Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Rue Saint-Hubert (entre Sherbrooke Est et Sainte-Catherine Est)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Rue Saint-Hubert (entre Sherbrooke Est et Sainte-Catherine Est)

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Saint-Hubert angle Providence, côté est vers le nord
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue Saint-Hubert angle Ontario Est, côté est vers le sud
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue Saint-Hubert angle Ontario Est, côté ouest vers le nord
©Ville de Montréal, 2003
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1859

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal. Ils divisent alors le territoire en concessions afin de l'ouvrir à la colonisation. Les terres près de la ville fortifiée sont divisées en fermes de 30 arpents de profondeur. Au cours du XVIIIe siècle, on commence à les subdiviser en vastes lots. Plus près des fortifications, des faubourgs se forment, dont le faubourg Saint-Louis.

Entre 1804 et 1810, on démolit l’enceinte fortifiée. En 1832, Montréal est constituée en municipalité et englobe à partir de ce moment les faubourgs.

Au milieu du XIXe siècle, la rue Saint-Hubert, qui se développe graduellement du sud vers le nord, s’arrête juste au-delà de l’actuel boulevard De Maisonneuve Est (ancienne rue Mignonne). Une grande maison est déjà érigée dans ce secteur encore campagnard. Elle est occupée depuis 1844 par l’hospice Saint-Joseph des sœurs de la Providence et sert aussi d’évêché pendant un certain temps.

haut de page

1860-1914

   
Développement du milieu urbain

Vers 1860, on prolonge la rue Saint-Hubert au nord du boulevard De Maisonneuve et on commence à lotir les terrains qui la bordent. En 1872, quelques résidences y sont déjà construites. Vers 1900, l’école Montcalm est érigée à l’emplacement de l’actuelle Place Dupuis. D'autres institutions sont également présentes dans le voisinage : l’asile de la Providence, l’église Saint-Jacques et des établissements d’enseignement supérieur.

Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, un découpage parcellaire en petits lots est appliqué dans le secteur. Cette forme de lotissement va de pair avec un type d’habitation standardisé : les maisons en rangée ou contiguës. Pour éviter la propagation des incendies d’un toit à l’autre, elles sont séparées par un mur mitoyen coupe-feu. Les maisons de la rue Saint-Hubert construites vers 1880, entre le boulevard De Maisonneuve et la rue Sherbrooke, adoptent ce modèle. De plus, les caractéristiques architecturales similaires de ces résidences nous indiquent qu’elles ont été construites pendant la même période. Finalement, les cours arrières étant desservies par des ruelles, il n'y a pas de nécessité de porte cochère.

Architecture

Maison contiguë
 
Maison semi-détachée
 
Maison contiguë

Maison semi-détachée
 
Maison en rangée
  
haut de page

1915-1954

   
Développement du milieu urbain

Le secteur étant déjà pratiquement tout construit à la fin du XIXe siècle, peu de changements significatifs y surviennent dans la première moitié du XXe siècle. Soulignons néanmoins que vers 1915, la faculté de médecine dentaire de l’Université Laval à Montréal et un hôpital vétérinaire sont érigés sur l’ancien emplacement de l’hospice Saint-Joseph.

Par ailleurs, on assiste au déménagement de la majorité des institutions religieuses et civiles du voisinage, ce qui modifie grandement la vie du quartier.

haut de page

1955 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Vers 1970, de nouvelles constructions modifient le paysage urbain à l’intersection de la rue Saint-Hubert et du boulevard De Maisonneuve. Le terminus d’autobus est érigé à l’emplacement de la faculté de médecine dentaire et une tour à bureau, la Place Dupuis, s’élève sur l’ancien emplacement de l’école Montcalm. Quelques années plus tard, la construction des pavillons de l’Université du Québec à Montréal poursuit ce mouvement de redéveloppement des environs. Finalement, à l’occasion du 350e anniversaire de la ville de Montréal (1992), la place Émilie-Gamelin (nommée en mémoire de la fondatrice des soeurs de la Providence) est aménagée sur l’ancien site de l’asile de la Providence, démoli en 1963.

Architecture

Immeuble de bureaux
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007