècle, l’ensemble du littoral est concédé et en 1706, les terres sont toutes occupées.

Les concessions, divisées en longues bandes étroites perpendiculaires au lac Saint-Louis, sont peu à peu défrichées et cultivées. Le lac Saint-Louis demeure la principale voie de communication, mais un édit royal oblige les colons à entretenir une route reliant les différentes terres entre elles. L’ensemble du secteur conserve une vocation principalement agricole jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
 
Maison isolée
haut de page

1855-1904

   
Développement du milieu urbain

Dès 1855, l’ouest de l’île de Montréal est desservi par le chemin de fer du Grand Tronc (aujourd’hui le Canadien National), puis par le Canadien Pacifique à partir de 1890. Ce mode de transport favorise l’arrivée de populations aisées de Montréal, qui recherchent l’isolement et les beautés de la nature. Le développement du secteur du Bocage au cours de cette période est réalisé particulièrement grâce à deux investisseurs.

Le premier, le commerçant montréalais John Henry Menzies, achète l’ancienne propriété de Paul-Urgèle Valois, surnommée Le Bocage en 1874. Suivant la mode de l’époque pour les nouveaux produits maraîchers, il transforme sa terre en vignoble, auquel il donne le nom de Beaconsfield en l’honneur du Premier ministre d’Angleterre Benjamin Disraeli, comte de Beaconsfield. À proximité de la maison principale, il construit une série de six cottages destinés aux visiteurs et aux vacanciers.

Le second investisseur, Francis Upton, un célèbre restaurateur montréalais, achète des segments de la même propriété à partir de 1890. Toute la pointe s’avançant dans le lac Saint-Louis est renommée Grove Point Inn et il y développe un projet de club privé comportant un hôtel, ses annexes et des cottages offrant diverses commodités de logement et de divertissement. Au cours de cette période, le secteur conserve un certain caractère agricole, notamment en raison de la ferme laitière sise au 49, chemin du Lakeshore, tout en étant un lieu de villégiature très prisé par la bourgeoisie montréalaise.

Architecture

Maison isolée
 
Maison contiguë
 
Maison contiguë
haut de page

1905 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Dès 1905, plusieurs citoyens de la partie ouest de la municipalité du village de Saint-Joachim-de-la-Pointe-Claire entreprennent des démarches pour faire modifier le tracé du chemin du Lakeshore plus au nord, afin de réduire la poussière engendrée par la proximité de la route et de procurer plus d’intimité aux résidents du bord de l’eau. Cependant, la majorité des habitants n’étant pas de cet avis, un comité sécessionniste se forme et, en 1910, la Ville de Beaconsfield est constituée, avec pour maire l’avocat Joseph-Léodine Perron, futur ministre de la Voirie dans le gouvernement de Taschereau.

Au cours de ses premières années, la nouvelle municipalité se développe lentement. Mais à partir des années 1930, le développement urbain s’accélère au détriment du caractère champêtre qui fait la renommée de Beaconsfield. L’agriculture disparaît définitivement du secteur vers la fin des années 1940. La création du boulevard Beaconsfield relâche toutefois la pression qui s’exerçait sur le chemin du Lakeshore, contribuant ainsi à conserver son caractère pittoresque.

À partir du milieu du XXe siècle, des changements surviennent et transforment le secteur du Bocage. D’abord, les maisons de vacanciers sont peu à peu transformées en résidences permanentes. Ensuite, certains bâtiments de l’ancien Grove Point Inn sont vendus à des particuliers. Plusieurs terrains sont subdivisés pour la vente et, conséquemment, de nouvelles maisons sont érigées entre les anciennes résidences de vacanciers.

La Ville de Beaconsfield est fusionnée à la Ville de Montréal lors de la réorganisation municipale de 2002 et fait partie de l’arrondissement de Beaconsfield Baie-D’Urfé. Toutefois, elle est reconstituée en 2006 et redevient la Ville de Beaconsfield.

Architecture

Maison isolée
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 3 avril 2008