Nouvelle recherche
Base de données sur le patrimoine
 

FICHE DU SECTEUR
Rue Saint-Denis (entre René-Lévesque Est et Sainte-Catherine Est)

Identification  
Les termes précédés d'un sont définis au glossaire.
 Nom du secteur :

Rue Saint-Denis (entre René-Lévesque Est et Sainte-Catherine Est)

Arrondissement ou ville :

Ville-Marie (Montréal)

Localisation :

Plan de localisation Plan de localisation

Cliquez sur l'image, pour une version agrandie.
 
Rue Saint-Denis angle Sainte-Catherine Est, côté ouest vers le sud
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue Saint-Denis angle Sainte-Catherine Est, côté est vers le sud
©Ville de Montréal, 2003
 
Rue Saint-Denis angle René-Lévesque Est, côté ouest vers le nord
©Ville de Montréal, 2003
haut de page
Un voisinage, son histoire  
 

1642-1852

   
Développement du milieu urbain

En 1663, les sulpiciens deviennent seigneurs de l'île de Montréal. Ils divisent alors le territoire en concessions afin de l'ouvrir à la colonisation. Les terres près de la ville fortifiée sont divisées en fermes de 30 arpents de profondeur. Au cours du XVIIIe siècle, on commence à les subdiviser en vastes lots. Plus près des fortifications, des faubourgs se forment, dont le faubourg Saint-Louis.

Entre 1804 et 1810, on démolit l’enceinte fortifiée. La rue Saint-Denis est percée vers 1818 entre les terres de Joseph Papineau et de Denis Viger. On commence d’abord par morceler les terrains du côté ouest de la rue pour y construire quelques maisons.

En 1832, Montréal est constituée en municipalité et englobe à partir de ce moment les faubourgs. En 1845, la loi d'incorporation municipale impose un nouveau découpage en neuf quartiers. Le côté ouest de la rue Saint-Denis appartient au quartier Saint-Louis, alors que le côté est fait partie du quartier Saint-Jacques.

À l’été de 1852, un incendie éclate et ravage environ le quart de la ville, dont la majeure partie du présent secteur. À partir de ce moment, la municipalité interdit toute construction en bois sur son territoire.

haut de page

1853-1914

   
Développement du milieu urbain

Après l’incendie de 1852, un découpage parcellaire en petits lots est appliqué dans ce secteur. Cette forme de lotissement va de pair avec la popularisation d’un type d’habitation plus standardisé : les maisons en rangée et contiguës. Pour éviter la propagation des incendies d’un toit à l’autre, elles sont séparées par un mur mitoyen coupe-feu. Les maisons de la rue Saint-Denis construites après l’incendie adoptent ce modèle, d’abord du côté ouest, alors que le côté est tarde à se développer. À la fin du XIXe siècle cependant, on trouve des maisons en rangée tout le long du tronçon.

L'Université Laval à Montréal, la première université francophone montréalaise, fondée en 1876, est à l’origine de l’appellation du quartier latin. Elle possède déjà d’autres immeubles dans le quartier lorsqu’en 1895, elle érige un bâtiment du côté est de la rue Saint-Denis, à l’emplacement de l’actuel pavillon Hubert-Aquin de l’Université du Québec à Montréal. Les bâtiments publics et institutions d'enseignement supérieur présentes dans le quartier latin témoignent de l'essor des notables et intellecturels canadiens-français à l'époque. La rue Saint-Denis est alors le coeur de la vie universitaire francophone à Montréal.

Architecture

Immeuble de rapport (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
 
Maison en rangée (bâtiment modifié pour accueillir un nouvel usage)
  
haut de page

1915-1969

   
Développement du milieu urbain

En 1919, l’Université Laval à Montréal devient indépendante et est rebaptisée Université de Montréal. Elle déménagera ensuite dans le nouveau campus inauguré en 1943 sur le versant nord-ouest du mont Royal.

Dès les années 1920 et jusqu’à la fin des années 1950, la prostitution et les commerces illicites se taillent une place de choix aux abords du boulevard Saint-Laurent, créant ce qui sera baptisé le « Red Light District ». Ces événements contribuent à la perte de prestige du secteur et à son abandon progressif par l’élite canadienne-française qui le délaisse pour s’établir à Outremont.

Au fil des ans, la fonction commerciale prend de l’ampleur sur la rue Saint-Denis comme sur plusieurs autres artères du centre-ville. Quelques bâtiments résidentiels sont alors appelés à être modifiés pour accueillir des commerces et des bureaux. On érige également quelques nouveaux immeubles commerciaux et industriels du côté ouest de la rue Saint-Denis, alors que le côté est demeure principalement résidentiel.

Architecture

Bâtiment commercial et résidentiel
 
Hôtel
  
haut de page

1970 à aujourd'hui

   
Développement du milieu urbain

Les années 1970 apportent un renouveau immobilier dans le quartier, alors que l’Université du Québec à Montréal érige son campus principal, y ramenant ainsi la vie étudiante. Le pavillon universitaire Hubert-Aquin occupe toute la longueur de l’îlot entre la rue Sainte-Catherine et le boulevard René-Lévesque. Relié à la station de métro Berri-UQAM, il se veut un lieu facilement accessible et constitue l’un des centres névralgiques du campus. En s’établissant dans le secteur, l’université reprend la fonction institutionnelle que la communauté canadienne-française y a instaurée un siècle et demi plus tôt.

Architecture

Collège / université
    
haut de page
Bibliographie  
 

Pour plus d'information sur l'histoire ou l'architecture du secteur,
veuillez consulter les sources suivantes :

haut de page
 
Avertissement :

Ce site Web a été produit pour des fins d'information et n'a pas de valeur légale. Pour obtenir de l'information officielle sur un statut de protection légale ou réglementaire, communiquez directement avec l'arrondissement ou la ville concernés et la Direction de Montréal du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

 
 
Droits réservés, 2002-2017
Données mises à jour le 4 juin 2007