Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Secteur de la montagne

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Secteur de la montagne

Arrondissement ou ville :

Outremont (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le secteur de la montagne, situé dans l’arrondissement d’Outremont, comprend la zone urbanisée occupant le flanc nord-est du mont Royal au sud du chemin de la Côte-Sainte-Catherine. Sa topographie accidentée et la sinuosité de ses avenues offrent de magnifiques vues sur la ville et la montagne. Essentiellement composé d’imposantes résidences implantées sur de grands terrains paysagers, le secteur comporte aussi quelques exemples d’architecture institutionnelle tels que l’ancienne académie Strathcona et l’ancien couvent des Sœurs Marie-Réparatrice.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Chemin de la Côte-Sainte-Catherine, vers l’est.
©Ville de Montréal, 2009
 
Avenue Fernhill, vers le chemin de la Côte-Sainte-Catherine.
©Ville de Montréal, 2009
 
Avenue Springgrove.
©Ville de Montréal, 2009
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1799

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l’île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. Leur supérieur, Dollier de Casson, établit, en 1694, un plan de développement de la côte Sainte-Catherine et mandate l’ingénieur Gédéon de Catalogne pour circonscrire les terres à concéder. Six terres sont d’abord accordées à partir de 1698. Ce premier vaste territoire, qui correspond à l’actuel arrondissement d’Outremont, demeure essentiellement agricole jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. À la fin de cette période, deux chemins perpendiculaires existent à Outremont : la côte Sainte-Catherine et l’actuelle avenue Rockland, qui est une montée reliant la côte Sainte-Catherine à la côte Saint-Laurent.

haut de page

1800-1874

   
Développement du milieu urbain

Au début du XIXe siècle, Montréal s’urbanise rapidement et plusieurs faubourgs apparaissent. À partir des années 1830, les flancs du mont Royal, jusqu’alors occupés par des exploitants agricoles francophones, attirent des familles bien nanties à la recherche de propriétés à la campagne. Ces nouveaux arrivants, parmi lesquels on compte Stanley Bagg, Sydney Robert Bellingham, John Gray et Louis Beaubien, y construisent de vastes résidences secondaires unifamiliales aux abords de la côte Sainte-Catherine.

Dans les années 1850, certains propriétaires lotissent leurs terrains pour en revendre les parcelles à des fins résidentielles. En 1851, la Compagnie du Cimetière Mont-Royal acquiert une section de la ferme Spring Grove du Dr. McCulloch. Sur la carte Hopkins de 1879, on constate que la majeure partie du secteur correspond aux terres dénivelées de cette ferme localisée entre la côte Sainte-Catherine et le boulevard du Mont-Royal.

haut de page

1875-1945

   
Développement du milieu urbain

En 1875, la municipalité du Village d’Outremont est constituée et le développement urbain de sa plaine s’amorce avec l’arrivée des Clercs de Saint-Viateur. Sur les sites plus accidentés, les voies d’accès sont presque inexistantes à l’exception des avenues actuelles Pagnuelo (ouverte en 1887) et McDougall (ouverte à partir de 1890). Outremont obtient un statut de ville en 1895.

À la fin du XIXe siècle, les Clercs de Saint-Viateur lotissent une partie de leur vaste terrain. Cette initiative stimule la création de nouvelles avenues et l’élaboration de projets immobiliers. Ainsi, de nouvelles voies d’accès sont élaborées sur le flanc nord du mont Royal, dont l’avenue McCulloch en 1899.

Pour attirer de nouveaux résidents, la Ville aménage ses quartiers selon le mouvement de la « City Beautiful ». Ce courant urbanistique misant sur la qualité de vie dans les villes se traduit par la recherche de la beauté dans une finalité sociale et civique. Élaborés selon cette philosophie, les règlements municipaux de construction, soucieux d’harmonie, définissent des secteurs homogènes comme celui de la montagne, réservé majoritairement aux maisons unifamiliales ou jumelées.

L’an 1911 marque l’ouverture de nouvelles voies du secteur dont Courcelette (ancienne Rockland Sud) et McNider, qui sont agrémentées d’allées d’arbres. Le développement urbain d’Outremont s’accélère et connaît son âge d’or durant les années 1920. Les années 1930 marquent toutefois un ralentissement de l’activité immobilière.

Architecture

École
 
Maison isolée
 
Maison isolée

Édifice religieux (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
 
Maison isolée
  
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Outremont est déjà presque entièrement édifiée après la Deuxième Guerre mondiale à l’exception de ce secteur qui compte encore de nombreux lots vacants. Plusieurs maisons unifamiliales y sont construites dans les années 1950 et 1960, mais en raison du manque d’espaces, la Ville d’Outremont autorise la construction de maisons en rangée dans le secteur à partir de 1970. Le projet immobilier des terrasses Hautvilliers, érigé en 1973, s’inscrit dans cette foulée.

Par ailleurs, l’Académie Strathcona devient la propriété de l’Université de Montréal en 1979.

En 2002, la Ville d’Outremont est fusionnée à la Ville de Montréal et devient l’arrondissement d’Outremont.

Architecture

Maison contiguë
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 2 juin 2010