Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Cap Saint-Jacques

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Cap Saint-Jacques

Arrondissement ou ville :

Pierrefonds-Roxboro (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Le Cap Saint-Jacques est une péninsule située à la jonction de la rivière des Prairies et du lac des Deux-Montagnes, au sud-ouest de l'île Bizard. Il comprend l'un des grands parcs régionaux de Montréal et quelques propriétés privées. Ce site exceptionnel est caractérisé par la présence d'anciennes maisons de ferme, d'une ferme écologique et d'une érablière. On y retrouve aussi des aires de pique-nique, une plage pour la baignade et plusieurs sentiers de randonnée et de ski de fond.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
La plage du parc régional
©Ville de Montréal, 2007
 
La rivière des Prairies, depuis le parc
©Ville de Montréal, 2007
 
Un pâturage de la ferme écologique
©Ville de Montréal, 2007
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1899

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l'ouvrir à la colonisation. Ils divisent l'île en côtes, un ensemble de terres comptant une série de concessions. Ces dernières sont des bandes parallèles étroites et profondes destinées à l’agriculture.

La concession des terres dans la portion nord-ouest de l’île débute en 1717. En 1731, on trace le chemin de la côte Sainte-Geneviève (aujourd'hui le boulevard Gouin) le long de la rivière des Prairies.

À la fin du XVIIIe siècle, la famille Charlebois fait construire dans ce secteur éloigné de la ville, une maison de ferme, sur sa terre située dans la portion est du cap Saint-Jacques. En 1834, Thomas Brunet, un fermier prospère, fait également construire sa maison dans la partie nord du cap. Le secteur demeure essentiellement agricole jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
  
haut de page

1900-1979

   
Développement du milieu urbain

Au début du XXe siècle, le cap Saint-Jacques est connu pour ses qualités champêtres et la beauté de son paysage. Deux Montréalais fortunés s'y installent. À partir de 1910, Édouard Gohier père, le premier maire de la Ville de Saint-Laurent, se fait construire deux maisons sur sa propriété au bord de l'eau, dans la portion ouest du cap. En 1919, J. Bowman Peck fait l'acquisition de la propriété de la famille Brunet, plus à l'est, et agrandit la maison vers l'arrière en 1928.

Des maisons plus modestes sont également construites au nord-est du secteur. Le développement du transport en commun permet des communications plus faciles entre la ville et cette partie de l’île où la rivière des Prairies, propice à la baignade, attire de nombreux visiteurs.

En 1961, la congrégation des Soeurs de Sainte-Croix-et-des-Sept-Douleurs achète une partie de la terre longeant le boulevard Gouin et fait construire une maison de retraite nommée la Solitude Notre-Dame, dans la partie sud-ouest du secteur, en bordure de la rivière. En 1963, elles font construire une nouvelle maison de retraite, du côté du boulevard Gouin Ouest et aménagent une résidence pour les soeurs âgées dans l'édifice de la Solitude Notre-Dame. Entre 1966 et 1969, une autre congrégation religieuse, les Soeurs des Saints-Noms-de-Jésus-et-de-Marie, acquiert presque tous les autres lots du cap et occupe certains bâtiments existants.

Architecture

Maison isolée
 
Maison isolée
 
Édifice religieux
haut de page

1980 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

À partir de 1980, la plupart des lots agricoles du secteur sont acquis par la Communauté urbaine de Montréal qui crée un grand parc régional. Quelques propriétés privées se trouvent alors enclavées dans le parc.

En 1985, le centre de plein-air du Cap-Saint-Jacques occupe plusieurs bâtiments ruraux qui se trouvaient sur le site du cap. Le parc, aménagé de manière à mettre en valeur son environnement naturel et son patrimoine bâti, comprend notamment une ferme écologique qui cultive des produits biologiques. Aujourd'hui, le cap Saint-Jacques est l’un des neuf parcs régionaux situés sur le territoire de la Ville de Montréal.

haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 1 juin 2010