Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Centre hospitalier Jacques-Viger

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Centre hospitalier Jacques-Viger

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Boulevard René-Lévesque Est angle Saint-André, vue vers l’ouest
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue De La Gauchetière Est angle nord-est de Saint-Hubert
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue De La Gauchetière Est angle sud-ouest de Saint-Hubert
©Ville de Montréal, 2003
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1852

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal. Ils divisent alors le territoire en concessions afin de l'ouvrir à la colonisation. Les terres près de la ville fortifiée sont divisées en fermes de 30 arpents de profondeur. Au cours du XVIIIe siècle, on commence à les subdiviser en vastes lots. Plus près des fortifications, des faubourgs se forment, dont le faubourg Saint-Louis.

Entre 1804 et 1810, on démolit l’enceinte fortifiée. En 1832, Montréal est constituée en municipalité et englobe à partir de ce moment les faubourgs. Jusqu’aux années 1850, le secteur compte seulement quelques maisons.

haut de page

1853-1907

   
Développement du milieu urbain

Après avoir occupé d’autres locaux devenus trop exigus, les soeurs de Miséricorde érigent dès 1853 les premières sections de leur institut sur le boulevard René-Lévesque Est (anciennement Dorchester). Cette communauté religieuse, fondée en 1848 par Rosalie Jetté à l'instigation de Mgr Ignace Bourget, se voue à l'accueil des mères célibataires et des enfants abandonnés. Au cours des décennies suivantes, l’établissement est agrandi à plusieurs reprises et l’Hôpital de la maternité, inauguré en 1887, prend le nom d'Hôpital général de Miséricorde en 1925.

Vers 1860, juste à côté de l'hôpital, de grandes résidences cossues sont construites sur la rue Saint-Hubert. La maison construite pour Marc-Damase Masson, aujourd’hui occupée par la Maison du Père, témoigne aujourd'hui de l’établissement d’une bourgeoisie canadienne-française dans le secteur, durant la seconde moitié du XIXe siècle.

Architecture

Édifice religieux
 
Maison isolée (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
 
Maison isolée (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)

Hôpital ou clinique
    
haut de page

1908 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

L'École des hautes études commerciales, fondée à l'instigation de la Chambre de commerce de Montréal et érigée face au square Viger en 1908-1910, contribue à la formation d'une toute nouvelle classe d'hommes d'affaires francophones à Montréal. Dès lors, l’institution contribue à la vie animée du quartier latin et renforce la présence d’une élite canadienne-française dans cette partie de la ville. L’établissement utilise comme bibliothèque une ancienne demeure située juste à côté.

La rue Saint-Hubert se densifie dans les premières décennies du XXe siècle, du côté ouest, par l’ajout de bâtiments et, en face, par l’agrandissement de l’Hôpital général de la Miséricorde. En 1946-1947, on construit les derniers pavillons de l’hôpital.

Les édifices de l’hôpital conservent encore la plupart de leurs matériaux et de leurs caractéristiques d’origine. Les constructions successives démontrent un souci d’harmonisation à l’ensemble, notamment par l’utilisation de la pierre grise. En 1975, l’Hôpital général de la Miséricorde devient le Centre hospitalier Jacques-Viger. Aujourd’hui, il occupe un quadrilatère entier et demeure un élément dominant du paysage environnant. Il constitue un exemple parmi les plus intéressants de l’architecture conventuelle montréalaise du XIXe siècle.

Architecture

Hôpital ou clinique
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007