Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Noyau villageois de Saint-Léonard

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Noyau villageois de Saint-Léonard

Arrondissement ou ville :

Saint-Léonard (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le noyau villageois de Saint-Léonard est composé de maisons de ferme et de maisons villageoises datant du XVIIIe et du XIXe siècles bordant la rue Jarry Est, de part et d'autre de l'église de Saint-Léonard-de-Port-Maurice. Une ancienne croix de chemin occupe le parterre avant du presbytère tandis qu'un cimetière est aménagé à l'arrière de l'ensemble paroissial.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Jarry Est, vers l'église de Saint-Léonard-de-Port-Maurice
©Ville de Montréal, 2007
 
Le cimetière, à l'arrière de l'église
©Ville de Montréal, 2007
 
Ancienne croix de chemin, devant l'église et son presbytère
©Ville de Montréal, 2007
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1885

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. Ils divisent l'île en côtes, un ensemble de terres comptant une série de concessions. Ces dernières sont des bandes parallèles étroites et profondes destinées à l’agriculture. Dès 1672, les sulpiciens concèdent les premières terres de la côte Saint-Michel, dont une partie deviendra plus tard la ville de Saint-Léonard.

Au cours du XVIIIe siècle, les terres sont progressivement exploitées par des agriculteurs. Vers 1780, la famille Dagenais construit une maison dans le secteur, sur le chemin de la côte Saint-Michel (l'actuelle rue Jarry). Au milieu du XIXe siècle, la côte compte une centaine d'habitants.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
  
haut de page

1886-1955

   
Développement du milieu urbain

En 1886, la municipalité de paroisse de Saint-Léonard-de-Port-Maurice est érigée et la construction du presbytère et de l'église paroissiale débute dans le secteur. Au début du XXe siècle, la municipalité est peuplée d'un peu plus de trois cent personnes. C'est une population homogène, composée surtout de canadiens français catholiques.

En 1916, Saint-Léonard-de-Port-Maurice est incorporé en ville. À cette époque, les produits laitiers et maraîchers de ce territoire encore rural sont acheminés vers Montréal, en pleine croissance. Saint-Léonard-de-Port-Maurice est alors surnommé le "jardin de Montréal".

Architecture

Édifice de culte
    
haut de page

1956 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

En 1956, la Coopérative d'habitation de Montréal commence la construction de 655 maisons unifamiliales sur une terre située juste au nord du noyau villageois de la rue Jarry. Ce projet est alors le plus important ensemble domiciliaire coopératif au Québec. À l'époque, on voulait permettre l'accès à la propriété aux familles catholiques canadiennes françaises à revenus modestes. En 1959, l'école primaire Wilfrid-Bastien est construite dans le secteur, à proximité de l'église, pour accueillir le nombre croissant d'enfants qui habitent ce nouveau lotissement de banlieue.

Au cours des années 1960, l'autoroute métropolitaine est mise en chantier, directement au sud du secteur. Les terres de la ville de Saint-Léonard (ainsi nommée depuis 1962) sont alors ouvertes au développement immobilier. Entre 1961 et 1971, on y construit surtout des quadruplex jumelés. En seulement dix ans, la population passe de 5 000 à 52 000 habitants, dont la plupart sont d'origine italienne. La ville de Saint-Léonard est aujourd'hui un arrondissement de Montréal suite aux fusions municipales de 2002.

Architecture

École
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 27 novembre 2007