Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
L'hôpital Douglas

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

L'hôpital Douglas

Arrondissement ou ville :

Verdun (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Les pavillons de l'hôpital Douglas occupent un vaste site entre le fleuve Saint-Laurent et le canal de l'aqueduc, dans la partie ouest de Verdun. Près de trente bâtiments sont implantés sur ce site, la plupart regroupés au centre de la propriété. Les nombreux arbres et les anciennes résidences des médecins et des administrateurs présents sur le site lui confèrent un caractère champêtre.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Façade du pavillon principal dans l'axe d'entrée
©Ville de Montréal, 2007
 
Parterre avant de l'institution, vers le fleuve
©Ville de Montréal, 2007
 
L'une des anciennes résidences des médecins sur le site
©Ville de Montréal, 2007
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1665-1886

   
Développement du milieu urbain

Entre 1665 et 1669, l'ensemble des premières terres concédées au pied des rapides de Lachine forment la "côte des Argoulets", nommée ainsi en l'honneur des arquebusiers français du XVIe siècle remarqués pour leur don de francs-tireurs. Cette côte, comme l'île Saint-Paul, située juste en face (aujourd'hui l'île des Soeurs), occupe un lieu stratégique sur le fleuve. Elle est surtout occupée par des militaires qui défendent Montréal contre les offensives iroquoises. À partir de la Grande Paix de 1701 entre la France et les nations amérindiennes, la côte des Argoulets est nommée la côte de Verdun et ses terres sont cultivées. Le secteur fait partie d'une des terres de cette côte et demeure agricole jusqu'à la fin du XIXe siècle.

En 1875, l'hospice catholique et francophone Saint-Jean-de-Dieu (aujourd’hui l’Hôpital Louis-H.-Lafontaine), consacré aux personnes souffrant de maladie mentale, est construit dans l'est de l'île. Alfred Perry, le chef des pompiers de Montréal, et des citoyens protestants et anglophones veulent développer une institution semblable dans l'ouest de l'île. En 1881, leur projet est entériné par le gouvernement du Québec qui adopte une loi sur l'incorporation du "Protestant Hospital for the Insane", une entité juridique qui deviendra l'actuel Hôpital Douglas.

haut de page

1887-1906

   
Développement du milieu urbain

En 1887, le Bureau des gouverneurs de cette nouvelle institution achète deux terres appartenant à Henry et Daniel Hadley. L'année suivante, il acquiert le terrain de John Greenshields et entame la construction du bâtiment principal (l’actuel Pavillon Perry), qui abrite tous les patients ainsi que le personnel. Une aile est ajoutée au bâtiment en 1892. Le surintendant médical et sa famille occupent le dernier étage de l'édifice jusqu'à ce qu'ils déménagent dans la villa Burland, construite sur le parterre avant de l'institution, en 1906.

Les locaux de l'institution sont bientôt surpeuplés. Trois nouveaux pavillons sont construits entre 1896 et 1901; une infirmerie et deux maisons (actuellement les pavillons Lehmann et Reed) érigées de part et d'autre du bâtiment principal afin de séparer les patients bruyants des plus tranquilles. L'hôpital réserve toujours une portion de ses terres pour l'exploitation d'une ferme qui fournit une grande partie des vivres nécessaires à l'institution.

Architecture

Hôpital ou clinique
 
Maison isolée (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
  
haut de page

1907-1945

   
Développement du milieu urbain

En 1907, un don de James Douglas Jr. permet l’achat d’une autre ferme, située directement à l’est du site de l’hôpital. Ce dernier finance aussi la construction, en 1912, d'un nouveau bâtiment abritant une grande salle communautaire pour l'hôpital, en hommage à son père, le médecin James Douglas, qui a consacré sa vie à aider les personnes atteintes de maladies mentales.

Une autre maison (l'actuel pavillon Newman) est érigée au nord-ouest du pavillon principal entre 1909 et 1910 pour héberger les patients les plus agités et violents. En 1929, le pavillon Burgess est construit à l'emplacement de l'infirmerie, détruite par le feu. Ce bâtiment plus spacieux, accueille les patients les plus aisés.

Entre 1938 et 1939, le pavillon Porteous et la résidence des infirmières (l'actuel pavillon Moe-Levin) sont construits du côté est du site. Cette même année, on creuse le premier tunnel du réseau souterrain de l'hôpital qui relie les pavillons entre eux et qui s’étend aujourd'hui sur 1.2 km.

Architecture

Centre communautaire / sportif
 
Hôpital ou clinique
 
Hôpital ou clinique
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1946, l’hôpital s’affilie à l’Université McGill. Ses programmes d’enseignement sont reconnus et accueillent de plus en plus d'étudiants. L'institution contribue à l'avancement de la recherche au niveau du traitement de certaines maladies mentales.

L'hôpital prend de l'expansion au début des années 1960. Le pavillon Frank B.-Common et le nouveau pavillon Burgess qui remplace l'ancien, sont érigés de part et d'autre du pavillon principal auquel on a ajouté un volume en brique, doté d'un portique élancé en béton. Les pavillons Stearns, Finley, Lyall, Ward, Thomas, Wilson et Bond sont construits à l'arrière du site. En 1965, l’hôpital est renommé en l’honneur du médecin James Douglas et de sa famille.

Le Centre de recherche de l’Hôpital Douglas voit le jour en 1979 et devient un centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la Santé en 1982. En 1996, le Centre McGill d’études sur le vieillissement s’installe dans la villa Burland. L'Hôpital Douglas est aujourd'hui un institut universitaire en santé mentale de renommée internationale.

Architecture

Hôpital ou clinique
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 20 novembre 2007