Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Rue Sherbrooke Est (entre Amherst et des Érables)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Rue Sherbrooke Est (entre Amherst et des Érables)

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Cette portion de la rue Sherbrooke Est se trouve à la jonction d'un plateau et d'une forte dénivellation. Elle est bordée par des ensembles de duplex et de triplex contigus mais aussi par les pavillons de l’hôpital Notre-Dame et de l'ancienne bibliothèque municipale de Montréal qui font face au parc La Fontaine.
Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Sherbrooke Est, vers l'hôpital Notre-Dame
©Ville de Montréal, 2006
 
Rue Sherbrooke Est, à l'angle de la rue Papineau
©Ville de Montréal, 2006
 
Rue Sherbrooke Est, vers l'ancienne bibliothèque
©Ville de Montréal, 2006
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1663-1844

   
Développement du milieu urbain

La ville de Montréal, alors appelée Ville-Marie, est dondée en 1642 par Paul Chomedey de Maisonneuve (1612-1676) et Jeanne Mance (1606-1673). En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal et planifient le développement du territoire pour l’ouvrir à la colonisation. À l’extérieur de la ville naissante, le territoire est divisé en concessions, défriché et consacré à l’agriculture.

Les concessions touchant le secteur consistent en de longues bandes de terres étroites, débutant à la rue Saint-Antoine et se prolongeant vers le nord jusqu'à l'actuelle avenue Duluth. Au début du XIXe siècle, une poignée de propriétaires fonciers se partagent le secteur. Ce sont les Viger, Guy, Lacroix, papineau, Dufresne et Monarque. En 1825, la famille Monarque vend sa terre à Sir William Edmund Logan, directeur du service de géologie du Canada de 1843 à 1879.

haut de page

1845-1945

   
Développement du milieu urbain

En 1845, le gouvernement canadien achète le vaste terrain connu sous le nom de ferme Logan pour en faire un champ de manoeuvre militaire. Au cours des années suivantes, les terres de part et d’autre de la propriété fédérale sont subdivisées et ouvertes au développement résidentiel. La rue Sherbrooke Est, jusqu'alors située à la limite nord de la ville, devient au cours des années suivantes, un lieu de résidence privilégié car à l’écart des établissements manufacturiers et des faubourgs populaires situés en bas de la côte.

En 1888, les terrains de l'ancienne ferme Logan sont cédés à la municipalité, à condition qu’elle les transforme en parc. Ce nouvel espace public est nommé le parc La Fontaine. Au début du XXe siècle, l'ensemble du quartier se développe rapidement. Face au parc, plusieurs maisons contiguës sont construites et deux institutions sont érigées. La bibliothèque municipale de Montréal ouvre ses portes en 1917 et, plus à l'est, l’Hôpital Notre-Dame, en 1924.

Architecture

Maison contiguë
 
Bibliothèque
 
Hôpital ou clinique
haut de page

1946 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Après la Seconde Guerre mondiale, le secteur connaît peu de transformations. Entre 1952 et 1960, l’hôpital Notre-Dame construit les nouveaux pavillons Mailloux et Lachapelle à l’ouest du pavillon principal. Ils adoptent des matériaux et une implantation en forme de peigne sur la rue Sherbrooke Est et s'intègrent bien au site. Deux interventions plus récentes ont lieu dans le secteur, à l'angle de la rue De Lorimier. Une tour de onze étages est érigée au cours des années 1970 et une église est transformée en studio de danse en 2002.

Intervention(s) contemporaine(s)
d'intérêt

Recyclage
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 18 mai 2012